Procréation assistée: des couples anéantis par le projet de loi 20

Dorénavant, seuls les couples sans enfant et qui... (PHOTO FRANÇOIS ROY, ARCHIVES LA PRESSE)

Agrandir

Dorénavant, seuls les couples sans enfant et qui n'ont pas fait le choix d'une stérilisation volontaire auront accès à un crédit d'impôt.

PHOTO FRANÇOIS ROY, ARCHIVES LA PRESSE

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

Les cliniques de fertilité du Québec sont submergées d'appels de couples dévastés depuis l'adoption du projet de loi 20, mardi, qui met fin au programme public de procréation assistée dans la province.

« Depuis mercredi, nous annonçons aux patients qui devaient commencer leur cycle que les traitements ne sont plus remboursés. Les gens fondent en larmes. Un seul cycle coûte au moins 5500 $. Voire plus. Déjà, des couples nous disent qu'ils ne pourront plus continuer. C'est très dur », souffle le Dr William Buckett, directeur médical du Centre de la reproduction du Centre universitaire de santé McGill (CUSM).

« C'est la catastrophe. On reçoit plein de demandes de la part de couples paniqués. Et honnêtement, on ne sait pas trop quoi leur répondre », affirme le directeur médical de la Clinique Ovo, le Dr François Bissonnette.

Depuis l'adoption du projet de loi 20, mardi, les traitements de fécondation in vitro ne sont plus remboursés par le régime public au Québec. Dorénavant, seuls les couples sans enfant et qui n'ont pas fait le choix d'une stérilisation volontaire auront accès à un crédit d'impôt. Pour les couples dont le revenu est de moins de 50 000 $, le crédit atteindra 80 %. Chez les couples au revenu supérieur à 120 000 $, le crédit atteindra plutôt 20 %.

Marie-Ève Mailloux et son conjoint Philippe Gélinas-Bernier sont troublés par l'application de la nouvelle loi. Le couple, qui n'est pas infertile, doit avoir recours à des traitements dans une clinique de reproduction pour contourner des problèmes génétiques. Le couple en est à son deuxième cycle de fécondation in vitro. Mercredi, un embryon a été implanté chez Marie-Ève. « On attend de voir si ça va fonctionner », dit-elle.

Si la procédure échoue, le couple devra tenter un troisième cycle de fécondation in vitro. Mais cette fois-ci, il devra payer de sa poche les quelque 15 000 $ nécessaires. Un montant élevé puisque des tests génétiques doivent être effectués. « On nous met dans la situation où, du jour au lendemain, le transfert que nous avons eu hier devient le transfert de la dernière chance », dénonce Mme Mailloux, qui qualifie le projet de loi 20 de « sauvage ».

Cette dernière explique que si un troisième cycle devient nécessaire, son conjoint et elle envisageront de se tourner vers une clinique hors Québec pour pouvoir se faire implanter plus d'un embryon à la fois, une possibilité interdite au Québec.

« L'investissement d'argent est si important pour un couple de classe moyenne que je suis certaine que nous ne serons pas les seuls à devoir faire la concession de la santé [celle de la mère et celle des enfants à naître] », dit-elle.

Application rapide

Le Dr Buckett mentionne que ses patients savaient que le projet de loi 20 allait un jour être adopté. « Mais son application est tellement rapide ! On pensait qu'une période de quelques mois aurait été donnée pour permettre la transition. Mais là, c'est très vite », dit-il.

Le Dr Bissonnette s'attriste de la disparition du programme de procréation assistée au Québec. « Ç'a été un succès fantastique. Y avait-il place à l'amélioration ? Oui. Mais on aurait pu corriger les lacunes plutôt que de sabrer entièrement le programme », note-t-il. Selon lui, plusieurs couples infertiles n'auront plus les moyens de payer pour avoir accès aux traitements de fertilité.

Du côté de l'Association des couples infertiles du Québec (ACIQ), on peine à répondre aux appels des couples en détresse depuis mardi. « On est submergé de demandes. Les gens en cours de traitement ou qui n'ont pas encore commencé veulent savoir ce qui leur arrivera. C'est tellement triste », note la présidente de l'ACIQ, Céline Braun, qui déplore que les nouvelles règles applicables ne soient « pas encore très claires ». « Les gens se posent beaucoup de questions », dit-elle.

Couvert ou non ?

La porte-parole du MSSS, Noémie Vanheuverzwijn, explique que les patientes ayant déjà commencé leur cycle de fécondation in vitro avant le 11 novembre pourront le terminer gratuitement. « Un cycle débute le jour où la patiente achète sa médication pour avoir le traitement, note Mme Vanheuverzwijn. Et un cycle prend fin lorsqu'il y a une grossesse, ou lorsqu'il ne reste plus d'embryons issus de ce cycle, selon la première éventualité. »

Certaines exceptions existent aussi dans la loi. « Les services d'insémination artificielle, y compris les services de stimulation ovarienne en vue d'une insémination artificielle rendus par un médecin, demeurent couverts », précise Mme Vanheuverzwijn. Les traitements nécessaires pour préserver la fertilité de certaines femmes restent aussi couverts. Par exemple, une patiente qui suit des traitements contre le cancer et qui risque d'y perdre sa fécondité pourra recevoir des services gratuitement.

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires : Actualités

Tous les plus populaires de la section Actualités
sur Lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer