Frais accessoires imposés aux patients: Barrette reste inflexible

Le ministre de la Santé du Québec, Gaétan Barrette... (Photo Jacques Boissinot, La Presse Canadienne)

Agrandir

Le ministre de la Santé du Québec, Gaétan Barrette

Photo Jacques Boissinot, La Presse Canadienne

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page
Jocelyne Richer
La Presse Canadienne
Québec

Les frais accessoires imposés aux patients sont là pour rester, a réaffirmé mardi le ministre de la Santé, Gaétan Barrette, ne craignant pas de placer éventuellement le Québec dans une position d'illégalité.

Imperméable à toute critique et malgré la fronde orchestrée par tous les partis d'opposition et appuyée par la protectrice du citoyen, le ministre n'a aucunement l'intention de renoncer à son projet de légaliser et encadrer les frais accessoires exigés aux patients, dans le cadre de l'étude du projet de loi 20.

Le Québec n'a tout simplement pas les moyens d'acquitter la facture de 50 millions associée à ces frais, a-t-il affirmé mardi. Les patients devront donc faire leur part.

Certains médecins présentent une facture en clinique pour offrir des soins à leurs patients, une pratique qui, sans être nouvelle, prend sans cesse de l'ampleur.

Les patients trouvent ainsi un moyen de raccourcir les délais d'attente qu'ils devraient subir à l'hôpital. En clinique, une coloscopie peut coûter 500 $, des gouttes ophtalmologiques, 200 $.

Les partis d'opposition (Parti québécois, Coalition avenir Québec et Québec solidaire) jugent en choeur inacceptable d'exiger des patients qu'ils présentent leur carte de crédit plutôt que leur carte d'assurance-maladie et réclament à répétition depuis des jours l'interdiction totale de ces frais. Ils veulent que ces coûts supplémentaires soient absorbés par les médecins, à même l'enveloppe globale des honoraires qui leur sont versés.

Mais le ministre demeure inflexible, même si le procédé pourrait bien être illégal.

Car il refuse d'y voir une brèche aux principes de l'accessibilité et de la gratuité des soins de santé, pourtant garanties par les lois québécoise et canadienne sur la santé.

«Cela fait 40 ans qu'il y en a des frais accessoires. C'est quand que le fédéral est débarqué au Québec?», a répliqué le ministre Barrette, en point de presse, mardi, aux journalistes qui s'interrogeaient sur la légalité de la démarche.

«Le fédéral est jamais débarqué» au Québec dans le passé pour contester la pratique québécoise, a-t-il ajouté, disant miser «sur l'histoire» pour la suite des choses.

«On ne nuit pas à l'accès. On gère l'État en fonction de notre capacité de payer et on s'organise pour que l'accès soit là pour tout le monde. C'est tout», a résumé le ministre, de plus en plus excédé de voir que l'adoption de son projet de loi 20 piétine, en raison de «l'obstruction systématique» de l'opposition.

«Les partis d'opposition se liguent tout le temps contre moi. Il n'y a rien de nouveau sous le soleil», selon le ministre, qui a dénoncé une nouvelle demande de l'opposition, mardi, d'imposer un débat de six heures portant uniquement sur les frais accessoires.

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires : Actualités

Tous les plus populaires de la section Actualités
sur Lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer