Pour un accès équitable à la psychothérapie

Au Québec, les troubles mentaux touchent une personne... (PHOTO ARCHIVES LA PRESSE)

Agrandir

Au Québec, les troubles mentaux touchent une personne sur cinq au cours de sa vie, révèle un rapport rendu public hier.

PHOTO ARCHIVES LA PRESSE

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page
Louise Leduc
La Presse

La psychothérapie devrait faire partie du régime public au même titre que les autres soins de santé, conclut l'Institut national d'excellence en santé et en services sociaux (INESSS) dans un avis commandé par le gouvernement Couillard.

Au Québec, les troubles mentaux touchent une personne sur cinq au cours de sa vie, peut-on lire dans l'avis publié hier. Cependant, comme la psychothérapie est peu couverte par la Régie d'assurance maladie, ce sont surtout les personnes qui ont une assurance privée ou qui sont assez riches qui peuvent être suivies par un psychologue. Les autres sont souvent réduites à prendre des antidépresseurs prescrits par leur médecin. En 2012, déjà, le Commissaire à la santé et au bien-être demandait au gouvernement d'offrir un accès équitable aux services de psychothérapie. C'est aussi l'un des principaux chevaux de bataille de l'Ordre des psychologues du Québec.

L'Australie et le Royaume-Uni sont les deux principaux pays à proposer des traitements psychologiques gratuits et accessibles à tous par l'entremise de divers programmes. Or, peu importe le programme étudié, dans ces deux pays, les patients traités n'ont eu recours en moyenne qu'à

cinq ou six séances, même si, dans certains cas, ils avaient droit au double. Selon l'INESSS, ces données confirment ce que révèlent diverses études, à savoir qu'en apportant des changements appropriés, un nombre limité de séances de psychothérapie (parfois à peine deux) peuvent suffire à remettre quelqu'un sur pied.

Les modèles publics britannique et australien s'appuient beaucoup sur les médecins de famille, qui posent un premier diagnostic de troubles mentaux et prescrivent des traitements (il peut s'agir de psychothérapie ou de médicaments). Si le Québec décidait d'adopter ces modèles et de faire de la psychothérapie un service universel, «la situation de l'accès à un médecin de famille ainsi que l'engorgement du réseau public» constitueraient des obstacles de taille, fait cependant remarquer l'INESSS.

Psychothérapie ou antidépresseurs?

Après avoir passé en revue la littérature sur le sujet, l'INESSS conclut que l'efficacité de la psychothérapie est similaire à celle de la pharmacothérapie chez les patients adultes souffrant de troubles dépressifs ou de troubles anxieux modérés. «Cependant, l'effet de la psychothérapie a tendance à se maintenir plus longtemps que celui de la pharmacothérapie. Il en résulte une moindre probabilité de rechute.»

Par ailleurs, «la combinaison de la psychothérapie et de la pharmacothérapie est plus efficace que la psychothérapie seule dans les cas les plus sévères».

Quoi qu'il en soit, l'INESSS recommande au gouvernement d'étudier ce que coûterait l'inclusion de la psychothérapie dans le régime public. Il est à noter que l'INESSS l'aidera en publiant sous peu la suite de son rapport qui portera justement sur le choix d'un modèle et son financement.

Un rapport salué

David Levine, porte-parole du Collectif pour l'accès à la psychothérapie, se montre ravi. En entrevue téléphonique hier, il a dit espérer qu'on en arrive à un régime d'assurance psychothérapie calqué sur le régime d'assurance médicaments. «Les entreprises voient déjà l'utilité et la rentabilité d'une aide psychologique à leurs employés au moyen de divers programmes d'aide. La société dans son ensemble devrait d'autant plus constater l'importance [de préserver la santé mentale de chacun].»

M. Levine croit qu'en rendant les psychothérapies plus accessibles, l'État économiserait ailleurs, ne serait-ce qu'en médicaments, en assurance salaire, en assurance invalidité, en absentéisme au travail et en soins de santé, les personnes souffrant de maladie mentale finissant souvent par avoir d'autres problèmes.

50 %
des psychologues canadiens pratiquent au Québec. À peine le tiers d'entre eux pratiquent dans le secteur public
146
millions
Coût des programmes actuels de services de santé mentale de première ligne (2011-2012) (18 $ par personne en considérant l'ensemble de la population)
3,4 %
du PIB canadien
Coûts directs et indirects liés aux troubles mentaux
8,3 %
Hausse entre 2005 et 2009 du nombre d'antidépresseurs prescrits à des adultes québécois

Source: INESSS, Avis sur l'accès équitable aux services de psychothérapie

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires : Actualités

Tous les plus populaires de la section Actualités
sur Lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer