Vancouver réglemente les dispensaires de cannabis

La ministre fédérale de la Santé, Rona Ambrose,... (PHOTO DARRYL DYCK, ARCHIVES LA PRESSE CANADIENNE)

Agrandir

La ministre fédérale de la Santé, Rona Ambrose, avait prévenu la Ville que la vente libre de cannabis restait illégale au pays et qu'elle s'attendait à ce que les élus municipaux respectent la loi.

PHOTO DARRYL DYCK, ARCHIVES LA PRESSE CANADIENNE

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page
Laura Kane
La Presse Canadienne
VANCOUVER

Vancouver est devenue la première municipalité canadienne à réglementer les dispensaires de cannabis - et ce, malgré l'opposition féroce du gouvernement fédéral. Selon le maire Gregor Robertson, cette décision était nécessaire étant donné l'absence d'une politique fédérale appropriée.

«Nous faisons face à une situation difficile et compliquée. Nous devons remédier à la prolifération de ces dispensaires», a affirmé M. Robertson.

La Ville argue que la ligne dure privilégiée par le gouvernement fédéral a contribué à accroître son nombre de dispensaires de cannabis, qui est passé de 20 à 94 dans les trois dernières années. Selon la directrice générale de la Ville de Vancouver, Penny Ballem, l'objectif du règlement est de diminuer l'exposition des jeunes à ces centres et de protéger la santé publique - tout en garantissant l'accès au cannabis à des fins médicinales.

Le conseiller Geoff Meggs avait des mots plus durs pour la ministre Rona Ambrose, qui a semoncé les élus municipaux en leur rappelant que le cannabis reste une drogue illégale au Canada. «Réveillez-vous. Vous êtes complètement déconnectée de la réalité sur le terrain», a lâché M. Meggs.

Dans un courriel, la ministre fédérale s'est d'ailleurs dite «profondément déçue» de l'annonce. «Le cannabis n'est pas un médicament ou un traitement autorisé au Canada et Santé Canada n'approuve pas son utilisation», a ajouté Mme Ambrose.

Huit conseillers sur onze ont voté en faveur du nouveau règlement, mercredi, qui forcera les producteurs à débourser 30 000 $ pour obtenir un permis et à s'établir à au moins 300 mètres des écoles et des centres communautaires. Ces dispensaires seront par ailleurs interdits dans certains quartiers de la ville. Plusieurs centres seront forcés de déménager en vertu des nouvelles règles.

Le conseil municipal a toutefois autorisé, à la surprise de tous, l'implantation d'une politique à deux vitesses puisque les centres de compassion sans but lucratif pourront se procurer un permis à un coût moindre de 1000 $.

La Ville a aussi amendé son système de points, qui vise à pénaliser les commerces liés aux organisations criminelles. Ainsi, les endroits autres que les centres de compassion recevront dix points d'inaptitude automatiquement afin de faire la promotion du modèle sans but lucratif.

Le conseiller Kerry Jang a affirmé que ces centres étaient plus souhaitables puisqu'ils permettent aux consommateurs de cannabis d'opter pour d'autres médicaments, si possible. Il a indiqué que grâce à l'argent économisé avec ces permis à rabais, les centres de compassion pourraient créer des programmes pour lutter contre la dépendance.

Ainsi, les établissements devront être autorisés par la Ville et seront évalués selon certains critères, notamment sur le nombre de plaintes et les incidents avec la police.

De surcroît, quatre centres de Vancouver ont reçu leur permis lors du vote de mercredi.

Jamie Shaw, du plus ancien centre de compassion de Vancouver qui devra d'ailleurs être relocalisé, a salué la décision «historique» du conseil municipal.

«C'est vraiment bien qu'ils encouragent les dispensaires à être plus centrés sur le patient, tout en continuant de permettre ceux qui sont plus récréatifs», a-t-elle indiqué.

Le conseil avait organisé des audiences publiques dans les quatre derniers jours avant de prendre sa décision. Plusieurs résidants s'étaient plaints de la possible interdiction de cannabis dans les produits comestibles comme les biscuits ou les gâteaux. La Ville s'est toutefois opposée fermement à cette disposition, martelant que les enfants pourraient être attirés par cette marchandise.

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires : Actualités

Tous les plus populaires de la section Actualités
sur Lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer