Le DG du CHUM demande le soutien de Barrette

Jacques Turgeon... (PHOTO ANDRÉ PICHETTE, ARCHIVES LA PRESSE)

Agrandir

Jacques Turgeon

PHOTO ANDRÉ PICHETTE, ARCHIVES LA PRESSE

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

Un peu plus d'un mois après avoir démissionné de son poste pour dénoncer l'ingérence du ministre de la Santé, Gaétan Barrette, dans la gestion de son établissement, le directeur général du Centre hospitalier de l'Université de Montréal (CHUM), Jacques Turgeon, demande maintenant le soutien de Québec, a appris La Presse.

Une demande que le ministre Barrette accepte, non sans poser des conditions.

La porte-parole du CHUM, Irène Marcheterre, a dit hier à La Presse qu'une «demande [avait] été adressée au ministère de la Santé et des Services sociaux par la direction générale» et par le Conseil des médecins, dentistes et pharmaciens (CMDP) du CHUM pour qu'il «nomme deux membres observateurs au deuxième comité de sélection du chef de département de chirurgie qui est en cours en ce moment».

En fin de journée, le ministre Barrette a accédé à cette demande, à condition que ces observateurs soient aussi nombreux que les membres du comité de sélection et qu'ils aient «droit de parole et droit de vote».

Le 31 mars, le président du CMDP du CHUM, le Dr Paul Perrotte, a écrit au sous-ministre à la santé, Michel Fontaine, pour lui demander d'envoyer des observateurs pour suivre le processus de sélection du futur chef de chirurgie du CHUM. Dans sa lettre, le Dr Perrotte affirmait que le CHUM «traverse une période de perturbation importante», qu'il «existe une méfiance importante de la part de nombreux membres du CMDP, et principalement de certains membres du département de chirurgie», et que pour «les rassurer sur le processus» de sélection, des observateurs devraient être nommés.

Le sous-ministre a répondu au Dr Perrotte en expliquant qu'en vertu des procédures prévues, une telle demande devait émaner du conseil d'administration de l'hôpital ou de son président.

Le 1er avril, Jacques Turgeon a envoyé une demande au sous-ministre, M. Fontaine, lui demandant de «considérer la présence de membres observateurs sur le comité de sélection du chef du département de chirurgie».

Le ministre Barrette a accepté hier cette demande, à condition de nommer «des membres observateurs en nombre égal à celui du nombre de membres réguliers au comité de sélection». «Ces observateurs devront toutefois avoir également droit de parole et droit de vote à ce comité de sélection», a écrit le ministre.

Une longue saga

Depuis des semaines, le CHUM est aux prises avec d'importants problèmes dans son département de chirurgie, le deuxième plus grand au pays. Le processus de sélection du nouveau chef, toujours en cours, est pour le moins houleux.

En attendant de trouver un nouveau chef, le Dr Conrad Pelletier avait été nommé chef intérimaire en janvier.

Puis, le 5 mars, Jacques Turgeon a démissionné avec fracas de son poste de directeur général du CHUM. Il entendait dénoncer l'ingérence du ministre Barrette dans la gestion de l'hôpital. Selon M. Turgeon, le ministre lui imposait de renommer le chef sortant, le Dr Patrick Harris, comme chef de chirurgie sous peine de perdre son poste à la tête du CHUM. Des membres du conseil d'administration du CHUM avaient également démissionné.

Le ministre Barrette disait plutôt vouloir prolonger le mandat du Dr Harris et de tous les chefs de départements du CHUM jusqu'au déménagement de l'hôpital, prévu pour 2016.

Cinq jours plus tard, Jacques Turgeon revenait en poste. Mais depuis, la grogne au sein du département de chirurgie du CHUM persiste. Plusieurs chirurgiens estiment que Dr Harris est injustement écarté de la course et que le processus de sélection n'est pas neutre.

Jusqu'à hier, le département de chirurgie du CHUM était même sans chef, le Dr Conrad Pelletier ayant démissionné de son poste de chef intérimaire il y a deux semaines après qu'un de ses courriels personnels, envoyé au recteur de l'Université de Montréal, Guy Breton, eut circulé dans le bloc opératoire du CHUM. Dans ce courriel, le Dr Pelletier demandait au recteur d'intervenir pour solliciter d'autres candidatures à sa succession. À l'époque, seul le Dr Patrick Harris était dans la course.

Nouvel intérimaire

Hier, un nouveau chef intérimaire de chirurgie a été nommé, a appris La Presse. Le Dr Charles Bellavance, ancien directeur des services professionnels du CHUM, occupera ce poste. Il sera épaulé dans sa tâche par l'ancien directeur général adjoint du CHUM, Serge LeBlanc.

Dans un communiqué interne, Jacques Turgeon explique que ces nominations «respectent la volonté des membres du conseil d'administration» de «nommer un chef de Département intérimaire provenant de l'extérieur du CHUM». «Cette décision permet surtout au deuxième comité de sélection» de «poursuivre son évaluation des trois candidats en lice dans les meilleures conditions possibles», est-il écrit.

Les trois candidats dans la course à la direction de chirurgie du CHUM sont le Dr Michel Gagner, le Dr Patrick Harris et le Dr Richard Ratelle. Une décision devrait être rendue d'ici le début de l'été.

Le ministre Barrette a d'ailleurs pressé hier le CHUM de poursuivre le processus de sélection «en mode accéléré» afin de «stabiliser le plus vite possible le département» de chirurgie.

Partager

À découvrir sur LaPresse.ca

publicité

publicité

Les plus populaires : Actualités

Tous les plus populaires de la section Actualités
sur Lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer