Sommet pour contrer la réforme du ministre Barrette

«Je n'ai jamais vu autant de découragement sur... (PHOTO ARCHIVES LA PRESSE)

Agrandir

«Je n'ai jamais vu autant de découragement sur le terrain en 35 ans de pratique, a lancé le Dr Thomas en conférence de presse ce matin. Les patients sont inquiets aussi. Ils se demandent s'ils seront trop lourds pour que l'on continue de les suivre. »

PHOTO ARCHIVES LA PRESSE

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

Un sommet réunissant des personnalités importantes du milieu de la santé, notamment le père de l'assurance-maladie, Claude Castonguay, le fondateur de la clinique L'Actuel, le Dr Réjean Thomas et l'ex-président de l'Agence de la santé de Montréal, David Levine, se tiendra EN MAI à Montréal. L'objectif de cette rencontre, à laquelle la population est invitée à participer, est de proposer des solutions pour améliorer l'accès aux soins de santé au Québec, sans passer par le projet de loi 20.

La rencontre est une initiative du Regroupement des omnipraticiens pour une médecine engagée (ROME), qui regroupe plus de 500 membres.

«Je n'ai jamais vu autant de découragement sur le terrain en 35 ans de pratique, a lancé le Dr Thomas en conférence de presse ce matin. Les patients sont inquiets aussi. Ils se demandent s'ils seront trop lourds pour que l'on continue de les suivre. »

Pour le Dr Thomas, le ministre de la Santé Gaétan Barrette, «laisse entendre que les médecins de famille sont responsables des problèmes d'accès alors que c'est faux ». «Le projet de loi 20 n'est pas la solution. Il y a d'autres avenues pour régler les problèmes d'accès et nous en présenterons.»

La porte-parole du ROME, Dre Catherine Duong estime que le projet de loi 20 diminuera les services à la population. «La population veut des changements. Mais le projet de loi 20 aura de nombreux effets néfastes. Et en plus, ce projet n'a pas l'appui des gens sur le terrain. Il faut adopter d'autres avenues», dit-elle.

Urgentiste à l'hôpital de Sainte-Agathe, Dr Simon-Pierre Landry reconnaît que les problèmes d'accès touchent le réseau de santé québécois depuis des années. «On le savait. C'était une véritable bombe à retardement », dit-il. Selon lui, plusieurs intervenants ont tenté au fil des ans de proposer des solutions, mais le gouvernement n'a jamais emboîté le pas. « On veut maintenant profiter de la crise pour amener les bonnes réformes », dit-il.

Le sommet se déroulera le 9-10 mai à l'hôtel Delta à Montréal.

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires : Actualités

Tous les plus populaires de la section Actualités
sur Lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer