Gaétan Barrette chahuté par des employés d'un CISSS

Gaétan Barrette... (PHOTOTHÈQUE LA PRESSE CANADIENNE, JACQUES BOISSINOT)

Agrandir

Gaétan Barrette

PHOTOTHÈQUE LA PRESSE CANADIENNE, JACQUES BOISSINOT

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page
Ariane Lacoursière
La Presse Canadienne

De passage à Laval ce matin, le ministre de la Santé, Gaétan Barrette, a été chahuté par des employés du Centre intégré de santé et de services sociaux (CISSS) du Laval, qui voulaient dénoncer les compressions dans le réseau de la santé.

«Dehors Barrette !» scandait la quinzaine de manifestants réunis. «L'an dernier, on a subi des compressions de 12 millions à Laval. On prévoit qu'elles seront de 24 millions cette année. On coupe dans les services. Surtout les soins à domicile. Ça ne peut plus durer, a déclaré la présidente du Syndicat des travailleurs et travailleuses du CISSS de Laval, Marjolaine Aubé. On assiste à une destruction totale du réseau de la santé.»

Questionné sur le sujet, le ministre Barrette a martelé que les coupes en santé doivent se faire sans affecter les services à la population. «Est-ce que les services ont été coupés dans certaines régions ? Peut-être. Mais si c'est le cas, si des mauvaises décisions ont été prises, ce sera renversé», a dit le ministre. Selon lui, aucune coupure de services n'a été notée à Laval.

Le ministre a ajouté que pour que «le système de santé survive», des «décisions doivent être prises pour favoriser l'efficience». «Certaines personnes doivent être déplacées. Je comprends leur sentiment et leur discours. Leur quotidien est perturbé. Mais ce n'est pas une raison pour ne pas aller de l'avant».

Pénurie de 100 lits en soins palliatifs

Le ministre Barrette était à Laval pour annoncer l'ajout de 18 lits de soins palliatifs et l'acquisition d'un tomographe à émission de positrons. Une annonce totalisant 7,4 millions de dollars qui permettra à Laval «d'offrir toute la continuité de soins sur son territoire», selon le ministre.

Avec ses lits de plus, Laval aura un total de 42 lits de soins palliatifs et deviendra «l'une des premières régions pourvues adéquatement en soins palliatifs» au Québec, a déclaré le ministre Barrette. Des analyses effectuées par le ministère de la Santé évaluent que la province manque actuellement une centaine de lits de soins palliatifs. «D'autres annonces seront faites pour d'autres régions au cours des prochains mois», a lancé M. Barrette.

Ce dernier a également réagi à un article du quotidien The Gazette mentionnant que des employés du Centre universitaire de santé McGill (CUSM) s'inquiètent du déménagement de l'hôpital Royal-Victoria, prévu dans deux semaines. Le 26 avril, les 250 patients de l'hôpital Royal-Victoria seront transférés dans le nouvel hôpital, situé à la gare Glen. Des employés du CUSM estiment ne pas être prêts pour ce déménagement.

Le ministre dit avoir été «surpris» par cet article. «La planification du déménagement est faite depuis juin 2014. Tout est organisé. C'est comme un métronome. Je ne suis aucunement inquiet», a-t-il dit.

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires : Actualités

Tous les plus populaires de la section Actualités
sur Lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer