Coût des médicaments: Québec a perdu le contrôle, selon un rapport

Collectivement, les Québécois payent beaucoup trop cher pour... (Photothèque La Presse)

Agrandir

Collectivement, les Québécois payent beaucoup trop cher pour les médicaments qu'ils consomment et cette situation a assez duré, conclut le Commissaire à la santé et au bien-être dans son rapport étoffé qui fait près de 140 pages.

Photothèque La Presse

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page
Jocelyne Richer
La Presse Canadienne
Québec

Le gouvernement du Québec a perdu le contrôle des coûts des médicaments et «il est urgent d'agir» pour inverser cette tendance, plaide le Commissaire à la santé et au bien-être, Robert Salois, dans un rapport rendu public jeudi.

La situation est telle que le Québec s'approche, selon lui, du point critique où l'actuelle façon de faire pourrait mettre en péril la pérennité du système de santé.

Collectivement, les Québécois payent beaucoup trop cher pour les médicaments qu'ils consomment et cette situation a assez duré, conclut le Commissaire à la santé et au bien-être dans son rapport étoffé qui fait près de 140 pages.

Le ministre de la Santé, Gaétan Barrette, a réagi favorablement au rapport, en partageant les constats du commissaire sur les coûts nettement exagérés des médicaments vendus au Québec. Il en est rendu à l'étape d'examiner la «faisabilité» de certaines solutions, a-t-il dit, en point de presse.

«Je peux vous assurer qu'on va aller le plus loin que l'on peut faire pour aller chercher des économies», a dit le ministre, en faisant référence au «rapport de forces» existant entre Québec et le puissant lobby des compagnies pharmaceutiques. Il n'a pas fixé d'échéance pour présenter un plan d'action.

En 2014, les dépenses totales pour les médicaments d'ordonnances représentaient près de 7,7 milliards $ pour le Québec, soit plus de 17 pour cent du budget de la santé.

Une des sources du problème: les médecins québécois ont tendance à prescrire trop facilement des médicaments à leurs patients. Le nombre d'ordonnances remboursées augmente d'environ 10 millions par année.

À ce propos, le ministre Barrette promet d'agir pour freiner l'ardeur des médecins, compte tenu que le nombre de prescriptions rédigées au Québec serait de 30 pour cent supérieur à ce qui se fait ailleurs. «C'est pas normal», a-t-il convenu.

Il est grand temps que le Québec se dote d'une nouvelle politique du médicament qui pourrait faire épargner à l'État «plusieurs centaines de millions de dollars», a calculé M. Salois, ne cachant pas son inquiétude, en conférence de presse.

L'idée de rendre universel le régime public d'assurance-médicaments, qui est actuellement mixte public-privé, devrait même être «considérée», selon le commissaire, qui conclut à de nombreuses iniquités entre les deux régimes dont les patients font les frais.

Un des moyens privilégiés pour contrôler les coûts serait de réviser périodiquement la liste des médicaments couverts par Québec, en favorisant clairement les médicaments génériques au détriment des médicaments brevetés, au coût exorbitant. Cette politique vaudrait aussi pour les médicaments offerts dans les établissements de santé.

Au Québec, plus qu'ailleurs, on préfère en général les coûteux médicaments brevetés aux génériques, même s'ils ont les mêmes propriétés.

Or, cette liste de médicaments couverts par le régime public n'a jamais été révisée depuis l'adoption, en 2007, de la politique du médicament, qui avait été élaborée par le ministre de la Santé de l'époque, l'actuel premier ministre Philippe Couillard.

M. Salois note que le Québec a une des listes de médicaments couverts parmi les plus longues au monde, ce qui est loin de favoriser un usage optimal et un bon rapport coût-efficacité.

«On a beaucoup de médicaments sur notre liste et certains sont dépassés», dit-il, convaincu qu'il y a «un ménage à faire», qui se traduira par un gain financier important pour l'État. Le ministre s'est dit d'accord avec cette suggestion.

Le commissaire recommande aussi qu'un rapport soit déposé annuellement à l'Assemblée nationale pour faire état de toute contribution fournie par l'industrie pharmaceutique aux établissements de santé et aux groupes de médecine familiale (GMF), y compris les échantillons gracieusement offerts aux médecins.

Pour réduire les coûts, le ministre examine aussi la possibilité de conclure une entente avec d'autres provinces pour effectuer des achats regroupés de médicaments et ainsi négocier de meilleurs prix auprès des compagnies pharmaceutiques.

Le commissaire, dont le rapport comporte une dizaine de recommandations, propose également de permettre un accès équitable aux médicaments destinés aux maladies rares, qui ne répondent pas aux critères standards d'évaluation.

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires : Actualités

Tous les plus populaires de la section Actualités
sur Lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer