Un membre démissionnaire du C.A. du CHUM s'en prend à Barrette

Michel Gervais, ex-recteur de l'Université Laval et membre du conseil... (Photo: Bernard Brault, La Presse)

Agrandir

Photo: Bernard Brault, La Presse

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

Michel Gervais, ex-recteur de l'Université Laval et membre du conseil d'administration du Centre hospitalier de l'Université de Montréal (CHUM), a rendu publique dimanche soir sa lettre de démission, dans laquelle il écorche le ministre de la Santé Gaétan Barrette, le qualifiant de «prince» qui «veut diriger le réseau de la santé et des services sociaux comme si c'était sa clinique privée».

Comme La Presse l'a révélé dimanche matin, Michel Gervais est devenu le quatrième membre du conseil d'administration du CHUM à claquer la porte depuis la démission, jeudi, du directeur général du centre hospitalier, Jacques Turgeon.

Après lui, le président du C.A., Jean-Claude Deschênes, de même que les Drs Paul Perrotte et Jean Bragagnolo, aussi au conseil, ont renoncé à leurs fonctions. Tous les démissionnaires ont dénoncé «l'ingérence politique» du ministre, qui aurait mené à une intervention ciblée en faveur de son ami de longue date, le Dr Patrick Harris.

«Pour le CHUM, ce n'est rien de moins qu'une catastrophe dont on verra se déployer les effets dans les prochains jours et les prochaines semaines», a écrit Michel Gervais dans sa lettre, qui s'ouvre avec un extrait des Catilinaires à propos de l'abus de la patience des uns envers les autres.

En entrevue à La Presse, il a soutenu que «la majorité» des 19 membres du C.A. avaient démissionné ou étaient sur le point de le faire. «Ça va se faire peu à peu», a-t-il prévenu.

Gaétan Barrette, un «prince»

Également président de l'Association québécoise d'établissements de santé et de services sociaux (AQESSS), Michel Gervais a dénoncé dans sa lettre la fermeture de l'association, entraînée par la mise en oeuvre du projet de loi 10.

Pourquoi l'AQESSS fermera-t-elle? «Parce que le "prince" a décrété notre mort après nous avoir méprisés en privé comme en public», a-t-il écrit.

Sa démission du C.A. du CHUM, cependant, n'a rien à voir avec son opinion sur la mise à mort de l'AQESSS, a-t-il insisté. «J'avais déjà dit que je voulais rester au C.A. Ça allait très bien au CHUM. Ce n'est pas une crise interne, mais bien une crise créée par le ministre. Il a créé le problème, alors qu'il le résolve», a plaidé M. Gervais, qui estime que de rester au C.A. aurait équivalu à approuver les méthodes du ministre Barrette.

Un style de gestion digne du privé

«Le ministre Barrette veut diriger le réseau de la santé et des services sociaux comme si c'était sa clinique privée. Va-t-on longtemps lui laisser carte blanche pour gérer de semblable manière 50% des dépenses de l'État?», a demandé M. Gervais dans sa lettre.

Au-delà des pouvoirs attribués au ministre avec la mise en oeuvre du projet de loi 10, le démissionnaire met en doute les méthodes de Gaétan Barrette, «qui fait de l'intimidation et de l'abus de pouvoir», selon lui.

«Dans les quelques désagréables minutes de conversation que j'ai eues avec lui, il me l'a dit très clairement devant témoins: "Premièrement, je vous l'annonce: désormais, il y aura un boss à la Santé, et c'est moi...! Deuxièmement, des interventions comme vous avez faites... sur le salaire des médecins, j'en veux plus! Ça ne vous regarde pas!"», a d'ailleurs noté M. Gervais dans sa lettre. Il faisait référence à la réaction du ministre libéral à une proposition de l'AQESSS, qui suggérait l'étalement de l'augmentation de salaire des médecins.

Devant la crise, Michel Gervais ne voit qu'une seule solution, si elle en est une. «Il faut que le premier ministre intervienne. Il était respectueux quand il était ministre de la Santé. Les relations étaient bonnes», s'est-il rappelé, en évoquant une époque qu'il considère à présent comme étant bel et bien révolue.

Partager

lapresse.ca vous suggère

  • Deux autres démissions au C.A. du CHUM

    Santé

    Deux autres démissions au C.A. du CHUM

    Deux autres membres du conseil d'administration du Centre hospitalier de l'Université de Montréal (CHUM) ont remis leur démission, samedi. Il s'agit... »

  • Jacques Turgeon satisfait de son retour au CHUM

    Santé

    Jacques Turgeon satisfait de son retour au CHUM

    C'est visiblement satisfait que Jacques Turgeon a annoncé cet après-midi son retour à la barre du Centre hospitalier de l'Université de Montréal... »

publicité

publicité

Les plus populaires : Actualités

Tous les plus populaires de la section Actualités
sur Lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer