Deux autres démissions au C.A. du CHUM

Le CHUM s'apprête à déménager dans ses nouveaux... (PHOTO BERNARD BRAULT, LA PRESSE)

Agrandir

Le CHUM s'apprête à déménager dans ses nouveaux locaux à l'été 2016.

PHOTO BERNARD BRAULT, LA PRESSE

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

Deux autres membres du conseil d'administration du Centre hospitalier de l'Université de Montréal (CHUM) ont remis leur démission, samedi. Il s'agit de l'ex-recteur de l'Université Laval, Michel Gervais, et de l'ancien directeur général du Centre hospitalier régional de Trois-Rivières, Jean Bragagnolo.

Responsable des communications au CHUM, Isabelle Lavigne n'a pas pu confirmer la situation, samedi.

Le départ des deux hommes avait été évoqué vendredi. Le président du Conseil des médecins, dentistes et pharmaciens (CMDP) du CHUM, le Dr Paul Perrotte, qui a également démissionné du conseil d'administration vendredi, confirme que leur départ a été annoncé samedi.

Depuis le début de la crise engendrée par la démission du directeur général du CHUM, Jacques Turgeon, ce sont quatre membres du conseil d'administration qui ont claqué la porte. Vendredi, le président du conseil, Jean-Claude Deschênes, avait lancé le bal en annonçant son départ.

M. Deschênes, tout comme M. Turgeon, voulait protester contre l'ingérence du ministre de la Santé, Gaétan Barrette, dans la gestion interne de l'hôpital. M Turgeon soutient que le ministre lui imposait de renommer le Dr Patrick Harris comme chef du département de chirurgie, sous peine de ne pas être renommé à la tête du CHUM.

Au cours des derniers jours, le ministre a plaidé à plusieurs reprises qu'il ne s'agissait pas d'une condition, mais bien d'une suggestion. Alors que le CHUM s'apprête à déménager dans ses nouveaux locaux à l'été 2016, le ministre dit avoir suggéré à M. Turgeon de garder ses sept chefs de département en poste et de ne lancer les courses à la direction qu'après le déménagement, pour éviter des bouleversements en cette période critique.

Un départ « dramatique »

Le Dr Perrotte ne croit pas la version du ministre. En entrevue avec La Presse, il explique que le ministre l'a appelé le 5 mars pour discuter de la direction du département de chirurgie. « Dans mon esprit, ça ne fait aucun doute: il a mis comme condition à Jacques Turgeon de renommer le Dr Harris à la tête du département, sous peine de perdre son poste », assure le Dr Perrotte, qui estime qu'un ministre ne doit pas s'immiscer dans le choix d'un chef de département d'hôpital. « Il y a un processus en place. Il doit y avoir affichage. Si tu ne procèdes pas ainsi, ça enlève toute légitimité au chef », dit-il.

Le Dr Perrotte a donc démissionné du conseil d'administration. Et selon lui, d'autres membres sont en réflexion et pourraient annoncer leur départ au cours des prochains jours. Le conseil d'administration du CHUM comptait 19 personnes.

Pour le Dr Perrotte, le départ de M. Turgeon est « dramatique ». « Il avait remis le CHUM sur les rails. On voguait enfin en eaux plus calmes, le déficit était presque épongé. Mais là, le déménagement s'en vient. On n'a plus de directeur général. Pas encore de chef de chirurgie. Et un examinateur externe viendra nous voir », commente-t-il.

En ce qui concerne l'intimidation qui semble régner dans le département de chirurgie et dans certains programmes universitaires de chirurgie, le Dr Perrotte dit ne l'avoir jamais vécue. « Peut-être à cause de mes fonctions. Mais la chirurgie est un milieu difficile. Les gens ne mettent pas toujours de gants blancs. Il doit y avoir des améliorations », estime-t-il.

Partager

lapresse.ca vous suggère

publicité

publicité

Les plus populaires : Actualités

Tous les plus populaires de la section Actualités
sur Lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer