Drainville remet en cause l'incorporation des médecins

Bernard Drainville... (Archives La Presse Canadienne)

Agrandir

Bernard Drainville

Archives La Presse Canadienne

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

(Québec) Bernard Drainville remet en cause la possibilité pour les médecins de s'incorporer afin de payer moins d'impôt.

Le candidat à la direction du Parti québécois n'a pas précisé s'il souhaite interdire aux médecins d'utiliser cette stratégie pour alléger leur facture fiscale, lundi. Il a toutefois proposé que le milieu médical lance lui-même le débat sur cette pratique.

« Non seulement ils ont eu une hausse très importante de leur rémunération, ce que je ne conteste pas, mais ils ont en plus, par l'incorporation, obtenu une hausse de leur revenu disponible en payant moins d'impôt », a observé M. Drainville.

Cette situation soulève une question « d'éthique fiscale » aux yeux du député de Marie-Victorin.

Un reportage paru l'an dernier évaluait à 150 millions les pertes fiscales des gouvernements du Québec et du Canada en raison de cette pratique.

En se constituant en entreprise plutôt qu'en demeurant un simple travailleur autonome, un médecin omnipraticien qui gagne 150 000$ peut épargner 13 000$ sur sa facture d'impôt. Un spécialiste qui touche 250 000$ peut réduire ses contributions au fisc de 20 000$.

M. Drainville convient que plusieurs autres professionnels peuvent s'incorporer, par exemple les comptables. Mais les médecins diffèrent de ces autres travailleurs, dit-il, car dans la très grande majorité des cas, la quasi-totalité de leurs revenus provient des fonds publics.

« Comme société, on doit se poser la question : est-ce que c'est légitime de permettre aux médecins de s'incorporer, de se constituer en entreprises, pour payer moins d'impôt alors que la majorité de leurs revenus proviennent des fonds publics ? »

Infirmières praticiennes

M. Drainville a lancé une nouvelle proposition pour désengorger le réseau de la santé, lundi. S'il prend la tête du PQ, il militera pour la création d'un réseau de cliniques d'infirmières praticiennes.

Le modèle qu'il propose serait calqué sur la Coopérative de solidarité SABSA, un établissement situé dans la Basse-Ville de Québec qui traite des patients sans qu'un seul médecin y pratique. Les malades sont reçus par des infirmières praticiennes qui peuvent diagnostiquer certaines conditions, traiter des maladies chroniques stables, ou soigner des maladies mineures. Les cas complexes sont confiés à des médecins.

Bernard Drainville propose de bâtir 17 cliniques semblables, une dans chaque région administrative du Québec. Il note que l'Ontario possède un réseau de 24 cliniques semblables, et que 33 000 patients y ont été soignés.

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires : Actualités

Tous les plus populaires de la section Actualités
sur Lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer