Bâillon: Barrette veut «bulldozer» les critiques, accuse l'opposition

François Paradis, député de la CAQ.... (Photothèque Le Soleil, Yan Doublet)

Agrandir

François Paradis, député de la CAQ.

Photothèque Le Soleil, Yan Doublet

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

(Québec) «Intolérant» et «intransigeant», le ministre de la Santé, Gaétan Barrette, veut «bulldozer» tous ceux qui n'épousent pas sa vision, accuse l'opposition. Il n'y a pas d'urgence qui justifie le recours au bâillon cette semaine pour faire adopter à toute vapeur la réforme du réseau de la santé, selon elle.

La Presse a révélé mardi que le gouvernement entend convoquer les députés pour vendredi, afin de tenir une séance spéciale de l'Assemblée nationale et tirer un trait sur les débats parlementaires concernant le projet de loi 10, déposé l'automne dernier. Cette pièce législative prévoit l'abolition des agences de santé. Il ferait passer de 182 à 33 le nombre d'établissements dans le réseau.

Pour le Parti québécois, Gaétan Barrette démontre sa propension à la manière forte. «Son approche est finalement de bulldozer tous ceux qui expriment des idées différentes de la sienne», a lancé la députée péquiste Diane Lamarre, lors d'un point de presse mardi, juste avant la reprise de l'étude détaillée du projet de loi 10.

Elle rejette les accusations du ministre, qui lui reproche de faire de l'obstruction en commission parlementaire. «On joue ce rôle de veille, on est vigilants et on va continuer à le faire et on le fait avec énormément de sérieux, parce que c'est vraiment la vie des patients, la vie des travailleurs du système de santé qui est concernée à chacun des articles de cette loi-là», a-t-elle plaidé.

Selon elle, le ministre passe beaucoup à «vilipender» l'opposition sur «la façon de poser les questions et la nature des questions». «Si vous écoutez un peu la commission, sur les 68 heures, le ministre parle beaucoup, et ses heures, il les utilise à critiquer les questions plutôt qu'à nous donner vraiment du contenu, plutôt qu'à nous dire clairement comment ça va se passer» sa réforme. «Il en fait passer beaucoup de temps à ne pas nous répondre, et nous, on va jouer notre rôle : on veut des réponses», a-t-elle ajouté.

La Coalition avenir Québec fait quant à elle des reproches autant au gouvernement qu'au Parti québécois. Les libéraux se lancent dans «un processus qui n'est pas démocratique» avec le bâillon, et les péquistes se servent quant à eux de «chaque minute» à leur disposition pour «questionner une virgule et une autre». «Il y a une intransigeance du ministre et il y a une façon de faire de l'opposition officielle qui fait en sorte qu'après 69 heures de discussion, on est encore à l'article 10. Il y en a 165 !» a lancé son député François Paradis. Il doute que l'attitude du PQ soit constructive. Il considère par ailleurs que le ministre Barrette est «intolérant» et «intransigeant», qu'il veut à tout prix «imposer sa vision».

La députée de Québec solidaire, Françoise David, juge que le PQ ne fait pas d'obstruction. «Je ne veux pas de bâillon, ce serait une honte. Un projet de loi qui touche au-delà de 200 000 personnes au Québec ne peut pas être adopté à toute vapeur, ce n'est pas vrai. Le message que ça lancerait, c'est que ce gouvernement est capable de déstructurer tout un réseau en recourant à une procédure qui est très antidémocratique qu'on appelle le bâillon».

Selon elle, la mise en application de la réforme au 1er avril, comme le souhaite M. Barrette, est irréaliste. Elle pourrait très bien être reportée, croit-elle. «Même en adoptant le projet de loi cette semaine, c'est à peu près impossible que tout soit prêt pour le 1er avril. Il déstructure plein d'établissements, il faut refaire des structures, nommer des conseils d'administration. Écoutez, il faut être sérieux un peu. Ce ministre veut aller trop vite, trop loin.»

Mais Gaétan Barrette juge qu'«on fait du surplace» dans l'étude du projet de loi 10. Il a joué sur les mots en disant qu'il n'a pas été avisé «formellement» que les députés sont convoqués pour vendredi. Il reconnaît toutefois que le recours au bâillon, une procédure exceptionnelle, fait partie des options du gouvernement. «Ce n'est pas moi qui ai la responsabilité de prendre cette décision. Ma fonction est de faire tout ce qui est possible pour que ça avance à une vitesse normale.» Or il soutient justement que les travaux parlementaires «n'avancent pas à une vitesse appropriée». «C'est la responsabilité du leader parlementaire, en consultation avec le premier ministre évidemment, de décider quelle direction on prend et à quel moment.»

Contrairement à ce que prétend l'opposition, le temps presse selon lui. «Je n'ai pas de date butoir, mais clairement plus le temps passe, plus il est impossible de mettre en application la loi au début de l'année budgétaire (le 1er avril). Ce n'est pas un problème insurmontable, mais évidemment que ça pose un problème. Idéalement, le projet de loi, il faudrait qu'il soit en application au début de l'année budgétaire pour que les équipes qui arrivent en place dans la nouvelle structure puissent fonctionner sur une année complète. C'est un principe de gestion tout à fait connu et standard», a-t-il plaidé.

Partager

lapresse.ca vous suggère

publicité

publicité

Les plus populaires : Actualités

Tous les plus populaires de la section Actualités
sur Lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer