L'abus d'alcool en hausse chez les jeunes

Selon une étude de l'Institut national de santé... (PHOTO HUGO-SÉBASTIEN AUBERT, LA PRESSE)

Agrandir

Selon une étude de l'Institut national de santé publique du Québec, le nombre de Québécois âgés de 22 à 27 ans consommant de façon excessive de l'alcool a augmenté de 22% en 10 ans.

PHOTO HUGO-SÉBASTIEN AUBERT, LA PRESSE

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

Sur le même thème

Les jeunes Québécois sont de plus en plus nombreux à consommer de l'alcool de façon abusive, révèle une nouvelle étude de l'Institut national de santé publique du Québec (INSPQ). De 2000 à 2012, le nombre de jeunes de 12 à 35 ans s'adonnant à cette pratique a augmenté de 10%, révèle l'étude publiée hier.

Auteur de l'étude, Sébastien Tessier, agent de planification, de programmation et de recherche à l'INSPQ, dit avoir été surpris de constater que la plus forte progression du nombre de buveurs excessifs a été enregistrée chez les jeunes âgés de 22 à 27 ans. Le nombre de personnes consommant de l'alcool de façon excessive a augmenté de 22% en 10 ans dans cette cohorte.

«Ça va à l'encontre de ce qu'on pensait. On prévoyait que la plus forte hausse serait plutôt chez les jeunes de 17-18 ans, dit M. Tessier. On ne connaît pas les raisons qui expliquent cette situation. Peut-être que les jeunes dans la vingtaine arrivent à l'université, dans les villes et ont plus accès aux bars.»

Pour M. Tessier, les conclusions de l'étude doivent entre autres servir à mieux guider les campagnes de prévention.

«Si on veut freiner la consommation abusive d'alcool, il faut agir chez les jeunes dans la vingtaine. Si on veut empêcher l'initiation, il faut agir vers 14 ans pour les garçons et 17 ans pour les filles, car on sait que c'est à ces âges que l'initiation à cette pratique se fait.»

Bonne nouvelle chez les plus jeunes

Directeur général d'Éduc'alcool, Hubert Sacy n'a pas été surpris par les résultats de l'étude. «On sait que les jeunes de 13 à 17 ans boivent moins aujourd'hui, de façon générale. C'est une bonne nouvelle. On peut penser que quand ces jeunes seront dans la vingtaine, ils boiront moins que la génération actuelle. À terme, la situation va s'améliorer», dit-il.

M. Sacy indique que la consommation excessive d'alcool est bien plus dommageable pour la santé qu'une consommation régulière. «Il existe de vieilles croyances au Québec voulant que quelqu'un qui consomme d'un à deux verres par jour, cinq jours par semaine soit alcoolique. À l'opposé, les gens ont une grande tolérance envers ceux qui consomment de l'alcool excessivement de façon occasionnelle, comme le vendredi soir ou lors d'un voyage dans le Sud. Or, on sait que pour le corps, la consommation abusive d'alcool est bien pire», affirme-t-il.

Iglou, iglou

Nombre de Québécois âgés de 12 à 35 ans consommant de l'alcool de façon excessive

> 2000-2001: 25%

> 2011-2012: 35%

Qui boit trop?

Définition de la consommation excessive: «Le fait d'avoir bu 5 verres ou plus en une même occasion au moins 12 fois au cours de l'année précédant l'enquête.»

Différence entre les sexes et les âges

Consommation abusive d'alcool

> Chez les hommes: 43%

> Chez les femmes: 26%

> Chez les 12-17 ans: 16,1%

> Chez les 18-24 ans: 46,4%

> Chez les 25-35 ans: 32,7%

Chez les 20 à 30 ans

Progression de la consommation abusive d'alcool au cours des 10 dernières années

> 14-17 ans: stable

> 18-21 ans: stable

> 22-27 ans: hausse de 22%

> 28-33 ans: hausse de 9%

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires : Actualités

Tous les plus populaires de la section Actualités
sur Lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer