Les infirmières craignent faire les frais d'un démantèlement de l'État

La FIQ revendique une utilisation mieux planifiée des... (Photothèque Le Soleil)

Agrandir

La FIQ revendique une utilisation mieux planifiée des ressources, notamment par une meilleure répartition des tâches entre médecins et infirmières.

Photothèque Le Soleil

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page
Jocelyne Richer
La Presse Canadienne
Québec

Les infirmières croient que Québec s'apprête à démanteler l'État québécois, une opération dont elles craignent faire les frais.

La Fédération interprofessionnelle de la santé (FIQ), qui regroupe 65 000 infirmières, a déposé lundi ses demandes non salariales au gouvernement, dans le cadre du renouvellement de leur convention collective et dans un contexte de redressement des finances publiques.

Devant les médias, la présidente de la FIQ, Régine Laurent, a énuméré la longue liste des revendications des infirmières, qui veulent voir leur charge de travail allégée et voir diminuer le nombre d'emplois à statut précaire et à temps partiel.

Elle a cependant été incapable de chiffrer le coût de ses demandes pour le trésor public. «On est un peu, beaucoup en colère quand on nous parle d'argent», a commenté la présidente de la FIQ, en point de presse.

Car Mme Laurent a soutenu qu'il était difficile de chiffrer l'impact financier de certains changements proposés.

Mais selon elle, «toutes les études démontrent qu'à très court terme, c'est payant, et pour les patients, et payant aussi financièrement» de faire le type de changements proposés par son syndicat.

La FIQ revendique une utilisation mieux planifiée des ressources, notamment par une meilleure répartition des tâches entre médecins et infirmières, en déléguant davantage de pouvoirs à ces dernières.

«Chaque fois qu'une professionnelle en soins fait un acte, c'est de l'argent en moins qui est réclamé à la Régie de l'assurance-maladie du Québec, parce que si c'était fait par des médecins ça coûterait plus cher», a calculé Mme Laurent.

Elle veut aussi que Québec se dote de ratios professionnels-patients, une façon de réduire les coûts de santé, selon la fédération. «Il est grand temps que le Québec s'inscrive dans le courant mondial» à ce chapitre, a plaidé Mme Laurent, en citant l'exemple de la Californie et l'Australie.

Le gouvernement actuel semble vouloir au contraire démanteler l'État et s'attaquer aux services publics, dont les soins de santé, selon Mme Laurent.

«On assiste carrément à un démantèlement de l'État. On dirait qu'on a affaire à des personnes qui n'aiment pas l'État, qui n'aiment pas les services publics», a-t-elle ajouté, craignant que Québec manifeste une plus grande ouverture au secteur privé, qui prodigue des soins en échange de la «carte de crédit».

Quelques centaines d'infirmières ont manifesté devant le parlement, sur l'heure du midi, pour accentuer la pression sur le gouvernement. «On a envie de se battre», a dit Mme Laurent.

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires : Actualités

Tous les plus populaires de la section Actualités
sur Lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer