Les gais devront encore attendre avant de donner du sang

L'agence responsable de l'approvisionnement en sang au pays affirme qu'il n'y a... (PHOTO ALAIN ROBERGE, ARCHIVES LA PRESSE)

Agrandir

PHOTO ALAIN ROBERGE, ARCHIVES LA PRESSE

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

Sur le même thème

Benjamin Shingler
La Presse Canadienne
MONTRÉAL

L'agence responsable de l'approvisionnement en sang au pays affirme qu'il n'y a aucun plan, pour l'instant, en ce qui concerne le relâchement des restrictions sur les dons de sang effectués par des gays et des bisexuels, et ce, même si des responsables ont commencé à tâter le terrain en ce sens.

La Société canadienne du sang a levé, l'an dernier, son interdiction à vie des dons de sang pour les hommes ayant des relations homosexuelles, permettant à ceux s'étant montrés abstinents depuis cinq ans de donner du sang.

Un coup de sonde mis sur pied par la firme Ipsos Reid, au nom de l'agence, désire désormais savoir si les Canadiens seraient en faveur de ramener cette période d'abstinence à un an.

Mais la Dre Mindy Goldman, de la Société canadienne du sang, mentionne que l'agence n'envisage pas un tel geste pour l'instant. Mme Goldman précise que le sondage vise à recueillir des commentaires sur de possibles modifications qui pourraient être apportées dans les prochaines années.

«Il faudra encore deux ou trois ans pour évaluer l'impact de ce changement, alors nous n'avons pas encore suffisamment d'informations pour déterminer quelle sera la prochaine modification», poursuite le médecin par courriel.

L'agence a fait savoir en septembre que ses réserves de sang étaient «dangereusement basses» et demandait à tous les donneurs potentiels d'effectuer un don immédiatement.

D'autres pays, comme la Grande-Bretagne et l'Australie, ont déjà mis en place une période d'attente d'un an, et l'Afrique du Sud a ramené la sienne à six mois. Aux États-Unis, l'interdiction à vie demeure en vigueur.

Des détracteurs soutiennent que les interdictions de dons devraient porter sur le comportement sexuel, plutôt que sur l'orientation sexuelle. Par exemple, les gays séronégatifs vivant en couple monogame depuis longtemps devraient pouvoir donner du sang.

Selon Helen Kennedy, directrice générale du groupe de défense des droits Egale, la politique devrait «être basée sur la science, plutôt que sur des stéréotypes».

Si les jeunes libéraux fédéraux ont lancé une pétition en ligne contre cette interdiction, les néo-démocrates, eux, affirment que cette période de cinq ans est discriminatoire.

Des modifications à la politique des dons de sang devraient être approuvées par Santé Canada, qui a fait savoir par communiqué qu'elle «évaluerait toute proposition» présentée par la Société canadienne du sang.

L'interdiction à vie des dons de sang des hommes homosexuels a été mise en place dans les années 1980 par la Croix-Rouge, alors responsable de l'approvisionnement du sang. La politique est entrée en vigueur après qu'il eut été démontré que le sida, alors sans traitement disponible, pouvait être transmis par des transfusions de sang.

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires : Actualités

Tous les plus populaires de la section Actualités
sur Lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer