Barrette envisage des bracelets électroniques pour les nouveau-nés

« Cette mesure existe en Ontario dans au moins... (Photo archives Reuters)

Agrandir

« Cette mesure existe en Ontario dans au moins certains hôpitaux. C'est une chose qui peut être envisageable ici », a souligné le ministre Barrette.

Photo archives Reuters

Pour prévenir les enlèvements comme celui de la petite Victoria, le ministre de la Santé, Gaétan Barrette, voit d'un bon oeil l'idée d'imposer le port de bracelets électroniques pour les nouveau-nés dans les hôpitaux.

Mardi, au lendemain du kidnapping d'un poupon à Trois-Rivières, il a demandé à tous les hôpitaux de revoir les protocoles de sécurité dans leur département d'obstétrique. « Il y a certainement lieu de mettre à jour la chose, parce qu'il vient de survenir un épisode très malheureux. Ça revient aux directions d'hôpitaux de faire ce travail-là. Et je les ai mandatées de le faire dès aujourd'hui. Je m'attends à ce que les directions d'hôpitaux fassent rapport au ministère des actions qui ont été prises dans leur milieu », a-t-il affirmé à l'entrée d'une réunion du caucus libéral.

Il évoque l'idée d'imposer des systèmes de bracelets électroniques. Avec un tel système, une alerte se fait entendre lorsque le bracelet que porte le nouveau-né s'approche d'une sortie ou s'éloigne d'un récepteur.

« Cette mesure existe en Ontario dans au moins certains hôpitaux. C'est une chose qui peut être envisageable ici », a-t-il souligné. Le coût d'une telle mesure serait « minime » selon lui.

Il demande aux hôpitaux d'être vigilants quant à l'identification du personnel. La jeune femme qui a présumément enlevé Victoria portait un uniforme d'infirmière. « Il y a des techniques qui permettent d'identifier les gens, qui ne sont peut-être pas appliquées dans tous les milieux, mais qui sont applicables », a-t-il affirmé. Il n'a pas voulu donner de détails pour ne pas donner de « recettes aux kidnappeurs » devant les caméras.

Il a fait valoir que le département d'obstétrique d'un hôpital est « un milieu très particulier parce que c'est de loin l'endroit où il y a le plus de va-et-vient ». Il n'est pas question pour lui de transformer ces départements en ailes psychiatriques, qui sont munies de portes magnétiques. « On doit faire la chose raisonnable qui est de revoir les protocoles et de faire les ajustements si nécessaires », a-t-il soutenu.

Mot d'ordre envoyé aux hôpitaux

Gaétan Barrette a aussi envoyé tôt ce matin un mot d'ordre à tous les hôpitaux de la province leur demandant de revoir les mesures de sécurité dans leur département d'obstétrique.

«Le ministre ne veut pas imposer de mesures uniformes à l'ensemble de la province. Mais il demande aux directeurs généraux des établissements de revoir leurs procédures », affirme l'attachée de presse du ministre, Joanne Beauvais.

Celle-ci mentionne que les départements d'obstétrique sont ceux où « le va-et-vient est le plus important dans les hôpitaux ». « Il y a les visites des familles, les employés... Assurer la sécurité est plus dur. Le cas d'hier est une exception. Mais il faut s'assurer d'avoir des mesures efficaces en place », dit Mme Beauvais.




À découvrir sur LaPresse.ca

Les plus populaires : Actualités

Tous les plus populaires de la section Actualités
sur Lapresse.ca
»

Autres contenus populaires

la boite:219:box
image title
Fermer