CHUM: une préposée blâmée pour manque de loyauté

Manon Labelle... (Photo Marco Campanozzi, La Presse)

Agrandir

Manon Labelle

Photo Marco Campanozzi, La Presse

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

Une préposée en ergothérapie de l'hôpital Notre-Dame a reçu un avis disciplinaire pour avoir affiché à la vue des patients des articles de journaux traitant de la controverse entourant le salaire de son directeur général, Christian Paire. Son employeur lui reproche de manquer de loyauté alors que l'employée en question se dit profondément outrée.

Manon Labelle travaille au Centre hospitalier de l'Université de Montréal (CHUM) depuis 33 ans.

Le printemps dernier, La Presse a révélé que le directeur général du CHUM avait reçu, en plus de son salaire d'environ 350 000$, une somme forfaitaire annuelle de 80 000$ de l'Université de Montréal. Or, selon différentes sources, 30 000$ des 80 000$ provenaient de la Fondation du CHUM, ce qui est illégal, selon le ministère de la Santé.

Le recteur Guy Breton a décidé de mettre fin à l'allocation en 2011, prétextant que M. Paire n'avait travaillé que huit heures pour l'institution. M. Paire poursuit l'Université de Montréal dans cette affaire.

Choquée que des dons faits à la fondation aient pu servir à rémunérer le directeur de l'hôpital, Mme Labelle a décidé d'afficher des copies de l'article dans la salle de traitement, dans les couloirs et sur des portes de son service. En tout cinq copies de l'article ont été affichées à la vue des patients et des employés. Elle a aussi épinglé sur un babillard un article concernant la mise en vente de l'Hôtel-Dieu ainsi que des tracts syndicaux sur le partenariat public-privé entourant la construction du nouveau CHUM au centre-ville.

«Ce n'est pas tout le monde qui a le temps d'ouvrir les journaux tous les jours», a-t-elle expliqué lors d'une entrevue avec La Presse. «Quand il y a quelque chose qui me révolte, je l'affiche. Je veux que les gens qui m'entourent et la population soient au courant. Ils ont le droit de savoir.»

La direction de l'hôpital n'a pas approuvé l'initiative de

Mme Labelle. «Votre comportement est inacceptable et ne peut être toléré», lui a écrit la chef du service d'ergothérapie dans un avertissement écrit. «Nous considérons que l'affichage de ces documents remet en question plusieurs aspects du CHUM actuel et du nouveau CHUM, et qu'il constitue un dénigrement public envers votre employeur. Les documents que vous affichez tendent à miner la crédibilité de ce dernier... Par ce geste, vous avez commis un manquement à votre obligation de loyauté», poursuit la missive.

«J'ai 55 ans et ça fait 33 ans que je travaille à l'hôpital, et on m'accuse de manquer de loyauté alors que je n'ai jamais rien volé aux patients. Je ne peux pas y croire», tonne Mme Labelle.

Le syndicat a indiqué qu'il déposerait un grief pour éviter que cet avertissement soit noté à son dossier permanent.

La porte-parole du CHUM, Isabelle Lavigne, n'a pas souhaité commenter le dossier.

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires : Actualités

Tous les plus populaires de la section Actualités
sur Lapresse.ca
»

publicité

la boite:1600127:box; tpl:300_B73_videos_playlist.tpl:file;

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer