Pot synthétique: une drogue dangereuse et accessible

Les autorités de santé publique sont aux aguets. Le cannabis synthétique,... (Illustration La Presse)

Agrandir

Illustration La Presse

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page
La Presse

Les autorités de santé publique sont aux aguets. Le cannabis synthétique, substance plus forte et aux effets bien plus imprévisibles que le pot dit « naturel », gagne du terrain. Aux États-Unis, la situation est devenue impossible à maîtriser, a affirmé il y a quelques semaines le département de la Sécurité intérieure. Avec des centaines d'hospitalisations en quelques mois, on parle d'une véritable épidémie. Au nord de la frontière, Santé Canada appelle à la prudence. Le Québec n'est pas épargné. Bien qu'illégale et dangereuse, la marijuana synthétique y est accessible et fait des victimes.

Dans le jargon, on l'appelle Spice, K2 ou Yucatan Fire. Vendu sur l'internet et dans certains magasins sous une forme d'encens à base d'herbes prétendument «légale et sans danger», le cannabis synthétique soulève l'inquiétude. De plus en plus populaire, la substance est dangereuse, imprévisible et bien présente au Québec et au Canada, préviennent les experts.

Assez pour que Santé Canada ait récemment sonné l'alarme.

«On a des cas [d'intoxication au Québec]», confirme le directeur médical du Centre antipoison, le Dr René Blais. Les récents jugements des tribunaux québécois regorgent pour leur part d'exemples où les accusés ont consommé du Spice.

Bien que théoriquement illégale, la drogue, indétectable dans le sang, est extrêmement facile à trouver. «On en voit sur l'internet et dans plusieurs magasins», dit la coordonnatrice du Groupe de recherche et d'intervention psychosociale de Montréal (GRIP), Jessica Turmel. Même son de cloche chez Santé Canada. «Les produits peuvent être vendus par certains dépanneurs, tabagies et head-shops [bazars]», dit le Ministère.

Une tournée d'une dizaine de magasins spécialisés dans la vente d'articles connexes à la consommation de marijuana du centre-ville de Montréal nous a permis de trouver trois commerces où les employés ont confirmé avoir vendu du Spice jusqu'à récemment. Deux autres n'en ont plus en stock, mais attendent une livraison.

En quelques clics

Sur le web, une recherche rapide dans n'importe quel moteur débouche sur plusieurs sites canadiens et américains consacrés à la vente et à la livraison de ce qu'on désigne comme de l'«encens herbal» ou du pot-pourri. Les distributeurs utilisent ces termes pour que la drogue, généralement un mélange de feuilles de laitue et de produits chimiques imitant le THC, passe sous le radar des autorités.

Une autre stratégie est de prétendre que le produit n'est pas destiné à la consommation humaine ou qu'il ne contient que des plantes inoffensives. Le nom des différents mélanges, Buzz Afghan, Jamaican Gold Extreme ou Black Magic Smoke (fumée noire magique), par exemple, laisse peu de place à l'interprétation.

On peut s'en procurer facilement moyennant quelques vingtaines de dollars et deux ou trois clics de souris. La Presse a pu le constater. Les trois sachets aux couleurs éclatantes auxquels nous avons eu accès proviennent de Mississauga en Ontario. Ils ressemblent à s'y méprendre à des paquets de bonbons et contiennent 1,25 g de cannabis synthétique chacun.

Les enveloppes de quelques centimètres carrés portent des noms ludiques, comme Gin N'Juice ou Grape Drank et dégagent une odeur de «gomme balloune». Sur une des faces, on lit: «Mélange 100% légal». Sur l'autre, des instructions en quatre points: «Déchirez. Roulez. Fumez. Chillez.»

Pourtant, selon Santé Canada, ces préparations «semblables au cannabis» fabriquées en laboratoire contiennent des cannabinoïdes synthétiques et tombent sous le coup de la Loi réglementant certaines drogues et autres substances. La production, la distribution et l'importation en sont donc interdites au pays. Cela n'a pas empêché notre colis de se rendre à destination.

Le Service de police de la Ville de Montréal (SPVM) déclare lui aussi ces produits illégaux. Toutefois, même si les employés de plusieurs commerces affirment en avoir eu en stock jusqu'à récemment, aucune saisie de marijuana synthétique n'a été faite dans la métropole.

«C'est une situation qu'on voit souvent avec les dérivés, explique Jessica Turmel. Il faut du temps avant de prouver qu'un produit [comme de l'encens] est en fait destiné à être fumé et qu'il devienne illégal.» Le SPVM assure bien connaître le produit et rester vigilant.

Dangereux pour la santé

Selon le directeur médical du Centre antipoison, les substances chimiques contenues dans le pot synthétique sont «beaucoup plus puissantes et plus dangereuses que le THC». «Ça peut avoir des effets quand même assez graves. On voit des psychoses, des cas de perte de contact avec la réalité ou de troubles de comportement», dit le Dr René Blais.

Un utilisateur interrogé par La Presse tient un discours semblable. «J'ai eu des buzz incroyablement forts avec ça», raconte un jeune homme qui a préféré taire son nom. «Plus intenses encore qu'avec de la salvia [plante hallucinogène]. Une fois, je me suis même mis à halluciner. Ça n'a rien à voir avec le pot naturel.»

Même les employés de certaines boutiques qui ont déjà tenu la drogue en stock la déconseillent fortement. «Ça rend les gens malades. J'ai arrêté d'en vendre justement pour ça. Le but, c'est de triper. Pas d'être malade», nous a confié le vendeur d'une boutique de la rue Sainte-Catherine à qui nous nous sommes présentés comme des clients curieux.

Le cannabis synthétique, prévient le Dr Blais, peut même devenir un poison violent. «À partir du moment où c'est vendu illégalement, on n'a aucun contrôle sur la qualité, dit-il. Les gens modifient la molécule, mais ils ne font pas d'essais cliniques avant de la mettre sur le marché.» S'il ne dispose pas de statistiques - difficile d'en avoir avec une drogue qui ne se détecte pas -, le médecin est formel. Les cas d'intoxication ne sont pas rares dans la province.

Pas de chiffres non plus du côté de Santé Canada. Cela n'a pas empêché le Ministère de publier une mise en garde, à la fin du mois de février, «contre les risques des produits contenant de la marihuana synthétique».

«Santé Canada déconseille de consommer ces produits, car leurs listes d'ingrédients sont souvent inexactes et ils peuvent avoir des effets néfastes sur la santé», lit-on.

Aux États-Unis, le département de la Sécurité intérieure mène une véritable guerre au Spice. «La consommation de marijuana synthétique connaît une hausse alarmante», lit-on dans un communiqué publié à la fin du mois de mai. Selon un sondage mené en 2011, 11,4% des élèves de 12e année (5e secondaire) consomment du Spice, ce qui place la drogue au deuxième rang des plus consommées par les finissants américains.

***

EN BREF

Qui le fume? Les adolescents curieux et les adultes de plus de 40 ans qui ne veulent pas avoir de test de drogue positif pour des motifs professionnels.

Combien ça coûte? Environ 15$ le gramme.

Qu'est-ce que c'est? Un mélange de feuilles (souvent de laitue) et de produits chimiques qui imitent les effets de la marijuana.

Pourquoi le fume-t-on? Il est indétectable dans le sang.

EN CHIFFRES

11,4% Proportion des élèves américains de 12e année (5e secondaire) qui consomment du spice, ce qui place la drogue au deuxième rang des plus consommées par les finissants aux États-Unis, d'aprèsun sondage mené en 2011.

659 Nombre d'appels liés à des complications à la suite de la prise de marijuana synthétique aux États-Unis entre janvier et mars, selon l'Association américaine des centres de contrôle antipoison.

***

Ce que disent les fabricants

> Une solution de rechange légale au pot.

> Fait d'herbe, de saveur artificielle et d'éléments synthétiques qui ne sont pas interdits au Canada ou un mélange d'herbes seulement.

> Sûr. Sans danger pour la santé ou, en tout cas, moins dangereux que du pot «naturel».

Ce que dit Santé Canada

> Une substance illégale.

> Contient des cannabinoïdes synthétiques, dont les produits chimiques JWH-018, JWH-073 and JWH-122, qui sont considérés comme des substances similaires au cannabis, donc interdites.

> La consommation de tels produits peut avoir des effets graves sur la santé, notamment parce que la proportion de produits chimiques n'est pas contrôlée.

***

Risques pour la santé

Selon Santé Canada, le cannabis synthétique pose plusieurs risques pour la santé:

> Nervosité

> Agitation

> Étourdissements

> Crises de panique ou d'angoisse

> Pertes de mémoire

> Psychoses aiguës

> Convulsions

> Rythme cardiaque rapide ou irrégulier

> Hypertension artérielle

> Essoufflement

> Douleurs thoraciques

> Variations du taux de glycémie et des niveaux d'électrolytes

> Nausées et vomissements

Partager

lapresse.ca vous suggère

  • Santé

    Légal ou pas, le pot synthétique?

    Légal ou pas, le pot synthétique? Alors que les fabricants martèlent que oui, Santé Canada affirme que non. La réponse est quelque part entre les... »

publicité

publicité

Les plus populaires : Actualités

Tous les plus populaires de la section Actualités
sur Lapresse.ca
»

publicité

la boite:1600127:box; tpl:300_B73_videos_playlist.tpl:file;

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer