Exclusif

Une Koweïtienne opérée au CUSM: des soins VIP pour 200 000 $

L'hôpital Royal Victoria, qui fait partie du Centre... (PHOTO ANNE GAUTHIER, COLLABORATION SPÉCIALE)

Agrandir

L'hôpital Royal Victoria, qui fait partie du Centre universitaire de santé McGill, a opéré et hospitalisé une Koweïtienne en échange de 200 000 $.

PHOTO ANNE GAUTHIER, COLLABORATION SPÉCIALE

Partager

Pendant que 100 000 Québécois attendaient sur les listes d'attente en chirurgie, le Centre universitaire de santé McGill (CUSM) a discrètement déroulé le tapis rouge pour une patiente koweïtienne, qui a pu venir à Montréal et passer devant tout le monde grâce aux pétrodollars de son gouvernement, a appris La Presse. Inusitée, controversée, mais payante, l'initiative a ouvert la porte à une forme de privatisation que le gouvernement a toujours rejetée. Pourtant, l'établissement n'écarte pas la possibilité de répéter l'expérience.

Une initiative du controversé Arthur Porter

>Devrait-on soigner des étrangers pour financer notre système de santé?

L'affaire a été réglée avec le gouvernement du Koweït pour environ 200 000 $. Le 16 décembre 2011, une mystérieuse patiente de 31 ans est arrivée par avion à l'aéroport Montréal-Trudeau, en provenance du riche émirat, après une escale à New York. Elle était accompagnée d'au moins un membre de sa famille. Une ambulance a été réquisitionnée pour la transporter jusqu'à l'hôpital Royal Victoria, qui fait partie du CUSM, où une chambre individuelle avait été réservée tout spécialement pour elle, selon nos sources.

La directive était claire: la femme n'était pas une patiente ordinaire. Il fallait mettre en place des accommodements spéciaux. En aucun cas elle n'accepterait de partager sa chambre. Elle bénéficiait aussi d'un service d'interprète 24heures sur 24, fourni par l'hôpital.

Peu habitué aux us et coutumes du système de santé québécois, un membre de sa famille a piqué une colère lorsque certaines personnes se sont retrouvées dans sa chambre. Deux sources internes ont confié à La Presse que la sécurité de l'hôpital a dû intervenir parce que le Koweïtien était devenu particulièrement agressif.

Suivie par plusieurs spécialistes, la patiente a passé de nombreux jours à l'hôpital avant de subir une opération cardiaque. Après avoir obtenu son congé, elle a dû être réadmise en raison de complications, avant de repartir au Koweït. Son hospitalisation a duré près d'un mois.

Compassion ou occasion d'affaires?

Interrogée par La Presse, la direction du CUSM a accepté pour la première fois de discuter du dossier qu'elle qualifie elle-même de «sensible» et de «délicat». Sans vouloir entrer dans les détails de l'état de santé de la femme, l'établissement dit avoir agi par compassion, parce que la femme nécessitait une opération «complexe» qui aurait apparemment été très risquée si elle avait été réalisée au Koweït.

Les établissements publics québécois acceptent effectivement parfois de traiter un cas rare nécessitant une expertise très pointue, par compassion. Habituellement, on parle abondamment de ces démarches comme une source de fierté, et les bénéficiaires n'exigent pas de traitement particulier à l'hôpital.

Par exemple, l'hôpital des Shriners fait parfois venir ici des enfants qui ont besoin de soins pointus inaccessibles dans leur pays. L'hôpital paie pour ces traitements à même sa fondation, alors que les médecins et le personnel traitent les enfants comme n'importe quel patient, pendant les heures régulières de travail.

Complètement différent

La procédure était complètement différente dans le cas de la patiente koweïtienne du CUSM.

D'abord, tout a été fait pour garder le dossier confidentiel. Les médecins et les employés affectés à son cas ont travaillé en dehors de leurs heures habituelles, comme un contrat privé supplémentaire pour arrondir leur fin de mois. Le lit, la chambre et le bloc opératoire ont été ouverts en surplus par rapport aux activités régulières. Tout a été payé par le ministère de la Santé du Koweït.

Selon ce qu'a appris La Presse, cet arrangement hors du commun a été planifié par le CUSM avec l'optique d'encaisser un profit.

L'initiative a certes été payante pour les professionnels de la santé affectés au dossier. Mais à terme, impossible de savoir quel bénéfice a pu être dégagé par l'hôpital sur les 200 000 $ facturés à l'émirat du golfe Persique.

Le CUSM assure que l'arrangement respectait la directive du ministère de la Santé, qui demande de facturer environ trois fois le coût normal des soins aux non-résidants qui ne cotisent pas à la Régie de l'assurance maladie du Québec.

«Les centres hospitaliers universitaires sont de plus en plus présents sur la scène internationale pour faire la promotion de leurs services. C'est une occasion pour le système de santé québécois de monnayer des services», explique Richard Fahey, porte-parole du CUSM.

«Toute la démarche a été faite avec la connaissance, l'accord et en fonction des standards, règles et coûts établis par le Ministère», assure-t-il.

Pas offert aux Québécois

Surtout, il insiste: les soins aux Québécois n'ont pas été touchés. «Tout a été fait en surplus de la charge habituelle de l'hôpital. Pas un patient du Québec n'a été déplacé ou affecté. Nous avons ouvert une salle d'opération qui était fermée, fait entrer une équipe qui n'était pas au travail, ouvert un lit de soins intensifs qui était fermé, ouvert un lit qui était fermé dans le département. Et chaque coût associé, comme un anesthésiste ou un docteur, a été facturé au Koweït», dit-il.

Mais cette façon de faire demeure controversée. M. Fahey confirme à ce sujet qu'un Québécois ne pourrait offrir à l'hôpital de payer 200 000 $ pour éviter la liste d'attente et faire ouvrir une salle d'opération ainsi qu'une chambre privée. «Ça n'arrive pas dans le système actuel», concède-t-il.

Selon nos informations, des employés du CUSM ont exprimé leur malaise devant le fait que la patiente koweïtienne était mieux traitée que les patients d'ici.

L'établissement n'a pas répété la manoeuvre depuis. Mais il ne ferme pas la porte pour l'avenir. «Faire venir des cas comme ça, c'est quelque chose qui existe aux États-Unis et en Angleterre. Nous, on l'a fait une fois. Est-ce que ce sera une occasion pour le futur? Peut-être, mais on n'a pas eu d'autres cas pour l'instant», affirme M. Fahey.

///

«Tant qu'on a des listes d'attente au Québec, oubliez ça»

L'ex-ministre de la Santé Yves Bolduc, qui était en poste à l'époque, ignorait que le Koweït avait payé pour les services d'un hôpital public montréalais. S'il l'avait su, il aurait indiqué clairement au CUSM que les salles d'opération doivent être utilisées pour désengorger les listes d'attente et que la possibilité d'en tirer de l'argent ne peut en aucun cas être considérée comme une «opportunité pour le futur».

«Il y a toujours du monde qui vient nous voir en disant qu'on devrait monnayer. Je sais que ça pourrait être rentable dans certains cas, mais politiquement, c'est non. Tant qu'à faire, qu'ils ouvrent le plateau technique pour des gens qui attendent ici. Moi, j'ai toujours dit: tant qu'on a des listes d'attente au Québec, oubliez ça. On ne peut pas opérer les gens des autres pays, à moins d'un cas de compassion exceptionnel si on est le seul endroit au monde à posséder une expertise», dit-il.

Puisqu'il n'a pas vu le dossier médical de la patiente, le Dr Bolduc ne peut savoir si l'entente avec le Koweït pourrait être considérée comme un des rares cas de compassion liés à une expertise unique. Ni lui ni son entourage n'ont reçu d'information en ce sens. «Si mes sous-ministres l'avaient su, je l'aurais su moi aussi», dit-il.

Informé des découvertes de La Presse, le nouveau ministre Réjean Hébert a fait savoir que pour lui aussi, le traitement des patients étrangers dans les hôpitaux doit être réservé à de rares cas où l'expertise québécoise est essentielle.

«Pour le ministre, ça doit demeurer l'exception, ça ne doit pas être encouragé en général», insiste son attachée de presse, Ariane Lareau.

Inacceptable

Le plus sévère demeure le Dr Gaétan Barrette, président de la Fédération des médecins spécialistes du Québec et candidat défait de la CAQ aux dernières élections, qui remet sérieusement en doute les motivations du CUSM dans cette affaire.

«Évidemment, de façon ponctuelle, on se retrouve devant des situations humanitaires, mais c'est hyper-exceptionnel. La situation que vous décrivez n'est pas acceptable, dit-il, car par définition, ça joue sur les listes d'attente. Ça le serait seulement si le Québec donnait un service adéquat à tous ses citoyens sans attente, nonobstant le milieu où il est, ce qui n'est pas la situation actuelle», déplore-t-il.

«Je peux vous dire qu'à 200 000 $ pour un cas complexe, ce n'est pas cher. À ce prix-là, vous êtes dans le bas de la fourchette. Je sais qu'on essaye de faire ça dans certains milieux. Les universités vont vous dire que c'est bien important pour se financer, mais la personne qui a été là pendant des semaines, elle a occupé un lit qui n'a pas été occupé par un autre patient», martèle-t-il.

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires : Actualités

Tous les plus populaires de la section Actualités
sur Lapresse.ca
»

publicité

la boite:1600127:box; tpl:300_B73_videos_playlist.tpl:file;

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer