Éclosion de gale dans un CHSLD d'Ahuntsic

Partager

Plus de 730 résidants et employés du centre d'hébergement en soins de longue durée (CHSLD) Laurendeau, situé dans le quartier Ahuntsic à Montréal, ont reçu un traitement contre la gale au cours des dernières semaines. Quatre cas ont été officiellement confirmés et au moins dix autres personnes ont présenté des symptômes. Il s'agit du quatrième CHSLD au Québec touché par une éclosion de la maladie au cours du dernier mois.

La gale est une infection causée par un parasite. Elle se propage par le contact peau à peau et provoque des irruptions cutanées et des démangeaisons intenses. Il s'agit d'une maladie très contagieuse.

À Ahuntsic, le premier cas a été diagnostiqué par un médecin le 3 octobre chez une résidante. Un employé avait déjà reçu le même diagnostic. À partir de deux cas, les autorités de santé publique considèrent qu'il s'agit d'une éclosion.

Dès le 4 octobre, 50 résidants hébergés au même étage que la femme atteinte, ainsi que tous les employés y travaillant ont reçu un traitement.

Mais, la semaine suivante, deux autres cas ont été «médicalement» confirmés chez deux autres résidants. Au cours de la même période, sept autres usagers, trois employés et quelques membres de la famille d'un patient ont également présenté des symptômes.

Il est difficile de déterminer avec précision le nombre de personnes qui ont été atteintes, a précisé Linda Monssen, adjointe à l'hébergement au centre de santé et de services sociaux (CSSS) Ahuntsic-Montréal-Nord. «Les problèmes de peau, c'est quelque chose que l'on voit au quotidien», a-t-elle affirmé, en précisant qu'il est ardu, même pour un médecin, de départager les cas de gale des autres problèmes de peau.

Pour éviter une propagation rapide, le CHSLD a pris la décision de traiter ses 300 résidants, ainsi que 330 employés qui sont en contact avec les usagers. Une opération «colossale», selon Linda Monssen.

Application d'une crème sur tout le corps

La gale est traitée avec l'application d'une crème de la tête aux pieds. Elle doit même être étalée sur tous les plis du corps et doit y rester de 12 à 14 heures. La personne traitée doit ensuite passer à la douche.

Toute la literie du CHSLD a aussi dû être changée, tandis que les cas suspectés et confirmés ont été mis en quarantaine.

Sous surveillance

La gale est contagieuse pour une période de quatre à six semaines. Le centre d'hébergement est donc en phase de surveillance accrue jusqu'au 26 novembre. Selon Mme Monssen, la situation est actuellement maîtrisée.

«Il est important de souligner que nous avons agi rapidement. Si nous avions laissé la situation aller, ça aurait pu se répandre rapidement et on se serait retrouvé avec un problème de taille», a-t-elle souligné.

Plus de 70 cas de gale ont été répertoriés au cours des dernières semaines dans trois CHSLD de Victoriaville et de Warwick, dans le Centre-du-Québec. L'Association québécoise des retraités des secteurs public et parapublic (AQRP) a d'ailleurs demandé au ministre de la Santé, Réjean Hébert, de mener une enquête sur cette affaire.

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires : Actualités

Tous les plus populaires de la section Actualités
sur Lapresse.ca
»

publicité

la boite:1600127:box; tpl:300_B73_videos_playlist.tpl:file;

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer