Exclusif

Lobbyisme illégal: les Drs Barrette et Desjardins cités à procès

Dr Gaétan  Barrette,  radiologue et président... (Photo François Roy, La Presse)

Agrandir

Dr Gaétan Barrette, radiologue et président de la Fédération des médecins spécialistes du Québec (FMSQ).

Photo François Roy, La Presse

Sara Champagne
La Presse

Un procès s'ouvrira au mois de septembre contre deux ténors de la santé représentant les médecins spécialistes au Québec. Le Dr Gaétan Barrette, radiologue et président de la Fédération des médecins spécialistes du Québec (FMSQ), ainsi que le Dr Frédéric Desjardins, président de l'Association des radiologistes du Québec (ARQ), sont accusés d'avoir fait du lobbyisme illégal auprès du gouvernement, avec pour résultat qu'aujourd'hui, les radiologues détiennent le monopole des cliniques privées d'imagerie médicale au Québec.

Les deux radiologistes, toujours actifs dans la profession, ont déjà reconnu les faits reprochés sous quatre chefs d'accusation, mais ils entendent plaider non coupable et veulent contester la loi stipulant qu'il faut s'enregistrer pour exercer du lobbying. Ils s'exposent à des amendes salées.

Les cliniques d'imagerie

Ces accusations ont été déposées par le Directeur des poursuites criminelles et pénales (DPCP) dans la foulée de l'adoption dans l'urgence de la loi 95, en juin 2008, sous l'ancien ministre Philippe Couillard. Cette loi, devenue ensuite la loi 34 sur les laboratoires d'imagerie médicale, a fait en sorte que les cliniques d'imagerie ne peuvent aujourd'hui être exploitées que par des radiologistes inscrits au Collège des médecins.

Or, à peine quatre mois après l'adoption de la loi 95, donc en septembre 2008, un consortium comptant aujourd'hui 110 radiologistes actionnaires a vu le jour avec l'objectif «d'acquérir, de gérer et d'exploiter» des cliniques d'imagerie médicale privées. Il s'agit du Groupe RadiologiX.

En plus de loger à la même adresse que la FMSQ, soit au 30e étage du Complexe Desjardins, le Groupe RadiologiX compte parmi ses administrateurs le Dr Frédéric Desjardins, président de l'Association des radiologistes du Québec (ARQ). Depuis le dépôt de la poursuite, en 2008, le Dr Desjardins a inscrit son association auprès du Commissaire au lobbyisme du Québec afin d'entretenir des pourparlers avec le gouvernement. Mais les accusations ne sont pas tombées pour autant.

Le Groupe RadiologiX est parvenu à ce jour à acheter une dizaine de centres d'imagerie médicale dans la région métropolitaine. Le Dr Barrette n'était pas «disponible» vendredi pour commenter l'affaire, a-t-on indiqué à sa direction des communications. En entrevue avec La Presse, le Dr Desjardins a affirmé que RadiologiX aurait aimé compter le Dr Barrette parmi ses actionnaires, mais que ce dernier aurait refusé en raison de «ses ambitions politiques connues de tous». Selon lui, le groupe est loin d'exercer un monopole sur la radiologie au Québec.

«Le patient sort gagnant»

«Une dizaine de cliniques sur une centaine, ce n'est pas beaucoup, dit-il. Nous ne sommes pas le seul groupe, il y a aussi le groupe Imagix (Biron), qui possède une dizaine de cliniques. Nous achetons des cliniques de vieux radiologistes qui se retirent de la profession ou qui ne veulent pas numériser leur centre en raison des coûts et de la gestion de l'installation. C'est clair qu'en étant plusieurs actionnaires, ça réduit le risque financier. Mais il faut comprendre que c'est le patient qui en sort gagnant en fin de compte, parce qu'on brise l'isolement des radiologues qui font de la lecture en solitaire, avec du vieil équipement.»

Le Commissaire au lobbyisme du Québec avait découvert les faits reprochés aux deux radiologistes au cours d'une enquête portant sur le passage du public au privé de l'ancien ministre de la Santé Philippe Couillard.

Dans une lettre qui lui a été envoyée et signée par les Drs Barrette et Desjardins, le 6 mars 2008, le tandem qui dirige la FMSQ et l'ARQ pressait l'ancien ministre de la Santé d'adopter la loi afin que toutes les «activités de laboratoire d'imagerie médicale soient sous l'autorité des médecins». Les deux radiologistes soutenaient qu'ils constataient une nouvelle tendance auprès de leurs confrères radiologistes, «dans la recherche de meilleur financement», à s'associer à des «gestionnaires non-médecins souvent actionnaires».

Prises de contrôle étrangères

Durant cette même période, le Dr Barrette a fait des sorties publiques à plusieurs reprises dans les médias pour dénoncer la menace d'intérêts étrangers soi-disant prêts à se porter acquéreurs de cliniques québécoises d'imagerie médicale.

Joint par La Presse, le Dr Philippe Couillard, qui a répété à plusieurs reprises depuis son départ de la politique qu'il n'a pas l'intention d'y revenir, a néanmoins accepté de revenir sur cette période qui a donné naissance à la loi 95. Il a toutefois précisé qu'il ne désirait pas commenter les suites de la loi, devenue la loi 34 sous le ministre Yves Bolduc.

«Il est difficile, même avec le recul, de quantifier le risque réel de prise de contrôle étrangère qui existait à l'époque, a soutenu l'ancien ministre. Ce qui est certain, c'est que les progrès technologiques rendent possible la lecture des examens à distance, par exemple dans un autre pays. Dans cette optique, l'encadrement de la propriété des centres était une action justifiée», a-t-il expliqué.

Le député Bernard Drainville, porte-parole officiel en santé de l'époque pour le Parti québécois, avait assisté aux débats sur le projet de loi. Il avait aussi été approché par le tandem Barrette-Desjardins. Son attaché de presse, Éric Gamache, a expliqué qu'il ne commentera pas le dossier étant donné les procédures judiciaires en cours. «À l'époque, disons qu'on avait présumé de la bonne foi du Dr Barrette et du Dr Desjardins concernant la menace étrangère d'acquisitions», a-t-il précisé.

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires : Actualités

Tous les plus populaires de la section Actualités
sur Lapresse.ca
»

publicité

la boite:1600127:box; tpl:300_B73_videos_playlist.tpl:file;

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer