Le CUSM, «ami des aînés»

La ministre responsable des aînés, Marguerite Blais, et... (Photo: Robert Skinner, La Presse)

Agrandir

La ministre responsable des aînés, Marguerite Blais, et le ministre de la Santé, Yves Bolduc, ont lancé, hier, le projet «hôpital ami des aînés» au Centre universitaire de santé McGill (CUSM). Ils étaient accompagnés de la Dre Nadine Larente, directrice associée de la division de gériatrie du CUSM.

Photo: Robert Skinner, La Presse

Les hôpitaux sont des milieux hostiles pour les aînés, affirme le ministre de la Santé, Yves Bolduc. Pour améliorer la situation et éviter que les personnes âgées ne ressortent «encore plus malades» d'un séjour à l'hôpital, le gouvernement a investi 300 000$, hier, au Centre universitaire de santé McGill (CUSM), qui veut devenir le premier hôpital «ami des aînés» au Québec.

«Le CUSM a déjà adopté une approche adaptée aux aînés. Il va mettre en place un projet pilote pour prévenir le delirium et le déclin fonctionnel chez les aînés, et devenir un exemple à suivre», a déclaré la ministre responsable des aînés, Marguerite Blais.

Le concept d'hôpital ami des aînés a été pensé par l'équipe du CUSM. L'idée a séduit la ministre Blais, qui travaille depuis plusieurs mois à celui de «ville amie des aînés». Au Québec, 179 villes sont amies des aînés.

Des solutions simples

Plusieurs études ont déjà fait état des mesures à adopter pour éviter que les personnes âgées ne voient leur état de santé décliner lors d'un séjour à l'hôpital. «Il faut les hydrater, les garder orientées, leur permettre de marcher...», énumère la Dre Nadine Larente, directrice associée de la division de gériatrie du CUSM. «Les solutions sont simples mais demandent un virage à 180° de notre culture hospitalière.»

Par exemple, des bénévoles circulent déjà dans les étages du CUSM pour distribuer des pichets d'eau aux patients afin qu'ils puissent s'hydrater. «Mais les aînés trop faibles ne sont pas capables de soulever le pichet. Plusieurs aînés ne ressentent pas la soif. Ou il faut passer 10 minutes avec certains patients désorientés pour les convaincre de boire. Le personnel n'a pas le temps de faire ça, et les bénévoles ne sont pas formés pour ça», illustre la Dre Larente.

Avec le vieillissement de la population, de plus en plus de personnes âgées se retrouvent dans les hôpitaux. C'est pourquoi le ministre Bolduc juge urgent d'adapter les soins aux aînés. «Une personne âgée demande des services, un environnement et une philosophie particuliers», dit-il.

Selon le Dr Bolduc, tous les hôpitaux du Québec sont en train de travailler à l'implantation de soins particuliers pour les aînés. Le ministre donne une note de 70% aux hôpitaux du Québec pour leur gestion actuelle des personnes âgées. «Il y a encore du travail à faire. Et le groupe du CUSM va aider en ce sens», a-t-il dit.

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires : Actualités

Tous les plus populaires de la section Actualités
sur Lapresse.ca
»

publicité

la boite:1600127:box; tpl:300_B73_videos_playlist.tpl:file;

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer