À La Malbaie, plus de journalistes que de manifestants de droite

En tout et pour tout, la zone de... (PHOTO ROBERT SKINNER, LA PRESSE)

Agrandir

En tout et pour tout, la zone de libre-expression aura tout au plus accueilli 250 manifestants en trois jours.

PHOTO ROBERT SKINNER, LA PRESSE

(LA MALBAIE) Un groupe de droite anti-immigration n'a rassemblé qu'une vingtaine de manifestants samedi à La Malbaie, moins que les journalistes présents et beaucoup moins qu'un groupe de réfugiés vietnamiens aussi venus manifester.

Le groupe Québec Libre en action est venu dénoncer la mondialisation, le G7 et prôner la souveraineté et la nationalisation « des banques et des entreprises qui s'occupent de nos besoins », a expliqué leur porte-parole, qui n'a pas voulu donner son vrai nom, mais se présente sous celui de John Hex.

Il a expliqué la faible mobilisation par un manque de temps.

Au même moment dans la « zone de libre expression », environ 150 manifestants d'origine vietnamienne dénonçaient la décision de Justin Trudeau d'inviter à La Malbaie le premier ministre du Vietnam.

Hong Bhan Bang, 65 ans, est un ancien réfugié qui a fait le voyage de Montréal pour manifester. « Pourquoi Trudeau a invité le premier ministre du Vietnam communiste pour parler d'environnement, alors qu'il est responsable de la pollution de 250 km de côte où les poissons morts flottent », a expliqué l'homme, en référence d'un désastre écologique survenu au Vietnam en 2016 et causé par une entreprise de Taïwan, Formosa.

En tout et pour tout, la zone de libre-expression aura tout au plus accueilli 250 manifestants en trois jours.




À découvrir sur LaPresse.ca

Les plus populaires : Actualités

Tous les plus populaires de la section Actualités
sur Lapresse.ca
»

Autres contenus populaires

la boite:219:box
image title
Fermer