Élections municipales: les résultats ailleurs au Québec

Maxime Pedneaud-Jobin a été réélu à la mairie... (Photo PATRICK WOODBURY, LeDroit)

Agrandir

Maxime Pedneaud-Jobin a été réélu à la mairie de Gatineau.

Photo PATRICK WOODBURY, LeDroit

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page
La Presse

Beaucoup de réélections, plusieurs nouveaux venus et quelques surprises: coup d'oeil sur les vainqueurs aux quatre coins du Québec.

GATINEAU: MAXIME PEDNEAUD-JOBIN HAUT LA MAIN

Le maire Maxime Pedneaud-Jobin a été réélu avec près de la moitié des voix et une confortable avance sur ses deux principaux opposants, Denis Tassé et Sylvie Goneau. La campagne électorale a été l'occasion pour une partie de la communauté des affaires de Gatineau d'exprimer son insatisfaction face à l'opposition de M. Pedneaud-Jobin à deux tours de 35 et 55 étages sur le bord de la rivière des Outaouais. M. Pedneaud-Jobin a promis une extension du train léger et son arrimage avec celui d'Ottawa, alors que Sylvie Goneau prônait un nouveau pont vers l'Ontario et Denis Tassé, la réfection des rues, ce qui lui a valu le surnom de « Monsieur Asphalte ».

- Mathieu Perreault, La Presse

GRANBY: UN DEUXIÈME MANDAT POUR PASCAL BONIN

Les citoyens de Granby ont choisi de confier un deuxième mandat à Pascal Bonin. Le principal adversaire de M. Bonin, l'ex-conseiller municipal Yves Bélanger, avait fait campagne en prônant l'idée d'un « budget participatif » qui aurait permis aux citoyens de choisir comment investir une partie des fonds de la Ville. En campagne électorale, Pascal Bonin s'était quant à lui félicité d'avoir investi 142 millions dans des projets tout en freinant l'endettement de la Ville. Un autre enjeu semble avoir interpellé les citoyens : M. Bonin s'était dit favorable à la construction d'un nouveau parc aquatique, un projet critiqué par Yves Bélanger pour son coût trop élevé.

- Philippe Mercure, La Presse

SOREL-TRACY: SERGE PÉLOQUIN SANS PEINE

La lutte n'a jamais eu lieu. En cours de campagne, un sondage avait laissé croire que le maire sortant de Sorel-Tracy, Serge Péloquin, se faisait chauffer par son opposant Marcel Robert, lui-même ancien maire de la ville. Mais M. Péloquin s'est finalement fait réélire très facilement, devançant ses trois opposants. Le maire sortant avait fait campagne sur son bilan, vantant notamment l'aménagement du quai Catherine-Legardeur, l'implantation de Statera, une expérience immersive touristique portant sur l'histoire de la ville, et la création de l'Écocentre régional. M. Péloquin avait aussi signé des ententes avec les employés municipaux et avait promis d'implanter une zone industrialo-portuaire s'il était réélu. Son adversaire Marcel Robert avait notamment promis d'ériger un nouveau pont sur le Saint-Laurent entre Sorel-Tracy et Lanoraie.

- Philippe Mercure, La Presse

TROIS-RIVIÈRES: ET DE CINQ POUR YVES LÉVESQUE

Le maire Yves Lévesque a été réélu avec plus de la moitié des voix, mais son principal adversaire, Jean-François Aubin, a mené une lutte plus chaude que prévu. M. Lévesque a obtenu moins de 10 % d'avance sur M. Aubin, un professeur de travail social au cégep qui est conseiller municipal depuis quatre ans. M. Lévesque est associé à des projets d'envergure pour Trois-Rivières, comme un amphithéâtre et une patinoire intérieure, alors que M. Aubin promettait un gel des taxes municipales et un réseau de pistes cyclables. En 2013, M. Lévesque avait eu près de 20 % d'avance sur sa plus proche rivale.

- Mathieu Perreault, La Presse

SAGUENAY: JOSÉE NÉRON SUCCÈDE À JEAN TREMBLAY

Josée Néron, cheffe de l'opposition au maire sortant Jean Tremblay, maire de Saguenay pendant 20 ans, lui a succédé facilement avec la moitié des voix et 20 points d'avance sur son plus proche rival, l'ancien député conservateur Jean-Pierre Blackburn. Ce dernier avait tout d'abord été choisi par M. Tremblay pour lui succéder, mais M. Blackburn avait ensuite décidé de se présenter comme indépendant. 

- Mathieu Perreault, La Presse

WESTMOUNT: ÇA SE POURSUIT POUR CHRISTINA SMITH

La successeure de Peter Trent, Christina Smith, l'a facilement emporté avec 60 % des voix, le double de son rival le plus proche, le conseiller municipal Patrick Martin. Mme Smith était mairesse suppléante depuis avril, quand M. Trent, maire de 1992 à 2001, grand opposant des fusions municipales, puis de nouveau maire à partir de 2009, a pris sa retraite. Mme Smith, qui a été attachée politique au Parti libéral fédéral, puis haute dirigeante pour Coca-Cola au Canada, a été élue conseillère municipale en 2013 et était responsable des finances. Elle a promis une piscine intérieure, alors que M. Martin voulait rendre le service des permis de construction plus aimable envers les citoyens. Le troisième candidat, Beryl Wajsman, rédacteur en chef de l'hebdomadaire The Suburban, s'est opposé au BIXI et a réclamé de meilleures routes.

- Mathieu Perreault, La Presse

RIMOUSKI: MARC PARENT CONSERVE SON POSTE

Le maire suppléant Marc Parent a profité d'une lutte à quatre candidats pour l'emporter avec un peu moins de la moitié des suffrages. M. Parent avait causé une certaine controverse en se présentant malgré sa promesse, quand il avait été élu maire suppléant il y a un an, de ne pas briguer la mairie en 2017. Son prédécesseur, Éric Forest, avait été nommé au Sénat. Son plus proche rival, Pierre Chassé, un conseiller municipal, a obtenu le tiers des votes.

- Mathieu Perreault, La Presse

BAIE-COMEAU: YVES MONTIGNY INCARNE LE RENOUVEAU

Yves Montigny, élu pour la première fois au conseil municipal l'an dernier, a été élu maire par plus des deux tiers des voix, devant son opposant Yves Boudreau, qui est conseiller municipal depuis 16 ans. Conseiller pédagogique, M. Montigny a proposé de continuer l'approche de l'ancien maire Claude Martel, qui avait déjà été maire entre 1994 et 2002 et était remonté au créneau en 2013 face à la crise que vivait Baie-Comeau. M. Martel a mis de l'ordre dans les finances publiques et a travaillé pour éviter plusieurs fermetures industrielles.

- Mathieu Perreault, La Presse

SEPT-ÎLES: RÉÉLECTION FACILE DE RÉJEAN PORLIER

Le maire Réjean Porlier a été réélu avec près de 60 % des voix, malgré l'opposition d'un ancien maire et d'une trentaine de ténors de la communauté d'affaires de Sept-Îles. Son rival, Russel Tremblay, directeur adjoint de Développement économique Sept-Îles, a eu 15 % de voix de moins que M. Porlier qui, en 2013, avait été élu avec seulement 30 % dans une chaude lutte à cinq candidats. Selon un article de l'hebdomadaire Le Nord-Côtier, M. Porlier avait accusé Ghislain Lévesque, maire de 1997 à 2009 et partisan de M. Tremblay, de « jouer les belles-mères », et avancé que son opposant était l'homme de paille d'un influent groupe qui « tire les ficelles ».

- Mathieu Perreault, La Presse

SAINT-LAMBERT: PIERRE BRODEUR REMPORTE UNE LUTTE À SIX

Pas moins de six candidats se disputaient la mairie de Saint-Lambert. C'est finalement Pierre Brodeur qui a remporté l'élection. Enseignant de profession, M. Brodeur était aussi directeur du Service des loisirs de La Prairie. Fait inusité, M. Brodeur avait promis de ne rester qu'un mandat s'il était élu, disant vouloir donner un « coup de barre » à la ville. L'homme avait été conseiller municipal de 1993 à 2002 et réside à Saint-Lambert depuis 40 ans. Il a fait campagne sous le slogan « OEuvrons en harmonie », disant vouloir rétablir de bons liens entre les élus et les citoyens. Le maire sortant Alain Dépatie a terminé quatrième, derrière l'entrepreneur Marc Edwards et l'ex-batteur des Cowboys fringants Dominique Lebeau.

- Philippe Mercure, La Presse

SAINT-JEAN-SUR-RICHELIEU: ALAIN LAPLANTE PREND SA REVANCHE

Mêmes candidats, autre résultat. Après s'être fait la lutte en 2013, les candidats Michel Fecteau, Alain Laplante et Claude Bachand ont remis ça cette année. Mais le gagnant de 2013, Michel Fecteau, a cette fois été délogé par Alain Laplante, qui a donc remporté la mairie au terme d'une chaude lutte à trois. M. Laplante avait notamment promis de revoir le salaire des élus « afin qu'il corresponde mieux aux attentes de la population ». M. Laplante avait été conseiller municipal de 2009 à 2013 et est président de Maison Objectif, une entreprise de recherche en marketing.

- Philippe Mercure, La Presse

LAC-MÉGANTIC: JULIE MORIN ÉLUE

Quatre ans après la tragédie de Lac-Mégantic, Julie Morin, 34 ans, prend les rênes de la petite municipalité de l'Estrie. Julie Morin a remporté une victoire franche contre son adversaire Ronald Martel, 63 ans. Les deux candidats voulaient ravir le siège laissé vacant par Jean-Guy Cloutier, élu en 2015 au départ de Colette Roy Laroche. En campagne, M. Martel s'était fait un apôtre du rétablissement des finances publiques, plaidant notamment pour l'abolition des postes supplémentaires créés dans la municipalité après le déraillement de train catastrophique de 2013. Mme Morin s'était dite plutôt favorable à leur maintien.

- Philippe Mercure, La Presse

CHÂTEAUGUAY: PIERRE-PAUL ROUTHIER ÉLU

Un vent de changement a soufflé à Châteauguay. La mairesse sortante, Nathalie Simon, a terminé loin derrière le candidat Pierre-Paul Routhier, ancien propriétaire d'une entreprise de déménagement devenu avocat après un retour aux études à 44 ans. Plusieurs des candidats de l'équipe de M. Routhier aux postes de conseillers étaient en avance lors du dépouillement des votes hier soir. Pendant sa campagne, Pierre-Paul Routhier a dénoncé la « stagnation » d'une ville devenue « amorphe », selon lui. La mairesse sortante Nathalie Simon avait fait parler d'elle à la grandeur du Québec en 2013 lorsqu'elle avait collaboré à une enquête de l'Unité permanente anticorruption (UPAC) pour faire arrêter des hommes d'affaires qui auraient tenté de la corrompre.

- Vincent Larouche, La Presse

VAUDREUIL-DORION: GUY PILON RÉÉLU

Le maire sortant Guy Pilon, 64 ans, a été facilement réélu pour un quatrième mandat à la mairie. Celui qui siège au conseil depuis sa première élection comme conseiller en 1998 célébrera l'an prochain ses 20 ans comme élu municipal. Il a fait campagne cette année en misant sur son expérience dans la gestion des affaires de la Ville, dont la population a plus que doublé sous sa gouverne, passant de 16 000 à près de 40 000 habitants aujourd'hui. M. Pilon faisait face à Pierre Séguin, un avocat spécialisé en droit municipal et commercial.

- Vincent Larouche, La Presse

SALABERRY-DE-VALLEYFIELD: MIGUEL LEMIEUX EN VOIE D'ÊTRE ÉLU

On observera plusieurs nouveaux visages au conseil municipal à Salaberry-de-Valleyfield. Denis Lapointe, qui occupait le poste de maire depuis 22 ans, ne s'est pas représenté cette fois. Quatre autres conseillers sur huit avaient aussi laissé leur place. Au moment de publier ces lignes, c'était le candidat à la mairie Miguel Lemieux qui était en avance. M. Lemieux est un ancien attaché politique du député péquiste de Beauharnois, Guy Leclair. Âgé de 32 ans, titulaire d'une maîtrise en science politique, il a fait campagne sous le thème de « l'alliance des générations ».

- Vincent Larouche, La Presse

SHERBROOKE: STEVE LUSSIER ÉLU

Changement de garde à Sherbrooke. Le maire sortant et président de l'Union des municipalités du Québec, Bernard Sévigny, a échoué dans sa tentative de décrocher un troisième mandat. Les citoyens ont préféré confier les rênes de la ville au candidat indépendant Steve Lussier, un homme d'affaires issu du monde de la finance qui avait promis de remplir le parc industriel et de créer des emplois. M. Lussier avait aussi dénoncé le projet d'aéroport de Sherbrooke, où la volonté de créer des vols vers Montréal et Toronto a fait couler beaucoup d'encre. 

- Philippe Mercure, La Presse

SAINT-HYACINTHE: CLAUDE CORBEIL RÉÉLU

Le producteur agricole Claude Corbeil a obtenu un deuxième mandat à la mairie de Saint-Hyacinthe. M. Corbeil a défait sa seule adversaire, Chantal Goulet, issue du milieu communautaire. En campagne, Claude Corbeil avait vanté son bilan, soulignant qu'il avait réussi à faire des investissements tout en diminuant la dette de 22 %. Il avait aussi dit vouloir faire franchir le cap des 60 000 habitants à la ville et promis de mieux utiliser l'aéroport comme outil de développement économique. Mme Goulet avait de son côté dénoncé le « manque de transparence et la fermeture du conseil municipal » et promis de mettre sur pied un comité consultatif formé de citoyens.

- Philippe Mercure, La Presse

TERREBONNE: MARC-ANDRÉ PLANTE ÉLU

Du nouveau à Terrebonne : Marc-André Plante a accédé à la mairie hier, volant la victoire au maire sortant, Stéphane Berthe. L'intégrité et l'éthique ont été au coeur de cette campagne électorale, la ville ayant été secouée par des perquisitions de l'UPAC à l'hôtel de ville, alors que Jean-Marc Robitaille était maire et visé par des allégations de corruption. M. Robitaille a été à la tête de Terrebonne de 1997 à 2016. Il a quitté son poste l'automne dernier. Le nouveau maire, Marc-André Plante, a promis de créer un bureau de l'intégrité, de l'éthique et de la protection des actifs.

- Stéphanie Bérubé, La Presse

REPENTIGNY: CHANTAL DESCHAMPS RÉÉLUE

Repentigny mise sur la continuité : sans surprise, Chantal Deschamps conserve sa place à la mairie. Ce sera son sixième mandat : elle est mairesse de Repentigny depuis 20 ans. L'année dernière, Chantal Deschamps a reçu le prix Jean-Paul-L'Allier, remis par l'Ordre des urbanistes du Québec, qui souligne le travail d'un élu québécois qui s'est distingué par sa vision, son leadership et ses réalisations en urbanisme et en aménagement du territoire.

- Stéphanie Bérubé, La Presse

L'ASSOMPTION: SÉBASTIEN NADEAU ÉLU

Renouveau à L'Assomption où la population a choisi Sébastien Nadeau comme maire. La ville avait un maire suppléant depuis le départ de Jean-Claude Gingras, accusé d'abus de confiance par l'UPAC et qui avait aussi été blâmé par la Commission municipale du Québec (CMQ), notamment pour sa gestion des ressources humaines. Sébastien Nadeau, qui a étudié au Collège de l'Assomption, un établissement privé qui se trouve au coeur du centre-ville, accède à la mairie avec une nouvelle équipe, Vision L'Assomption. ll veut faire de cette municipalité de Lanaudière une ville avant-gardiste et poursuivre l'élan de son pôle culturel.

- Stéphanie Bérubé, La Presse

MASCOUCHE: GUILLAUME TREMBLAY RÉÉLU

Les citoyens de Mascouche ont décidé de redonner le pouvoir au maire sortant, Guillaume Tremblay, en lui offrant hier soir une victoire sans équivoque - autour de 80 % des voix. Le jeune maire de 33 ans, ancien député péquiste, avait été élu une première fois en 2013, après des années difficiles pour cette ville de la couronne nord de Montréal. Mascouche a été dirigée de 1991 à 2012 par Richard Marcotte. Ce dernier, arrêté par l'Unité permanente anticorruption en 2102 et accusé de corruption, est décédé l'année dernière.

- Stéphanie Bérubé, La Presse

BOISBRIAND: MARLENE CORDATO RÉÉLUE

La mairesse de Boisbriand, Marlene Cordato, conserve le pouvoir. La chef du Ralliement des citoyens de Boisbriand a été élue pour un troisième mandat. Elle est au conseil municipal de Boisbriand depuis 15 ans. Elle a gagné hier avec plus de 60 % des voix devant son plus proche rival, Denis Hébert, qui a obtenu moins de 30 % des votes. En 2009, Marlene Cordato avait défait la mairesse Sylvie Saint-Jean, reconnue coupable de fraudes, complot et abus de confiance en 2014.

- Stéphanie Bérubé, La Presse

BLAINVILLE: RICHARD PERREAULT RÉÉLU

Le maire de Blainville conserve son poste : les citoyens de cette ville de la couronne nord de Montréal ont de nouveau accordé leur confiance à Richard Perreault, chef de la formation Vrai Blainville. M. Perreault avait été élu une première fois en 2013. Il avait alors recueilli 57 % des votes. Hier, il a fait mieux encore avec près de 80 %. Il est au conseil municipal depuis 2005.

- Stéphanie Bérubé, La Presse




À découvrir sur LaPresse.ca

publicité

publicité

Les plus populaires : Actualités

Tous les plus populaires de la section Actualités
sur Lapresse.ca
»

publicité

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer