Exclusif

Soupe et bénévolat pour l'ex-maire Gilles Vaillancourt

Au moins deux fois par semaine, Gilles Vaillancourt... (PHOTO OLIVIER JEAN, LA PRESSE)

Agrandir

Au moins deux fois par semaine, Gilles Vaillancourt franchit les deux kilomètres qui séparent sa résidence de l'île Paton de l'organisme Partage Saint-Maxime. C'est là qu'il travaille aux cuisines et sert des repas.

PHOTO OLIVIER JEAN, LA PRESSE

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

Il est accusé d'avoir dirigé un gang criminel qui brassait des millions de dollars à partir de l'hôtel de ville de Laval. Mais depuis quelques mois, l'ancien maire Gilles Vaillancourt fait des gâteaux et brasse de la soupe.

En marge de l'enquête préliminaire, qui analyse la preuve accumulée contre ses 34 coaccusés et lui, Gilles Vaillancourt fait du bénévolat dans un organisme d'aide aux démunis, dans le quartier Chomedey. Au moins deux fois par semaine, M. Vaillancourt franchit les deux kilomètres qui séparent sa résidence de l'île Paton de l'organisme Partage Saint-Maxime. C'est là qu'il travaille aux cuisines et sert des repas.

«J'ai toujours beaucoup aimé aider les gens. C'est ce qui m'a motivé toute ma vie, en politique et avant la politique», a expliqué à La Presse M. Vaillancourt.

C'est lors d'une brève interruption de l'enquête préliminaire qui se déroule au palais de justice de Laval et dont les travaux sont frappés d'une ordonnance de non-publication que M. Vaillancourt a accepté volontiers de parler de son implication communautaire. «Je coupe des oignons et des carottes. Je ne suis pas le chef!», a-t-il raconté avec le sourire. Sur le même ton, le maire déchu a précisé que s'il n'avait jamais cuisiné jusque-là, aujourd'hui, il se débrouille. Parfois même, a-t-il ajouté, il mitonne un pâté chinois à sa femme Francine. «Si jamais ma femme tombait malade, je serais capable de l'aider», a souligné M. Vaillancourt.

La directrice de Partage Saint-Maxime, soeur Mariette Desrochers, explique que l'organisme est «une famille ouverte à toutes les difficultés sociales». «Ici, on ne rejette personne et on ne juge personne. Vous n'êtes pas ce que vous avez fait mais ce que vous choisissez de faire pour l'avenir», dit-elle avant de commenter la situation de Gilles Vaillancourt: «Il n'a pas fait que du mauvais. Il a mis Laval sur la carte.»

C'est une rencontre fortuite entre soeur Desrochers et M. Vaillancourt dans un casse-croûte qui a scellé leur entente de collaboration. Depuis, Gilles Vaillancourt «fait de la bonne soupe et il a appris à faire du gâteau», selon soeur Desrochers.

Pour la juge à la retraite Suzanne Coupal, qui a prononcé plus d'une sentence dans sa carrière, il ne fait pas de doute que Gilles Vaillancourt a tout intérêt à présenter une image positive de lui-même. «Mais tout est relatif. Si au terme d'un procès, il devait être reconnu coupable, le juge va d'abord tenir compte de la nature du crime et de son étendue. De façon subjective, il pourra considérer, par exemple, son âge et sa capacité à se réhabiliter», explique Mme Coupal.

L'avocate de M. Vaillancourt, Me Nadine Touma, n'a pas rappelé La Presse. Quant à soeur Desrochers, elle s'est bornée à dire que lorsque M. Vaillancourt «a la mine basse, on le relève».

Avant que la porte de la salle d'audience ne soit rouverte et que les accusés retournent s'y asseoir, La Presse a demandé à M. Vaillancourt comment il vit la tourmente des deux dernières années (il a été arrêté et accusé en mai 2013). «Ma plus grande tristesse, c'est d'avoir accumulé de l'expérience et des connaissances que je ne peux pas transmettre compte tenu des circonstances. Je ne peux pas me brancher une clé USB ici, dit-il en pointant sa tempe droite, et vous la brancher. C'est vraiment ma plus grande tristesse.»

Gilles Vaillancourt affirme avoir du soutien de sa famille. Et les amis? Il marque un temps d'arrêt avant de se pencher: «Quand on a autant d'amis que les doigts d'une main, c'est déjà beaucoup.» Mais parmi les coaccusés, n'y avait-il pas des amis? lui demande La Presse. «Parmi ces gens-là, il y a plusieurs personnes que je n'ai jamais vues de ma vie.»

Pour le reste, il faudra attendre que le tribunal décide s'il y a lieu d'engager un procès.

Gilles Vaillancourt en 10 dates

  • 1973: Élu conseiller municipal
  • 1984: Nommé au comité exécutif sous le maire Claude Lefebvre
  • 1989: Élu maire, il sera réélu à cinq reprises
  • De 1995 à 1997: Président de l'Union des municipalités du Québec
  • De 2007 à 2010: Membre du conseil d'administration d'Hydro-Québec
  • Novembre 2010: Début de l'enquête policière baptisée «Honorer»
  • Octobre 2012: Vague de perquisitions de l'UPAC
  • Novembre 2012: Démission
  • Mai 2013: Arrestation et accusations de gangstérisme, fraude et corruption
  • Depuis avril 2015: Enquête préliminaire

Partager

À découvrir sur LaPresse.ca

publicité

publicité

Les plus populaires : Actualités

Tous les plus populaires de la section Actualités
sur Lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer