Saint-Lambert: le maire blanchi malgré des gestes «déplorables»

Le maire de Saint-Lambert, Alain Dépatie.... (PHOTO ANDRÉ PICHETTE, ARCHIVES LA PRESSE)

Agrandir

Le maire de Saint-Lambert, Alain Dépatie.

PHOTO ANDRÉ PICHETTE, ARCHIVES LA PRESSE

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

Il n'y aura aucune sanction contre le maire de Saint-Lambert, Alain Dépatie, ni contre le conseiller Jean Bouchard quant à leur conduite envers leur directeur général, François Vaillancourt. Néanmoins, leurs gestes sont qualifiés de «déplorables» et promettent de servir de leçons aux autres élus municipaux de la province.

Ainsi, même si les juges de la Commission municipale du Québec (CMQ), Sandra Bilodeau et Sylvie Piérard, ne sanctionnent pas les deux élus, elles ne manquent pas de déplorer les «conflits trop fréquents» des nouveaux élus avec les directeurs généraux nommés sous l'ancienne administration municipale. Donc, sous de potentiels adversaires politiques.

Code d'éthique et de déontologie

Dans son jugement, qui sera rendu public aujourd'hui et que La Presse a obtenu, la CMQ explique en long et en large que pour conclure à un manquement en vertu du Code d'éthique et de déontologie devant guider les élus, il faut démontrer hors de tout doute que ces derniers se sont «sciemment» placés dans une situation susceptible de mettre en conflit leur «intérêt personnel et leurs devoirs d'élus».

Or, dans ce cas-ci, les juges en viennent à la conclusion que c'est le «ressentiment» envers les anciens élus de Saint-Lambert qui a poussé le maire Dépatie, et dans la même foulée le conseiller Bouchard, à comploter pour se défaire du directeur général, François Vaillancourt.

Lors des audiences devant le tribunal de la CMQ, l'automne dernier, le directeur général a longuement raconté comment il en est venu à conclure à du harcèlement de la part des deux élus afin de le congédier après plusieurs mois de tractations dans son dos. Suivit son absence pour maladie.

À la Ville de Saint-Lambert, aucun élu ni le directeur général n'ont commenté le jugement de la CMQ, hier. Malgré les procédures, M. Vaillancourt a continué jusqu'à ce jour à occuper ses fonctions du plus haut fonctionnaire de la municipalité. Rappelons que la plainte devant la CMQ émanait des autres élus du conseil, outrés par la conduite du maire et du conseiller.

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires : Actualités

Tous les plus populaires de la section Actualités
sur Lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer