Les policiers «cowboys» sont autorisés à Châteauguay

La Commission des relations de travail s'est prononcé... (PHOTO PATRICK SANFAÇON, ARCHIVES LA PRESSE)

Agrandir

La Commission des relations de travail s'est prononcé sur une plainte formulée par la Ville de Châteauguay, qui déplore que ses policiers aient troqué leur uniforme contre un costume de shérif afin de protester contre le projet de loi 3.

PHOTO PATRICK SANFAÇON, ARCHIVES LA PRESSE

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

Les policiers-shérifs pourront continuer à sévir dans les rues de Châteauguay. Dans une décision rendue ce matin, la Commission des relations du travail (CRT) rejette la demande de la Ville, qui souhaitait obliger les policiers à retirer leur nouveau costume pour des raisons de «confusion» et de «sécurité».

Depuis la mi-novembre, les policiers arborent un insigne de shérif, un chapeau et des bottes de cowboys pour manifester leur opposition au projet de loi 3 sur les régimes de retraite. 

«En conséquence, il n'y a aucun élément de preuve probant qui permet de craindre que le port du chapeau de cowboy et des étoiles de shérif crée une confusion telle dans l'esprit des citoyens qu'elle serait vraisemblablement susceptible de priver la population d'un service auquel elle a droit», écrit la CRT.

La Commission dit ne pas avoir à se prononcer sur la question du port des bottes de cowboys, parce que la Fraternité des policiers a suspendu ce moyen de visibilité «jusqu'à un moment jugé opportun au printemps 2015».

La division des services essentiels de la CRT ajoute que ce nouvel habit de travail ne cause pas de problème d'efficacité ou encore de sécurité lors des interventions policières.  

Dans sa demande, la Ville alléguait aussi que ce moyen de pression syndical minait la confiance et la crédibilité nécessaires pour exercer la fonction de policier. Elle trouvait aussi que l'initiative «entachait» l'image du Service de police. «Il n'appartient pas à la Commission de se saisir de cette question dans la mesure où le service à la population n'est pas affecté», dit la Commission, qui s'en remet au Commissaire à la déontologie pour trancher la question éthique.

La ville de Châteauguay déçue 

Dans un communiqué de presse diffusée en fin de journée, la Ville de Châteauguay s'est dite déçue, mais peu surprise de la décision de la CRT. La mairesse Nathalie Simon a déploré «qu'aucune instance ne soit là pour s'assurer du maintien du lien de confiance entre les citoyens et les policiers».

Partager

lapresse.ca vous suggère

publicité

publicité

Les plus populaires : Actualités

Tous les plus populaires de la section Actualités
sur Lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer