Kahnawake réservé aux Mohawks

En 2010, des lettres d'éviction avaient été envoyées... (PHOTO DAVID BOILY, ARCHIVES LA PRESSE)

Agrandir

En 2010, des lettres d'éviction avaient été envoyées à 26 conjoints blancs de Mohawks de Kahnawake, dont certaines personnes âgées résidant là depuis très longtemps.

PHOTO DAVID BOILY, ARCHIVES LA PRESSE

Louise Leduc
La Presse

Parce qu'on veut désormais des Mohawks et seulement des Mohawks sur le territoire de Kahnawake, 70 couples mixtes formés d'un Indien et d'un non-Indien sont sous le coup de menaces d'expulsion.

«You marry out, you're out» «Si tu épouses quelqu'un de l'extérieur, tu t'en vas», entend-on à Kahnawake. Selon certains, quiconque n'a pas au moins quatre arrière-grands-parents mohawks n'a pas le droit d'habiter dans la réserve, suivant une politique non officielle datant de plusieurs décennies qui remonte à la surface à intervalles répétés.

En 2010, des lettres d'éviction avaient été envoyées à 26 conjoints blancs de Mohawks de Kahnawake, dont certaines personnes âgées résidant là depuis très longtemps. «Moins de dix personnes étaient parties, à ce moment-là», dit Michael Delisle, grand chef de Kahnawake.

«En 2010, poursuit-il, les lettres avaient été acheminées à des non-Indiens. Cette fois, elles sont destinées aux Mohawks eux-mêmes», indique le grand chef Delisle, qui précise que certaines des missives «seront peut-être remises en personne».

Environ 70 couples sont aujourd'hui visés. Parmi eux: celui de Waneek Horn-Miller, qui a participé aux Jeux olympiques en water-polo, en 2000, et son conjoint Keith Morgan (lui aussi un ex-athlète de haut niveau), parents de deux jeunes enfants.

Déjà, il y a quelques jours, un couple qui avait entrepris de construire sa maison en plein coeur de Kahnawake a vu des manifestants se présenter à sa porte. Selon le conseil de bande, une entente aurait été conclue pour que cesse la construction. Le couple lui-même n'a pas souhaité commenter.

« Une question d'identité »

En entrevue, le grand chef Michael Delisle insiste pour dire que cette nouvelle offensive contre les couples mixtes n'a pas été lancée par le conseil de bande, dont le rôle, assure-t-il, se limite à traduire la volonté populaire très forte en ce sens. «On est ici sur une terre mohawk où personne n'est autorisé à vivre, à part des Mohawks. Ça n'a rien de raciste. C'est une question d'identité, une question de territoire.»

La quasi-totalité des gens de Kahnawake refuse de commenter la situation.

En revanche, dans les réseaux sociaux, les commentaires fusent et Waneek Horn-Miller, sur sa page Facebook, ne cache pas qu'elle a essuyé son lot d'insultes.

Se trouvant à Banff ces derniers temps, c'est par l'entremise de Facebook qu'elle a préféré s'exprimer. Pour elle, cette interdiction de vivre avec un non-Indien à Kahnawake est «épeurante et coercitive».

«Je vais rester forte et positive. Ma famille et moi sommes désireux de continuer d'apporter notre contribution à Kahnawake et à la reconstruction de la Nation mohawk.»

Figure marquante chez les Mohawks, Ellen Gabriel, qui habite pour sa part à Kanesatake, se porte à la défense de toutes les personnes visées par ces menaces d'expulsion.

Par l'entremise de Facebook elle aussi, elle signale que cette règle interdisant à un non-Indien d'habiter sur une terre autochtone «ne relève d'aucune loi mohawk, mais dérive au contraire de l'assimilation coloniale mise en place par la Loi sur les Indiens» (fédérale) qui a créé le système de réserves.

Les Autochtones doivent vivre dans la paix, l'amour et le respect, écrit-elle, des valeurs incompatibles avec la recherche de la «pureté raciale».

Mme Gabriel rappelle que des étrangers peuvent être adoptés par un clan s'ils lui prêtent allégeance et promettent de lui apporter leur contribution.

Nouveau tribunal

En parallèle avec cette offensive, Kahnawake s'apprête à mettre sur pied un tribunal qui pourra traiter «toutes sortes de questions outre les questions d'ordre criminel», explique Joe Delaronde, porte-parole du conseil de bande.

Y compris celles liées aux expulsions de couples mixtes? Y compris celles-là, oui.

Jusqu'ici, explique-t-il, l'expulsion des couples mixtes est davantage passée par la pression des pairs. Le tribunal, attendu en septembre, viendra encadrer le processus d'expulsion à l'avenir, «mais il n'a pas été mis sur pied à cette seule fin».

Ottawa autorise-t-il la création de ce tribunal? «Nous ne manquerons pas de le savoir très bientôt», répond M. Delaronde.

Le ministère des Affaires indiennes n'a pas rappelé La Presse.

Que dit la loi?

En 2010, des juristes interrogés par La Presse avaient relevé que les réserves indiennes ont le pouvoir de réglementer dans certains domaines - y compris sur le droit de résidence d'autochtones ou d'autres personnes de la réserve.

Les réserves - fondées sur le principe même de la race - pourraient aussi adopter des mesures relatives aux conjoints et aux enfants. Mais quand les réserves adoptent de tels règlements, elles doivent les soumettre au ministère des Affaires indiennes, qui a le pouvoir de les annuler. En 2010, le ministère des Affaires indiennes avait refusé de se prononcer, disant qu'il n'avait pas été consulté dans cette affaire.

Si cette controverse prenait le chemin des tribunaux, la réserve pourrait notamment invoquer le droit coutumier de s'autogouverner et la personne visée par l'éviction, plaider qu'elle est victime de discrimination.

Population de Kahnawake

7745
résidants
2591
non-résidants

Source: Secrétariat aux affaires autochtones




À découvrir sur LaPresse.ca

la boite:1600127:box; tpl:300_B73_videos_playlist.tpl:file;

Les plus populaires : Actualités

Tous les plus populaires de la section Actualités
sur Lapresse.ca
»

Autres contenus populaires

la boite:219:box
image title
Fermer