Tutelle pour Laval

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

Malmenée par les révélations de la commission Charbonneau, la Ville de Laval sera placée sous tutelle. Même s'il nie avoir servi de prête-nom, le maire Alexandre Duplessis dit avoir demandé au ministre des Affaires municipales de mettre en place une «solution transitoire» d'ici la prochaine élection.

Lors d'un bref point de presse, Alexandre Duplessis a indiqué s'être entretenu par téléphone avec le ministre Sylvian Gaudreault qui le sommait de s'expliquer à la population. Le maire par intérim a plutôt annoncé avoir demandé que sa Ville soit «placée sous tutelle».

Le ministre a rapidement confirmé qu'il en fera la recommandation au gouvernement. «Il s'agit d'une bonne décision. Au cours de la dernière année, une série d'événements exceptionnels est venue marquer la gestion des affaires de la Ville et fragiliser sérieusement la confiance de la population à l'égard de son administration», a-t-il déclaré. Un décret doit être présenté au prochain conseil des ministres, prévu mercredi. Dès lors, la Commission municipale du Québec (CMQ) entrera en scène à Laval.

Une tutelle permettra aux élus du conseil municipal de continuer à siéger.

Par contre, toutes leurs décisions, dont la préparation du prochain budget, devront être autorisées par la CMQ avant dù,entrer en vigueur. La Commission pourra notamment demander des comptes ou plus d'explications sur certaines décisions. Elle pourra aussi les refuser si elle les juge inappropriées.

Duplessis sous pression

La pression s'était faite très forte sur la Ville de Laval après le témoignage devant la commission Charbonneau de l'agent officiel du PRO des Lavallois, Jean Bertrand. L'homme qui a tenu les cordons des finances du parti de Gilles Vaillancourt pendant 28 ans a affirmé hier que la quasi-totalité des conseillers municipaux a servi de prête-nom. Il a affirmé leur avoir personnellement remis des enveloppes d'argent comptant pour les rembourser pour leurs contributions politiques. Jusqu'à 900 000$ a ainsi été distribué à 25 élus, dont Alexandre Duplessis. Cette pratique contrevient à la fois à la loi sur les élections et représente une fraude fiscale.

La Coalition Avenir Québec a rapidement demandé la mise en tutelle immédiate en raison de la gravité des allégations visant ses élus. «Chaque jour nous apporte une nouvelle histoire d'horreur concernant l'administration de la Ville de Laval», a déploré son chef, François Legault.

«J'ai été troublé par ce que j'ai entendu. Si ces allégations devaient s'avérer, c'est très grave», a commenté pour sa part le ministre Gaudreault.

Celui-ci a exigé que le maire par intérim fournisse des explications. «Il ne doit pas juste rassurer, les gens s'attendent à la vérité.»

Mais voilà, Alexandre Duplessis s'est contenté de réfuter le témoignage de Jean Bertrand, sans apporter aucune explication. A-t-il empoché des enveloppes remplies d'argent ? Le maire par intérim a refusé de répondre aux questions des journalistes après son allocution d'à peine une minute. «Je tiens à réfuter les allégations qui ont été formulées à mon endroit à la dernière séance de la commission Charbonneau, au sujet des prête-noms», a-t-il dit avant de s'éclipser. Le maire sera certainement interrogé par ses citoyens à ce sujet lundi soir alors que le conseil municipal doit se réunir à l◊hôtel de ville.

Le maire par intérim a par ailleurs annoncé qu'il ne démissionnera pas de son siège qu'il occupe depuis la démission de Gilles Vaillancourt. Il restera en poste au moins jusqu'à la prochaine élection. Lors de son bref point de presse, il a toutefois mis en doute sa candidature à la mairie de Laval le 3 novembre prochain.

De son côté, Revenu Québec a refusé de commenter les révélations sur le recours aux prête-noms chez les élus lavallois. Un porte-parole a toutefois précisé que suivre «avec grand intérêt les travaux de la commission Charbonneau».

L'opposition, qui ne compte aucun élu à l'hôtel de ville, s'est réjouie de la mise en tutelle. «C'est une victoire pour les citoyens de Laval», a célébré Robert Bordeleau, un opposant de longue date. Celui-ci estime que la tutelle était la seule solution d'ici l'élection de novembre.

Partager

lapresse.ca vous suggère

publicité

publicité

Les plus populaires : Actualités

Tous les plus populaires de la section Actualités
sur Lapresse.ca
»

publicité

la boite:1600127:box; tpl:300_B73_videos_playlist.tpl:file;

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer