Front commun de l'opposition pour réformer le mode de scrutin

Les partis d'opposition à l'Assemblée nationale ont signé... (Photo Yan Doublet, Le Soleil)

Agrandir

Les partis d'opposition à l'Assemblée nationale ont signé une entente, mercredi, par laquelle ils s'engagent à instaurer un système proportionnel mixte s'ils sont élus.

Photo Yan Doublet, Le Soleil

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

(Québec) Les partis de l'opposition ont formé mercredi un front commun pour la réforme du mode de scrutin. Le Parti québécois, la Coalition avenir Québec, Québec solidaire et le Parti vert se sont formellement engagés à instaurer un système proportionnel mixte s'ils sont élus, laissant le Parti libéral seul à appuyer le système électoral actuel.

Les leaders des quatre partis ont signé une déclaration commune en ce sens. En appuyant l'initiative du Mouvement démocratie nouvelle (MDN), ils se sont formellement engagés s'ils sont élus à présenter un projet de loi pour réformer le mode de scrutin dans la première année de leur mandat.

«Nous allons faire en sorte que l'élection d'octobre 2018 soit la dernière qui déçoive et qu'on en ait une, en 2022, où les gens disent: "Oui, ça représente la volonté politique"», a déclaré le chef du PQ, Jean-François Lisée.

Pour le chef de la CAQ, la fin du scrutin uninominal à un tour contribuera à amoindrir le cynisme face à la classe politique. Car à ses yeux, le nouveau système favoriserait la collaboration entre les partis.

«Le mode de scrutin proportionnel mixte aide justement à ce qu'on travaille davantage ensemble, que ce soit possible de le faire, qu'il n'y ait pas un gouvernement qui est élu par une minorité de Québécois qui soit capable de prendre des décisions pour une majorité», a-t-il affirmé.

Le député solidaire Gabriel Nadeau-Dubois a abondé dans le même sens.

«La base d'unité qu'on a ici, elle est sans précédent, a-t-il dit. Ce n'est jamais arrivé que des partis s'entendent à ce point sur les grands paramètres d'un nouveau mode de scrutin.»

À l'heure actuelle, les 125 députés de l'Assemblée nationale représentent une circonscription électorale.

La réforme à laquelle adhèrent les partis de l'opposition ferait en sorte qu'une partie des élus représenteraient une circonscription, et qu'une autre soit désignée à partir d'une liste électorale. Ces députés seraient répartis à l'Assemblée nationale afin de refléter la part de votes que chaque parti a reçu. Ils seraient choisis à partir d'une liste afin d'assurer la représentativité de chaque région.

Mais la réforme ne fait pas l'unanimité. Le gouvernement libéral est le seul à ne pas avoir appuyé l'initiative.

Le PLQ reproche à un système proportionnel mixte de créer deux classes de députés: ceux qui sont choisis par la population pour représenter une circonscription, et ceux qui sont désignés par les partis plutôt que par l'électorat. La première catégorie devrait couvrir un territoire encore plus important.

La ministre responsable de la Réforme des institutions démocratiques, Kathleen Weil, craint que la réforme n'entraîne des gouvernements instables, qu'elle mine l'imputabilité des élus et qu'elle affaiblisse la représentation des régions.

«Cette proposition nous semble, à première vue, causer un préjudice profond envers les régions du Québec, a dit Mme Weil. Les oppositions doivent être claires et jouer franc-jeu avec les électeurs. Ils doivent aller sur le terrain, auprès des maires, des préfets, des citoyens et leur dire clairement si leur comté sera aboli.»




publicité

publicité

Les plus populaires : Actualités

Tous les plus populaires de la section Actualités
sur Lapresse.ca
»

publicité

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer