Aussant doit renoncer à Pointe-aux-Trembles, selon Landry et Archambault

Jean-Martin Aussant.... (Olivier Jean, archives La Presse)

Agrandir

Jean-Martin Aussant.

Olivier Jean, archives La Presse

(Québec) Jean-Martin Aussant est le bienvenu au Parti québécois, mais pas comme candidat dans Pointe-aux-Trembles, ont affirmé jeudi l'ancien premier ministre Bernard Landry et l'ex-président, Raymond Archambault.

M. Aussant doit confirmer son retour en politique, jeudi après-midi, aux côtés du chef Jean-François Lisée. Il souhaite briguer les suffrages aux élections d'octobre, mais on ignore dans quelle circonscription il souhaite le faire.

Selon MM. Landry et Archambault, l'ex-député doit tout de suite faire une croix sur Pointe-aux-Trembles, la circonscription laissée vacante par Nicole Léger. Les deux leaders soutiennent qu'il doit laisser le champ libre au jeune avocat Maxime Laporte, qui a déjà lancé sa campagne à l'investiture.

« J'ai beaucoup de respect pour Jean-Martin Aussant », a dit Bernard Landry, qui a publiquement donné son appui à M. Laporte le mois dernier.

« Mais là, je pense que son devoir envers le parti et la patrie est de laisser passer la recrue Maxime Laporte », a-t-il ajouté.

« En politique, la vitesse d'exécution, ça compte énormément, a renchéri Raymond Archambault. Alors je pense qu'au fil de départ, les deux n'étaient pas là. Maxime a pris de l'avance alors je conseillerais à Jean-Martin de se trouver une autre circonscription. »

Les deux hommes jugent « positif » le retour de M. Aussant. Mais ils rappellent qu'il a quitté la formation politique à un moment crucial, en 2011, pour fonder Option nationale.

« Il a fondé son propre parti, ce qui divisait les votes souverainistes, a rappelé M. Landry. Et là, il quitte le parti qu'il a fondé pour revenir au parti qu'il a quitté. Tout ça, ça fait un parcours qui n'est pas tout à fait droit. »

Ce souvenir risque d'être encore bien présent à l'esprit de certains militants, dit M. Archambault.

« Il y a des gens au PQ qui ont souffert de sa démission en 2011, a-t-il dit. Il y a des gens qui l'ont peut-être pardonné mais qui n'ont pas oublié. »

Une « recrue de qualité »

Bernard Landry a décrit Maxime Laporte comme un « avocat brillant », ferré en matière constitutionnelle. Il a vanté son implication à la Société Saint-Jean-Baptiste, dont il a été le président.

Jean-Martin Aussant doit éviter de créer un affrontement avec cette « recrue de qualité », dit M. Landry. Un tel scénario « ne donnerait pas une bonne image au PQ », estime l'ancien premier minsitre.

« Il y a eu beaucoup de démissions, il y a beaucoup de circonscriptions de libres, a-t-il indiqué. Alors il doit tout faire pour éviter l'affrontement avec la recrue de qualité qui s'appelle Maxime Laporte. »

M. Archambault souhaite que les deux hommes trouvent un terrain d'entente pour éviter une collision frontale.

Cela dit, il se réjouit du retour de M. Aussant, estimant que son expérience dans le milieu financier de Londres sera un atout pour le parti.

« Sur le plan économique, la présence de Jean-Martin Aussant, c'est gagnant pour le Parti québécois », a-t-il résumé.




À découvrir sur LaPresse.ca

Les plus populaires : Actualités

Tous les plus populaires de la section Actualités
sur Lapresse.ca
»

Autres contenus populaires

la boite:219:box
image title
Fermer