Couillard compare la saga du «Bonjour! Hi!» au «pastagate»

Le premier ministre Philippe Couillard... (Photo Jacques Boissinot, PC)

Agrandir

Le premier ministre Philippe Couillard

Photo Jacques Boissinot, PC

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

(Québec) Philippe Couillard s'est exprimé en anglais jeudi à l'Assemblée nationale pour réitérer aux Québécois anglophones que «l'anglais n'est pas une langue étrangère au Québec».

Le 30 novembre dernier, le gouvernement a voté en faveur d'une motion du Parti québécois qui invitait les commerçants à simplement utiliser le mot «bonjour» (plutôt que «bonjour! hi!») lorsqu'ils accueillent des clients. Depuis, la nouvelle a fait le tour du monde, reprise par des reportages de la BBC et du New York Times, notamment.  

«Je crois qu'on avait sous-estimé l'impact que ça aurait chez nos compatriotes de langue anglaise», a finalement dit jeudi le premier ministre au Salon bleu.

«Lors des débats, j'ai émis la crainte que tout ça soit traité de façon un peu ridicule à l'extérieur du Québec, et je dois dire que les événements ont donné raison à cette crainte. On se souvient de l'ancien épisode du ''pastagate'', il y a quelque temps, on a quelque chose qui ressemble à ça dans les médias internationaux», s'est désolé M. Couillard, rappelant ainsi l'épisode où un fonctionnaire de l'Office québécois de la langue française (OQLF) avait reproché à un restaurant de Montréal d'écrire le mot «pasta» sur son menu plutôt que «pâtes».

«Il n'y a pas différentes classes de Québécois. Il n'y en a qu'une: la première classe. Et les Québécois anglophones sont des Québécois de première classe, comme nous tous», a dit M. Couillard en anglais lors de la période de questions.




publicité

publicité

Les plus populaires : Actualités

Tous les plus populaires de la section Actualités
sur Lapresse.ca
»

publicité

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer