Philippe Couillard favorable à un comité de surveillance de l'UPAC

Philippe Couillard... (Photo Jacques Boissinot, La Presse Canadienne)

Agrandir

Philippe Couillard

Photo Jacques Boissinot, La Presse Canadienne

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

(Québec) Afin de resserrer la reddition de comptes de l'Unité permanente anticorruption (UPAC), Philippe Couillard s'est dit favorable à créer un comité de surveillance de ce corps policier, mercredi.

«C'est une option qui nous intéresse grandement», a déclaré le premier ministre au terme d'une réunion de ses députés.

Le gouvernement Couillard a annoncé lundi avoir mis sur la glace le projet de loi 107 qui devait augmenter l'autonomie de l'UPAC. Le ministre de la Sécurité publique, Martin Coiteux, a expliqué vouloir l'amender pour resserrer l'imputabilité et la reddition de comptes de l'organisme.

Cette décision est survenue dans la foulée de l'arrestation de Guy Ouellette, mercredi dernier. Une semaine plus tard, le député de Chomedey ne fait encore face à aucune accusation, une situation qu'a vertement dénoncée le président de l'Assemblée nationale, Jacques Chagnon.

La Coalition avenir Québec a proposé mardi de créer un comité de surveillance pour superviser les activités de l'UPAC. Son chef, François Legault, a rappelé que M. Couillard a déjà siégé à un comité semblable pour surveiller le Service canadien de renseignement et de sécurité (SCRS).

«On est favorables - je suis favorable, M. Coiteux est favorable, le caucus est favorable - à l'idée de la mise sur pied d'un comité de surveillance, a dit M. Couillard. Mais avant de nous engager à 100 %, avec certitude, laissons quelques analyses se faire.»

Mardi, le premier ministre a invité l'UPAC à expliquer les motifs qui l'ont mené à intercepter M. Ouellette la semaine dernière. Quelques heures plus tard, le commissaire Robert Lafrenière a justifié l'opération et s'est défendu d'avoir piégé le député.

Questionné à savoir s'il était satisfait des explications de l'UPAC, M. Couillard a répondu : «Ce que j'ai perçu, et l'après-midi quand M. Ouellette s'est exprimé, et par la suite quand l'UPAC s'est exprimée, que chacun jugeait qu'ils étaient au maximum de ce qu'ils pouvaient dire selon leurs limitations à chacun. M. Ouellette compte tenu de sa situation, et l'UPAC compte tenu de l'enquête en cours.»




À découvrir sur LaPresse.ca

publicité

publicité

Les plus populaires : Actualités

Tous les plus populaires de la section Actualités
sur Lapresse.ca
»

publicité

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer