Affaire Ouellette: «Qu'on accuse ou qu'on s'excuse», dit Jacques Chagnon

Le président de l'Assemblée nationale, Jacques Chagnon.... (Photo Jacques Boissinot, PC)

Agrandir

Le président de l'Assemblée nationale, Jacques Chagnon.

Photo Jacques Boissinot, PC

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

(Québec) Le président de l'Assemblée nationale, Jacques Chagnon, a sommé mardi l'Unité permanente anticorruption (UPAC) de porter des accusations contre le député Guy Ouellette, ou de lui présenter des excuses.

«Aujourd'hui, un député a perdu une charge importante et sa réputation a été entachée, a déclaré M. Chagnon dans un discours percutant au Salon bleu. Je pense que nous devons exiger que la clarté sur cette situation soit établie de façon urgente.»

«Qu'on accuse ou qu'on s'excuse, a-t-il ajouté. Sinon, cette assemblée devra prendre les moyens pour défendre les fondements mêmes de son existence, soit la liberté, la justice et la démocratie.»

M. Ouellette, député de Chomedey, a été arrêté par l'UPAC mercredi dernier. Aucune accusation n'a été portée contre lui depuis. Il s'est retiré du caucus libéral et siège pour le moment comme indépendant.

M. Chagnon juge «intolérable» que la police ait intercepté ainsi un parlementaire sans l'accuser de quoi que ce soit.

«C'est un moment nettement historique, a expliqué le président aux journalistes au terme des travaux parlementaires. Les fondements même de notre démocratie sont écorchés. Alors on doit faire en sorte de régler la question le plus rapidement possible.»

La sortie musclée de M. Chagnon est survenue quelques minutes avant que M. Ouellette prenne la parole pour livrer sa version des faits.

Pas informé

Le président a par ailleurs révélé que l'UPAC ne l'a pas prévenu de l'arrestation de Guy Ouellette, ce qui contreviendrait aux règles de l'Assemblée nationale.

«Normalement le président devrait savoir qu'un député est arrêté, peu importe l'endroit où il se trouve», a-t-il souligné. Il n'a eu aucun contact avec l'UPAC depuis une semaine.

La perquisition du cellulaire et de l'ordinateur de M. Ouellette par l'UPAC l'interpelle aussi.

«Il y a une question de protection des droits de députés qui est très importante et qui est remise en question», a-t-il dit.

«C'est une excellente question à laquelle il va falloir que je m'attaque.»




À découvrir sur LaPresse.ca

publicité

publicité

Les plus populaires : Actualités

Tous les plus populaires de la section Actualités
sur Lapresse.ca
»

publicité

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer