Guy Ouellette accuse le commissaire de l'UPAC d'intimidation

Le député Guy Ouellette.... (PHOTO PATRICE LAROCHE, ARCHIVES LE SOLEIL)

Agrandir

Le député Guy Ouellette.

PHOTO PATRICE LAROCHE, ARCHIVES LE SOLEIL

Le gouvernement a demandé aujourd'hui à la vérificatrice générale d'examiner les façons de faire de l'Autorité des marchés financiers (AMF) et de l'UPAC, en plus de promettre de nouvelles mesures de reddition de compte pour l'UPAC, à la suite des allégations de « collusion » et d'intimidation d'élus qui ont surgi dans la foulée de l'arrestation de Guy Ouellette.

Ce matin, l'ancienne analyste du ministère des Transports Annie Trudel déclarait dans une entrevue au Journal de Montréal que le député Ouellette s'apprêtait à faire des révélations sur des liens problématiques entre l'UPAC, l'AMF et une firme de consultants privés lorsqu'il a été arrêté mercredi dernier, en lien avec des fuites de documents.

Mme Trudel n'a pas identifié la firme en question, mais elle a évoqué une « collusion » impliquant les organismes gouvernementaux d'application de la loi.

Depuis 2013, les entreprises qui veulent soumissionner pour obtenir des contrats publics d'importance sont obligées de montrer patte blanche et d'obtenir une autorisation de l'AMF.

C'est une division de l'UPAC qui fait le travail de vérification pour s'assurer de la probité de l'entreprise demanderesse, avant que l'AMF ne lui donne sa bénédiction.

Or, selon Mme Trudel, au moins deux entreprises auraient été redirigées par l'AMF vers une firme de consultants privés qui devait l'aider à « faire faire les diagnostics » et à « appliquer les recommandations ». La firme chargerait des coûts exorbitants, selon elle. Elle évoque un coût de 600 000 $ dans un cas et d'un million dans l'autre.

Par ailleurs, Mme Trudel affirme qu'elle a été brièvement placée en état d'arrestation la semaine dernière, avant d'être libérée au bout de quelques minutes sans accusations. La Presse a tenté de vérifier cette information auprès de l'UPAC, qui n'a pas répondu à nos questions. L'organisme disait la semaine dernière avoir procédé à une seule arrestation.

Guy Ouellette a été arrêté la semaine dernière par une équipe spéciale d'enquêteurs de six corps policiers, dans le cadre d'une enquête sur la fuite de documents confidentiels dans les médias. L'équipe spéciale a mené des perquisitions dans ce dossier sur la base de soupçons d'entrave à la justice.

Le député ne fait face à aucune accusation dans cette affaire. L'enquête est toujours en cours.

L'AMF nie

L'AMF a réagi en niant catégoriquement les allégations de Mme Trudel.

«Ces allégations sont non seulement fausses et d'une totale gratuité, mais elles entachent la réputation et l'intégrité de l'ensemble du personnel de l'Autorité», précise le communiqué officiel.

«En aucun cas et à aucun moment dans ce processus, l'Autorité n'intervient afin de suggérer à une entreprise de recourir à une firme de consultants en particulier pour l'aider dans son dossier », affirme l'organisme.

Allégations d'intimidation 

Puis, dans une entrevue exclusive à l'animateur Bernard Drainville au 98,5 FM, Guy Ouellette a accusé le commissaire de l'UPAC, Robert Lafrenière, d'intimider les élus.

M. Ouellette affirme qu'il avait enjoint ses collègues députés à ne pas renouveler le mandat de Robert Lafrenière à la tête de l'organisme, l'an dernier, mais qu'on ne l'a pas écouté.

«Ce renouvellement a été fait dans l'intimidation du gouvernement. Le commissaire de cet organisme a indisposé le gouvernement de telle façon qu'on a dû procéder à son renouvellement», dit-il.

«Les gens qui ont renouvelé M. Lafrenière se sont sentis intimidés», dit-il.

«On vit le même phénomène aujourd'hui», ajoute-t-il au sujet de son arrestation.

Il dit avoir été interrogé après son arrestation au sujet de soupçons d'entrave à la justice, abus de confiance et complot pour ces deux infractions. Il nie vigoureusement être derrière les fuites de documents confidentiels de l'UPAC qui ont déclenché cette enquête.

«On rit tout simplement des parlementaires», dit-il.

«L'UPAC va tout faire pour me museler, museler un parlementaire, pour que je ne puisse pas donner ma version ou informer la population de toutes les manoeuvres d'intimidation qui ont cours», affirme le député de Chomedey, qui a bien l'intention de demeurer à la tête de la commission parlementaire sur les institutions et de revenir à l'Assemblée nationale.

Pas d'intimidation selon Coiteux

En conférence de presse aux côtés des ministres Pierre Arcand et Robert Poëti, le ministre de la Sécurité publique Martin Coiteux a nié toute intimidation envers lui ou ses collègues. « Le gouvernement n'a pas été intimidé. Le gouvernement a pris ses décisions », dit-il.

M. Coiteux a souligné qu'il se tient loin des enquêtes policières et n'a donc pas commenté leur contenu. Il affirme qu'en tant que parlementaire, Guy Ouellette pourra s'exprimer sur tout ce qu'il souhaite dire.

Évoquant le projet de loi 107 qui vise à accroître l'indépendance de l'UPAC, il a annoncé que le projet serait bonifié pour ajouter de nouveaux mécanismes de reddition de compte auxquels il dit avoir pensé avant le début de cette saga.

« Qui dit indépendance ne dit pas absence de reddition de compte. Ainsi, avant d'aller plus loin dans les travaux liés à l'adoption du projet de loi 107, je souhaite proposer un mécanisme clair de reddition de compte pour assurer la confiance de la population envers le travail exercé par l'UPAC », a-t-il déclaré.

Le gouvernement mandate aussi la vérificatrice générale pour faire la lumière sur les allégations impliquant l'AMF, l'UPAC et un consultant privé pour les entreprises. « Des reportages publiés au cours des derniers jours soulèvent des questionnements importants quant à l'intégrité des deux entités gouvernementales, d'où l'importance de procéder à une vérification approfondie. Il est essentiel que les citoyens aient confiance en leurs institutions », a déclaré le président du Conseil du Trésor, Pierre Arcand.




À découvrir sur LaPresse.ca

Les plus populaires : Actualités

Tous les plus populaires de la section Actualités
sur Lapresse.ca
»

Autres contenus populaires

la boite:219:box
image title
Fermer