Sklavounos refuse de parler de culture du viol avec Massé

Manon Massé... (PHOTO PC)

Agrandir

Manon Massé

PHOTO PC

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page
Caroline Plante
La Presse Canadienne
Québec

La députée solidaire Manon Massé promet de revenir à la charge, jeudi, et d'inviter son voisin de banquette, Gerry Sklavounos, à une discussion franche sur la culture du viol.

M. Sklavounos siège comme indépendant à l'Assemblée nationale depuis bientôt un an. Il a été expulsé du caucus libéral alors qu'il était visé par une allégation d'agression sexuelle, de laquelle il a été subséquemment blanchi.

«Je continue de penser que ça vaut la peine qu'on ait une bonne jasette, a affirmé Mme Massé, mercredi, lors d'un entretien téléphonique.

«Je pense que c'est d'autant plus important que l'on s'explique bien ce qu'est la culture du viol, parce que M. Sklavounos a retenu le mot "viol" et moi, ce matin, ma motion était principalement orientée vers se donner des moyens pour déconstruire cette culture-là.»

La motion de Mme Massé, qui a été présentée conjointement avec le député Sklavounos, a été adoptée à l'unanimité par les élus de l'Assemblée nationale.

Gerry Sklavounos... (LA PRESSE) - image 2.0

Agrandir

Gerry Sklavounos

LA PRESSE

Remerciant les élus en chambre, Mme Massé s'est alors tournée vers le député de Laurier-Dorion en disant qu'il lui ferait «plaisir de (s)'asseoir avec lui pour lui expliquer la culture du viol».

Plus tard en point de presse, elle a mentionné lui avoir parlé et qu'il considérait la chose.

La réponse officielle de M. Sklavounos est arrivée sur Twitter : «J'y réfléchissais afin de vous expliquer quelques principes élémentaires d'un état de droit, mais je crois que je vais laisser faire», a-t-il écrit.

À Québec solidaire, on se remémore les propos de M. Sklavounos en 2016: «J'ai peut-être essayé d'être friendly, charmeur en faisant un compliment honnête et poli. (…) J'ai pu faire des blagues, je suis passionné, donc spontané.»

«C'est ça la banalisation de la culture du viol», a souligné le parti.

Les élus québécois discutent depuis plusieurs jours des allégations de harcèlement sexuel visant le producteur hollywoodien Harvey Weinstein, du mouvement  moiaussi, et, depuis mercredi, des révélations au sujet de l'artiste Éric Salvail.

La motion de Québec solidaire, adoptée à l'unanimité mercredi:

«Que l'Assemblée profite du mois de l'histoire des femmes pour reconnaître et célébrer les réalisations des femmes qui ont contribué à construire notre société;

Qu'elle constate que, malgré l'existence de plusieurs enjeux: social, politique, économique et sexuel, les femmes font preuve d'un courage, d'une persévérance et d'une résilience exemplaires. Elles le démontrent une fois de plus ces derniers jours avec le mouvement  moiaussi;

Qu'elle constate l'urgence d'améliorer le traitement des plaintes de harcèlement et de violence sexuels dès leur dépôt;

Que l'Assemblée nationale demande à la ministre de la Condition féminine d'explorer toutes les mesures alternatives possibles pour accompagner, accueillir et traiter les plaintes des victimes qui le souhaitent.»

Catherine Fournier... (PHOTO BERNARD BRAULT, LA PRESSE) - image 3.0

Agrandir

Catherine Fournier

PHOTO BERNARD BRAULT, LA PRESSE

Elles ont dit au Salon bleu

Manon Massé, Québec solidaire 

«Vous savez, la culture du viol crée un certain nombre de malaises - comme on vient d'en vivre un - [et] ces malaises-là, ils nous occupent, nous, les femmes, dans notre quotidien. Ce malaise-là, une grande partie de nos soeurs, de nos amoureuses, de nos mères et de nos enfants, nos filles, le vivent.» 

Catherine Fournier, Parti québécois 

«Je vous dirais qu'il y a quelque chose de troublant dans le fait que ce n'est pas la première fois qu'on vit un mouvement d'une telle ampleur. Bien sûr, on peut penser, chez nous, au mouvement #agressionsnondénoncées, il y a quelque temps, et on se dit que les témoignages ne tarissent pas, bien au contraire. Alors, qu'est-ce qu'on fait dans ce temps-là ? Je crois que notre responsabilité, comme parlementaires, c'est vraiment d'agir, parce que visiblement il y a encore beaucoup à faire dans la lutte contre les violences sexuelles.» 

Lise Lavallée, Coalition Avenir Québec

«Je pose la question : en 2017, sommes-nous en toutes circonstances traitées comme des personnes à part entière ? Nous avons toutes ici, à des divers degrés, vécu à un moment ou à un autre une forme de harcèlement, sinon un épisode où il y a eu atteinte à notre dignité.» 

Hélène David, Parti libéral du Québec et ministre de la Condition féminine  

«Alors, est-ce qu'on peut s'améliorer ? On peut s'améliorer. Est-ce qu'on a posé des gestes ? On a posé des gestes. Il y a eu une stratégie déposée par ma prédécesseure, adoptée par le gouvernement, pour prévenir et contrer les violences à caractère sexuel dans l'ensemble de la société. C'est quand même 200 millions de dollars, dont 44 millions d'argent, on pourrait dire, investis dans des nouvelles actions. (...) Occupons-nous de l'ensemble des personnes, et les collègues l'ont dit dans toutes leurs interventions, pas seulement le côté judiciarisé, mais bien en amont de ça pour que plus jamais, jamais les femmes, les hommes, les victimes restent laissées seules à elles-mêmes.»




publicité

publicité

Les plus populaires : Actualités

Tous les plus populaires de la section Actualités
sur Lapresse.ca
»

publicité

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer