Cannabis: les producteurs privés en discussion avec Québec

Une coopérative de 13 producteurs de cannabis propose de mettre sur pied... (PHOTO ARCHIVES THE NEW YORK TIMES)

Agrandir

Une coopérative de 13 producteurs de cannabis propose de mettre sur pied une cinquantaine de magasins privés contrôlés par le gouvernement.

PHOTO ARCHIVES THE NEW YORK TIMES

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

Une coopérative composée de 13 des plus importants producteurs de cannabis médical au pays affirme être en discussion avec Québec pour créer un réseau de magasins privés pour la vente de marijuana. Leur modèle d'affaires semble être celui actuellement privilégié par la province de l'Alberta pour lancer le marché récréatif en juillet 2018.

Cette coopérative de 13 entreprises, parmi lesquelles se trouve le producteur de cannabis médical de Gatineau Hydropothecary, propose de mettre sur pied une cinquantaine de magasins privés contrôlés par le gouvernement. «Notre intention, c'est de faire des magasins qui ne montreraient aucun produit de l'extérieur, mais une fois à l'intérieur, une fois l'âge des clients vérifié, il y aurait de l'information et du branding pour que les consommateurs puissent faire des choix éclairés», affirme Sébastien St-Louis, fondateur d'Hydropothecary et porte-parole québécois de la Coopérative canadienne du cannabis.

L'homme d'affaires, dont l'entreprise est inscrite en Bourse, dit être actuellement en discussion avec le gouvernement Couillard pour que Québec permette un tel modèle. 

«Le gouvernement québécois a été approché par la Coop avec un plan. Nous sommes en discussion à propos des détails. Les discussions sont assez ouvertes et très productives», dit M. St-Louis.

Même si le gouvernement Couillard a laissé entendre que la vente de cannabis récréatif serait assurée au Québec par un monopole d'État sous l'égide de la SAQ, aucune annonce officielle n'a été faite à cet égard. «Nous sommes toujours en consultation et nous allons annoncer les détails lors du dépôt du projet de loi, qui est prévu cet automne», se contente de dire Bianca Boutin, attachée de presse de la ministre Lucie Charlebois.

«Nous, notre intention, c'est de donner une autre option aux gouvernements, avance M. St-Louis. Les gouvernements ont la tâche incroyablement difficile de créer de toutes pièces un réseau de vente de cannabis d'ici le 1er juillet 2018. Québec a pris une direction qu'il connaissait en tablant sur un modèle semblable à celui de la Société des alcools. Nous, on leur offre une possibilité d'ouvrir 50 magasins de plus en permettant un modèle hybride.»

Une administratrice de Couche-Tard au conseil

Hydropothecary, qui dit vouloir «pousser plus loin» l'offre de cannabis récréatif en mettant en marché un vaporisateur sublingual d'huile de marijuana «élégant et discret», vient d'ailleurs de nommer à son conseil d'administration une administratrice d'Alimentation Couche-Tard, Nathalie Bourque. La chaîne de dépanneurs a déjà manifesté publiquement son désir de vendre du cannabis dans le cadre du marché légal, mais Mme Bourque assure que sa nomination n'a rien à voir avec cette position.

Spécialiste des communications, Mme Bourque est aussi présidente au Québec de la firme de relations publiques Hill+Knowlton et a travaillé pour National. «Avec mon expérience, je peux aider Hydropothecary en leur donnant des conseils pour organiser leurs démarches avec le gouvernement. Mais ce n'est pas moi qui vais aller personnellement faire du lobbying dans les bureaux de Québec», affirme Mme Bourque.

L'Alberta ouverte au privé

La Coopérative canadienne du cannabis a annoncé sa création et son projet commercial quelques minutes seulement après que le gouvernement albertain eut ouvert très sérieusement la porte à un modèle privé de vente au détail de cannabis. M. St-Louis dit avoir des discussions avec le gouvernement pour mettre «jusqu'à 800 magasins sur pied».

Au Québec, les groupes de défense de la santé publique s'opposent en bloc à l'idée de permettre à des magasins privés d'assurer la vente de cannabis, sauf s'il s'agit d'OSBL fonctionnant sous le contrôle strict du gouvernement. «Une coop peut sembler rassurante, mais je m'en méfie! Même si les entreprises qui la forment nous font présentement de beaux yeux en disant qu'elles veulent respecter les règles, ça demeure des entreprises privées qui cherchent à accroître leurs profits», souligne la criminologue de l'Université d'Ottawa Line Beauchesne, qui a participé récemment à un forum d'experts sur la légalisation du cannabis.

«Si les provinces étaient intelligentes, elles s'assureraient de vendre elles-mêmes le cannabis pour récupérer les profits et posséder toutes les données de vente qui leur permettraient d'ajuster la réglementation pour protéger la santé publique.»

«Une coopérative, ce n'est pas un OSBL, elle peut faire des profits. Pour éviter toute forme de dérive commerciale avec la marijuana, c'est un modèle qu'on devrait éviter. On le voit avec ce qui se passe aux États-Unis : toute forme d'intégration verticale risque éventuellement de créer des géants du cannabis qui auront tôt ou tard une influence majeure sur les politiques gouvernementales», estime pour sa part Philippe Hurteau, chercheur à l'IRIS, qui a signé deux études sur la question.

La coopérative de producteurs qui souhaite créer des magasins de vente au détail compte également les entreprises Aurora, Aphria et MedReleaf, toutes inscrites en Bourse.




publicité

publicité

Les plus populaires : Actualités

Tous les plus populaires de la section Actualités
sur Lapresse.ca
»

publicité

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer