Fusion QS-ON: Zanetti se présentera dans une circonscription «favorable»

Le co-porte-parole de Québec solidaire, Gabriel Nadeau-Dubois, et le chef d'Option... (Photo Jacques Boissinot, PC)

Agrandir

Le co-porte-parole de Québec solidaire, Gabriel Nadeau-Dubois, et le chef d'Option nationale, Sol Zanetti.

Photo Jacques Boissinot, PC

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

(Québec) L'actuel chef d'Option nationale, Sol Zanetti, sera appuyé par Gabriel Nadeau-Dubois et par Manon Massé pour se présenter à l'investiture d'une des circonscriptions «les plus favorables» pour Québec solidaire en prévision de l'élection générale de 2018.

Cette mesure, annoncée jeudi après-midi par M. Zanetti, qui était accompagné des deux co-porte-paroles de Québec solidaire, est au coeur de l'entente de principe signée entre ON et QS pour fusionner leurs deux formations politiques. L'entente, un «take it or leave it», a dit Gabriel Nadeau-Dubois, sera présentée prochainement aux membres respectifs des deux partis indépendantistes de gauche pour être entérinée.  

Option nationale deviendrait ainsi un collectif politique au sein de Québec solidaire et obtiendrait deux postes garantis au sein du comité de coordination national du parti, qui s'occupe de la direction politique. 

En conférence de presse, M. Zanetti, M. Nadeau-Dubois et Mme Massé ont été questionnés sur ce qu'ils entendaient par circonscriptions «les plus favorables» où présenter le chef d'ON. À titre indicatif, lors de la dernière élection générale, en 2014, QS avait terminé deuxième derrière le Parti québécois dans Hochelaga-Maisonneuve, alors qu'Alexandre Leduc avait obtenu 31% des voix contre 35% pour la péquiste Carole Poirier. Dans Laurier-Dorion, où s'était présenté l'ancien co-porte-parole Andrés Fontecilla, ce dernier avait terminé deuxième derrière le Parti libéral du Québec en obtenant 28% d'appui contre Gerry Sklavounos à 46%. 

M. Zanetti, qui était candidat par le passé pour ON à Québec, pourrait-il se présenter désormais à Montréal? 

«Il n'y a pas de scénario qui est écarté», a répondu le chef d'ON, ne fermant pas la porte à une candidature montréalaise ni à un retour à Québec.

«Andrés et Alexandre sont deux personnes profondément engagées dans le parti depuis sa création. Je souhaite qu'ils soient avec nous à la ligne de départ pour l'élection de 2018, mais ceci étant dit, les investitures n'ont pas eu lieu, on est loin de là», a ajouté Manon Massé.  

Vers une assemblée constituante 

En fusionnant, Option nationale et Québec solidaire se sont entendus pour organiser, s'ils forment le gouvernement, une assemblée constituante qui aurait pour mandat d'écrire un projet de constitution d'un Québec indépendant. Ce projet, une fois terminé, serait soumis à l'ensemble de la population québécoise par référendum, tout ça, dans un premier mandat. 

La fusion entre ON et QS, a-t-on dit en point de presse, montre qu'il est possible de faire passer «la patrie avant les partis». La formation politique gardera le nom de Québec solidaire, mais changera d'identité visuelle, si l'entente de principe est adoptée par les membres en congrès. 

Québec solidaire compte près de 17 000 membres et Option nationale a près de 2000 membres. 

En 2014, lors de la dernière élection générale, QS a obtenu près de 8% des votes au niveau national (toutes circonscriptions confondues), alors qu'ON a reçu 0,73% des votes.




À découvrir sur LaPresse.ca

publicité

publicité

Les plus populaires : Actualités

Tous les plus populaires de la section Actualités
sur Lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer