Racisme: «Pas question d'abandonner» la consultation, dit Couillard

Le premier ministre Philippe Couillard... (Photo Sean Kilpatrick, PC)

Agrandir

Le premier ministre Philippe Couillard

Photo Sean Kilpatrick, PC

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

(Québec) «Il n'est pas question d'abandonner l'idée d'une consultation sur la discrimination systémique», a affirmé le premier ministre Philippe Couillard à l'Assemblée nationale jeudi.

La veille, prenant acte de la «taloche» que son parti a reçue lors de l'élection partielle dans Louis-Hébert, il signifiait que cette consultation est remise en question. Ses propos étaient toutefois ambigus. Il disait souhaiter une formule qui va «laisser les gens s'exprimer». Mais questionné sur l'annulation pure et simple de la consultation, il n'a pas totalement fermé la porte: «Je n'irais pas là maintenant», affirmait-il. «Je pense qu'on va réfléchir assez profondément à la façon de ramener ça dans la bonne direction.»

Questionné par le chef péquiste Jean-François Lisée au Salon bleu jeudi, le premier ministre a précisé un peu plus ses intentions. «Il n'est pas question d'abandonner l'idée d'une consultation sur la discrimination systémique. Pas question du tout. Il est important que les gens soient entendus, que les experts soient entendus. Ce que je veux, c'est qu'on dirige davantage le résultat souhaité de cette consultation vers des résultats concrets, notamment l'accès à l'emploi», a-t-il affirmé.

Jean-François Lisée lui a demandé l'idée «de renoncer à l'idée inacceptable de sous-traiter» une partie des consultations, celles au niveau local, à «des groupes qui ont déjà déclaré que les Québécois sont racistes et islamophobes». Il cible deux groupes de la communauté musulmane parmi les 31 sélectionnés pour mener les consultations locales cet automne.

Mais pour Philippe Couillard, le chef péquiste «raccourcit singulièrement la qualité et le nombre de groupes qui veulent se présenter». «Ce serait assez insultant franchement pour eux, après qu'ils aient pris de semaines à préparer leur présentation, de leur dire: oubliez ça, ne venez plus parler de ce que vous vivez dans votre vie quotidienne», a-t-il ajouté.

Il a énuméré d'autres groupes choisis à l'issue d'un appel de projets du ministère de l'Immigration, accusant le PQ de vouloir les «bâillonner». Il considère que M. Lisée est «très mal à l'aise avec le sujet dont il est question ici, la discrimination, pour des raisons évidentes».

«On va entendre les gens et si quelqu'un vient dire lors des consultations que les Québécois sont un peuple raciste, ils vont se le faire dire que ce n'est vrai, par moi en particulier et tout le monde», a ajouté M. Couillard.

Le gouvernement a mandaté la Commission des droits de la personne et des droits de la jeunesse de piloter la consultation, avec la collaboration du ministère de l'Immigration. En plus de superviser les consultations locales des 31 organismes, la Commission doit créer quatre groupes d'experts et tenir un forum public cet automne. Ses recommandations doivent être transmises au gouvernement «à l'hiver 2018».




publicité

publicité

Les plus populaires : Actualités

Tous les plus populaires de la section Actualités
sur Lapresse.ca
»

publicité

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer