Péladeau dit que les «agissements» de Julie Snyder ont mis fin à sa vie politique

Pierre Karl Péladeau a quitté la vie politique... (Photo archives La Presse canadienne, Graham Hughes)

Agrandir

Pierre Karl Péladeau a quitté la vie politique en mai 2016.

Photo archives La Presse canadienne, Graham Hughes

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

(Québec) Le président et chef de la direction de Québecor, Pierre Karl Péladeau, affirme que les «agissements» de son ancienne conjointe Julie Snyder concernant la garde de leurs enfants ne lui permettaient pas de demeurer chef du Parti québécois.

Dans un message publié lundi sur sa page Facebook, l'ancien chef péquiste y est allé d'une «déclaration et mise au point» en réaction à l'entrevue qu'a accordée dimanche Julie Snyder à l'émission Tout le monde en parle

Questionnée par Guy A. Lepage sur l'entrevue que l'animatrice et productrice de télévision lui avait accordée en mai 2016, menant le lendemain à la démission de Pierre Karl Péladeau de la vie politique, Mme Snyder a répondu:

«J'ai été surprise, parce que je n'ai jamais demandé ou souhaité la démission de Pierre Karl. Je l'ai toujours appuyé, peu importe notre vie personnelle. Si je n'y avais pas cru, je ne l'aurais pas suivi et je n'aurais pas délaissé ma carrière pour l'appuyer», a-t-elle affirmé.

«Quand il a été question à la maison (...) pour lui de rester ou de quitter la politique, je l'ai toujours encouragé à persévérer malgré tout», a poursuivi Mme Snyder.

«Il y a des gens qui [ont dit] ''pourquoi c'est arrivé après Tout le monde en parle, [sa démission comme chef du PQ]?'' Je ne pense pas que tu puisses prendre une décision aussi fondamentale quelques heures après une émission de tél. J'espère qu'on va tourner la page là-dessus pour reprendre (...) nos vies en main», a-t-elle conclu. 

Sur Facebook, celui qui est aujourd'hui à la tête de Québecor a affirmé que sa priorité dans la gestion publique de sa séparation d'avec Julie Snyder a toujours été de protéger ses enfants. 

«Cependant, à la suite de certaines déclarations récentes de madame Snyder, je tiens à préciser ce qui suit. J'ai eu le grand privilège d'être élu comme député de la circonscription de Saint-Jérôme à l'Assemblée nationale du Québec. J'ai également eu l'immense privilège d'être choisi comme chef du Parti Québécois. Les membres de ce parti, comme des milliers de citoyennes et de citoyens, m'ont accordé leur confiance. C'est avec cet élan que j'entendais défendre les intérêts des Québécoises et des Québécois et faire du Québec un pays», a écrit M. Péladeau.

«Ce projet et ce rêve que je chérissais n'auront pu être amenés plus loin en raison des agissements de Julie Snyder concernant la garde de nos enfants. Feindre la surprise ou prétendre autre chose dans le but de changer les faits déclencheurs de ma démission est trompeur», a-t-il conclu.

En mai 2016, moins d'un an après son arrivée à la tête du PQ, Pierre Karl Péladeau quittait la vie politique. «Je prends cette décision pour le bien de mes enfants», avait-il dit, affirmant être devant «une absence d'alternative qui me force à faire un choix (...) déchirant entre ma famille et mon projet politique». 

Lors du dernier congrès national du PQ à Montréal, en septembre, le président de Québecor n'a pas écarté un éventuel retour en politique. «Dieu seul le sait», a-t-il répondu aux journalistes en mêlée de presse.




publicité

publicité

Les plus populaires : Actualités

Tous les plus populaires de la section Actualités
sur Lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer