Nadeau-Dubois et Massé prêcheront l'indépendance dans les régions

Dans une entrevue avec La Presse canadienne, Gabriel... (PHOTO PC)

Agrandir

Dans une entrevue avec La Presse canadienne, Gabriel Nadeau-Dubois a dit voir dans cette éventuelle assemblée élue une occasion de mobiliser et de susciter l'enthousiasme en faveur de l'indépendance.

PHOTO PC

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page
Patrice Bergeron
La Presse Canadienne
Québec

Gabriel Nadeau-Dubois et Manon Massé prendront leur bâton de pèlerin au cours des deux prochains mois pour prêcher l'indépendance dans les cégeps et universités des régions.

Cette tournée se fait «dans un contexte préélectoral pour montrer que Québec solidaire (QS) est sérieux dans sa volonté de faire avancer l'indépendance», a convenu M. Nadeau-Dubois, coporte-parole de sa formation, qui a en vue le scrutin général d'octobre 2018.

QS n'a pas informé ses autres partenaires du camp souverainiste regroupés dans OUI-Québec (Organisations unies pour l'indépendance), comme Option nationale ou le Parti québécois.

Incidemment, OUI-Québec mène aussi actuellement une grande tournée de consultation panquébécoise sur l'assemblée constituante, maintenant une étape clé dans le processus d'accession à la souveraineté.

QS, qui n'adhère pas à la feuille de route convenue entre les autres membres de OUI-Québec, prône toutefois aussi l'assemblée constituante pour accéder à l'indépendance. Cette assemblée constituante serait élue parallèlement à l'Assemblée nationale. Elle aurait pour objet de convenir d'une constitution qui serait validée par référendum.

«Parler de l'indépendance comme projet de société, pas du référendum», a expliqué M. Nadeau-Dubois, dans une entrevue avec La Presse canadienne diffusée lundi.

«L'assemblée constituante, c'est un grand chantier, un grand brainstorm collectif, a poursuivi le député de Gouin. C'est plus démocratique qu'un simple: oui ou non, est-ce qu'on sort du Canada?»

Il a indiqué que les partenaires de OUI-Québec n'avaient pas été informés de la tournée, mais que QS allait «bien sûr les inviter à ses événements».

Le porte-parole de OUI-Québec, Jean-Marie Gauthier, a dit qu'il n'était pas au courant de la tournée de QS et que son organisation n'avait pas été appelée à y contribuer.

Les assemblées de QS auront lieu le soir dans les établissements d'enseignement et tous y seront invités, mais «notre public cible, ce sont les jeunes», a affirmé M. Nadeau-Dubois.

Le parti veut ainsi «élargir le camp des convaincus», a-t-il ajouté. Car le député admet que les Québécois parlent moins d'indépendance qu'autrefois.

«Si on arrête d'en parler, il ne faut pas se surprendre que cela n'intéresse plus les gens. Si on n'en parle pas comme d'un projet de mobilisation sociale, c'est sûr que les gens n'auront pas envie d'embarquer.»

Le coporte-parole de QS soutient qu'il suffit de «créer cet enthousiasme, cette mobilisation», pour que les électeurs recommencent à adhérer au projet, «le repenser comme un projet de société qui permet de répondre aux grands défis du 21e siècle».

Les assemblées porteront sur différents thèmes, notamment les inégalités sociales, la crise écologique, etc. Le troisième larron de QS, le député de Mercier, Amir Khadir, viendra «peut-être faire un tour», mais la tournée sera effectuée essentiellement par Mme Massé et M. Nadeau-Dubois.

Ce faisant, risquent-ils de négliger leur responsabilité de parlementaire, pour ce parti qui ne compte déjà que trois élus en Chambre.

«On va travailler très fort pour que ça rentre dans l'agenda, ce ne sera pas facile, mais c'est très important pour Manon et moi d'aller sur le terrain. On va le faire en conciliant ça avec nos obligations parlementaires.»

Les premiers rendez-vous prévus par QS auront lieu à Rimouski les 20 et 21 octobre. Le parti a fait connaître ses autres dates par voie de communiqué lundi. Le 9 novembre, les élus de QS seront à Québec, le 17, à Rouyn-Noranda, et le 24, à Sherbrooke.

Le parti a refusé de divulguer son budget pour cette tournée. «C'est une dépense de parti, on ne rend pas publiques ces dépenses, sauf lorsqu'on a des obligations envers le Directeur général des élections du Québec», a écrit le porte-parole de QS, Renaud Poirier-St-Pierre.




publicité

publicité

Les plus populaires : Actualités

Tous les plus populaires de la section Actualités
sur Lapresse.ca
»

publicité

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer