Exclusif

Québec interviendra dans la vente du cannabis

L'encadrement public de la vente et de la... (Photo Ted S. Warren, Archives Associated Press)

Agrandir

L'encadrement public de la vente et de la distribution du cannabis a gagné beaucoup d'adhérents au cours des dernières semaines au Québec.

Photo Ted S. Warren, Archives Associated Press

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

(Québec) Devant la volonté des gens entendus en consultation, les propositions des partis de l'opposition et l'exemple de la province voisine, le gouvernement Couillard va changer de cap : l'État va intervenir dans la vente et la distribution du cannabis.

Carlos Leitão, ministre des Finances... (Photo Jacques Boissinot, Archives La presse canadienne ) - image 1.0

Agrandir

Carlos Leitão, ministre des Finances

Photo Jacques Boissinot, Archives La presse canadienne 

Selon les informations obtenues, le dossier du cannabis, qui devait être à l'étude du comité des priorités du gouvernement ce soir, a été reporté. Jusqu'au caucus de Val-d'Or, il y a deux semaines, Québec voguait sans hésiter vers une distribution complètement privée du pot. Une seconde option avait alors été ajoutée, qui prévaudra finalement, selon les sources de La Presse. Au cabinet de Philippe Couillard, on indique que le dossier sera ramené au caucus des députés cette semaine.

Le changement de cap laissera isolé le ministre Martin Coiteux, fermement opposé à l'intervention de l'État dans la vente et la distribution du cannabis. L'apparition d'un nouveau monopole d'État était pour lui inconcevable. Le titulaire des Finances, Carlos Leitão, était dans le même camp, mais on indique en coulisses qu'il n'a pas une position dogmatique et qu'il se ralliera facilement à un consensus. Pourtant, dès le début du débat, M. Leitão avait soutenu qu'il n'était pas question d'impliquer le gouvernement dans la vente du pot. « Je n'aurai jamais l'obligation de commercialiser. Même si ça devient légal, ce n'est pas à l'État québécois de commercialiser. » Si le fédéral veut trouver des points de vente, « qu'il s'arrange ! », avait soutenu il y a quelques mois le ministre des Finances. Jusqu'à il y a trois semaines, l'alignement de Québec était de délivrer des permis à des entreprises qui montraient patte blanche ; des obligations serrées, mais pas question de contingenter les permis, pour éviter ce qu'on a vu dans le taxi, soit une flambée des prix pour ces autorisations.

L'encadrement public de cette nouvelle activité a gagné beaucoup d'adhérents depuis. Autour de la table du Conseil des ministres, on souligne qu'il vaut peut-être mieux être très restrictif au début, quitte à jeter du lest plus tard si tout se passe bien. Les consultations menées par la ministre déléguée à la Santé, Lucie Charlebois, ont montré que la population s'attendait à ce que l'État garde pour lui des leviers importants dans cette opération. La crainte que le privé puisse, sans encadrement suffisant, faire des profits avec le cannabis vendu aux jeunes a trouvé un écho certain chez les élus.

Rencontre avec la première ministre de l'Ontario

Au cours des dernières semaines, plusieurs éléments ont donné plus de poids à l'intervention de l'État dans ce secteur. Les deux partis de l'opposition, le Parti québécois (PQ) et la Coalition avenir Québec (CAQ), on dit souhaiter que le mandat soit donné à une société d'État, la Société des alcools (SAQ) par exemple, responsable d'un réseau de points de vente distinct de ses succursales. Mise de côté jusqu'à récemment, la création d'un réseau de points de vente sous la responsabilité de la SAQ est devenue plus intéressante, confie-t-on. Tout le monde s'entend toutefois pour dire que le cannabis ne pourra être vendu dans les magasins où on vend de l'alcool.

En outre, le premier ministre Couillard a rencontré son homologue ontarienne Kathleen Wynne la semaine dernière. L'Ontario vient d'abattre son jeu ; on prévoit 40 points de vente, dans un premier temps, sous la responsabilité de la LCBO, l'équivalent ontarien de la SAQ. On vise 80 lieux un an après la mise en application de la légalisation, soit en 2019.

À quel prix ?

Cette nouvelle orientation laisse sans réponse la question du prix exigé pour le produit, observe-t-on à l'interne. Le cannabis se vend 7 ou 8 $ le gramme dans la rue. Il faudra rester proche de ce prix pour éradiquer le marché noir. Or, si des employés syndiqués sont appelés à travailler à la distribution, cela, inévitablement, se reflétera dans le prix. Aussi, comme Québec n'entend pas interdire l'achat en ligne, la pression à la baisse sur les prix sera importante.




publicité

publicité

Les plus populaires : Actualités

Tous les plus populaires de la section Actualités
sur Lapresse.ca
»

publicité

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer