Énergie Est: Québec sans nouvelles de TransCanada

Le gouvernement Couillard est sans nouvelles de TransCanada, qui suspendu la... (Photo Archives La Presse canadienne)

Agrandir

Photo Archives La Presse canadienne

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

(Val-d'Or) Le gouvernement Couillard est sans nouvelles de TransCanada, qui suspendu la semaine dernière le processus d'évaluation fédérale de son projet de pipeline Énergie Est.

L'entreprise albertaine n'a donné aucun signe de vie au ministère québécois de l'Environnement depuis qu'elle a demandé à l'Office national de l'énergie de suspendre l'examen de son projet, jeudi dernier.

«Je n'ai pas eu de communication demandant au gouvernement du Québec ou au ministère de l'Environnement de suspendre son évaluation de l'étude d'impact environnemental qui a été déposée», a indiqué le ministre de l'Environnement, David Heurtel.

Questionné à savoir s'il est surpris par ce silence, le ministre a répondu : «Après trois ans à faire affaire avec cette compagnie, il n'y a plus grand-chose qui me surprend.»

En avril 2016, M. Heurtel a annoncé que TransCanada a accepté de «soumettre» Énergie Est à une évaluation du gouvernement québécois. Et ce, même si l'entreprise a toujours maintenu que c'est le gouvernement fédéral qui a l'autorité d'évaluer son projet.

La société a déposé une étude d'impact quelques semaines plus tard. Québec a demandé une série de précisions afin d'engager le processus d'évaluation du BAPE. Près d'un an et demi plus tard, l'entreprise n'a pas fourni toutes les réponses, a confirmé l'entourage de M. Heurtel.

Jeudi dernier, TransCanada a demandé à l'Office national de l'énergie de suspendre pour 30 jours de l'examen de son projet de 16 milliards. L'entreprise a également évoqué la possibilité de l'abandonner complètement.

Ce revirement a été accueilli avec prudence par le ministre des Ressources naturelles, Pierre Arcand, qui s'est bien gardé de spéculer sur l'avenir d'Énergie Est. Tout au plus a-t-il réitéré l'intention de son gouvernement de participer aux audiences de l'ONÉ si elles devaient avoir lieu.

«Ce projet depuis le début a une nature très controversée, a indiqué M. Arcand. Nous, comme gouvernement, on s'oriente beaucoup plus vers les énergies renouvelables pour des raisons assez évidentes. Alors on va voir la suite des choses et on verra ce que la compagnie décidera.»

Le porte-parole de TransCanada, Tim Duboyce, a indiqué que l'entreprise «n'a rien à ajouter à ce sujet».




publicité

publicité

Les plus populaires : Actualités

Tous les plus populaires de la section Actualités
sur Lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer