La CAQ veut limiter la consommation de cannabis

Simon Jolin-Barrette... (PHOTO JACQUES BOISSINOT, ARCHIVES LA PRESSE CANADIENNE)

Agrandir

Simon Jolin-Barrette

PHOTO JACQUES BOISSINOT, ARCHIVES LA PRESSE CANADIENNE

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

(Québec) Opposée à la légalisation du cannabis, la Coalition avenir Québec promet d'en réduire au maximum la consommation. «On veut que le Québec adopte la ligne dure», a souligné le député caquiste Simon Jolin-Barrette en conférence de presse.

Au lieu de discuter des raisons de légaliser la marijuana, la CAQ y va de propositions à contre-courant. «Nous souhaitons ramener le débat sur la lutte contre la consommation de cannabis», a souligné le député de Borduas.

La CAQ préconise que Québec légifère pour fixer l'âge de consommation légale du cannabis à 21 ans plutôt qu'à 18 ans comme le prévoit le projet de loi fédéral. Les médecins spécialistes estiment que la consommation peut nuire au développement du cerveau jusqu'à 25 ans, a observé le caquiste Jolin-Barrette.

La CAQ propose que la distribution du cannabis soit la responsabilité d'un réseau public, la Société des alcools serait responsable des points de vente. Pas question toutefois de vendre ce produit dans les succursales de la SAQ, précise-t-il. Toutefois, le député caquiste reste sans réponse quand on lui demande si les contribuables devraient payer le déficit de ce réseau; le prix de vente du cannabis devra rester bas pour faire concurrence au marché noir.

Pour lui, les prix pourraient rester bas si Québec obtient d'Ottawa la totalité de l'assiette fiscale liée au cannabis - le gouvernement fédéral a déjà dit qu'il n'en était pas question.

On propose aussi de proscrire la vente en ligne de cannabis - on ne pourrait s'approvisionner via le net ni au Québec ni dans d'autres provinces -, c'était le cas pour le vin avant des changements à la loi en 2014, a rappelé M. Jolin-Barrette.

La CAQ propose aussi une série de mesures toutes destinées à restreindre la consommation, «qui ne doit pas être banalisée, mais limitée autant que possible».

Ainsi, pas question de fumer dans les condos, à moins que l'on change la convention de propriétaire. Pas de pot non plus dans l'espace public, sur la rue, les campus, les restaurants, les centres commerciaux. La quantité de possession légale serait de 15 grammes plutôt que 30 comme prévu par Ottawa. Au volant, ce sera carrément tolérance zéro -le cannabis reste dans le système du consommateur beaucoup plus longtemps que l'alcool,a rappelé M. Jolin-Barrette.

Tout de suite après la conférence de presse de la CAQ, le critique péquiste dans ce dossier s'est adressé aux médias. Le député de Berthier André Villeneuve a longuement accusé la CAQ d'avoir improvisé une position avant même la fin des consultations publiques sur le dossier.

Pour lui, la CAQ «n'a pas pris le temps de bien faire le travail». Le PQ veut aussi confier à la SAQ le rôle de distribuer le cannabis aux consommateurs. Mais pour M. Villeneuve, la CAQ a un «problème de cohérence», François Legault préconisant en même temps la privatisation de cette société d'État. À la CAQ, on se défend bien de vouloir privatiser la SAQ même si Francois Legault, en 2014, avait soutenu que cela pourrait être une idée «intéressante».




À découvrir sur LaPresse.ca

publicité

publicité

Les plus populaires : Actualités

Tous les plus populaires de la section Actualités
sur Lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer