«Invités de Trudeau»: critiqué, Lisée persiste et signe

Jean-Francois Lisée... (Photo Paul Chiasson, La Presse Canadienne)

Agrandir

Jean-Francois Lisée

Photo Paul Chiasson, La Presse Canadienne

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

(Saint-Eustache) Comme l'ancienne ministre péquiste Louise Harel, le doyen de l'Assemblée nationale, François Gendron, «aurai(t) préféré» que son chef s'abstienne de qualifier les demandeurs d'asile d'«invités de Justin Trudeau». Mais Jean-François Lisée persiste et signe, estimant qu'il pose les «vraies questions».

«Ceux qui veulent entendre de la langue de bois ne sont pas à la bonne adresse en me parlant à moi. Moi, je dis les choses telles qu'elles sont. Je suis authentique. Je le pense, je le dis», a affirmé le leader péquiste mercredi, à l'entrée d'une réunion du caucus de son parti en vue de la rentrée parlementaire, le 19 septembre.

Quelques minutes plus tôt, le vétéran François Gendron ne voyait pas les choses de la même façon. «J'aurais préféré qu'on n'ait pas l'usage de ces mots-là», a-t-il dit, faisant allusion à l'expression «invités de Justin Trudeau».

Sur Twitter, Louise Harel, qui a déjà été chef intérimaire du PQ, a témoigné mardi de sa «profonde déception» quant aux propos de M. Lisée.

Le chef péquiste a malgré tout réutilisé l'expression «invités de Justin Trudeau» mercredi. «Mme Harel, elle ne dit pas les choses comme moi, c'est très bien. Mais elle identifie comme moi le problème : c'est l'irresponsabilité du gouvernement libéral dans la gestion des demandeurs d'asile», a-t-il plaidé.

«Les invités de Justin Trudeau sont les victimes de cette invitation», a-t-il ajouté. «Quand il a dit "Welcome to Canada", il a créé de faux espoirs. Il y a des gens qui viennent ici en pensant qu'ils vont être accueillis à bras ouverts. Dans trois ans, il va leur dire de s'en aller chez (eux)».

La semaine dernière, Jean-François Lisée avait accusé le gouvernement de refuser de garantir deux bains par semaine aux aînés dans les CHSLD alors qu'il trouve les moyens de venir en aide aux demandeurs d'asile. Il ne regrette pas davantage ces propos.

Le Québec «a le devoir» de leur offrir cette aide, mais «tous les Québécois se demandent d'où vient cet argent. Moi, j'ai une réponse : elle devrait venir de celui qui les a invités. Je maintiens ça absolument. Ces questions-là, ce sont de vraies questions. Il y en a qui disent : on n'a pas le droit, on ne devrait pas. Moi, je ne suis pas dans la rectitude politique. Tout le monde se pose ces questions-là. Il faut y répondre», a-t-il soutenu mercredi.

Fait-il ce genre de sortie en prévision de son vote de confiance au congrès du PQ dans un peu plus d'une semaine ? «Je dis ce que je pense, je pense ce que je dis. Et je sais que les gens qui nous écoutent disent : "Lisée pose les bonnes questions et dit les choses correctement". Il y a une rectitude politique de gens qui disent : "il ne faut pas dire ces choses-là, il ne faut pas poser ces questions parce que ça fâche". Ce sont les vraies questions. Et je vais continuer à poser les vraies questions», a-t-il répondu.

Le député de Québec solidaire, Gabriel Nadeau-Dubois, accuse quant à lui M. Lisée de nuire au projet souverainiste avec ses propos. «Son adversaire, ce n'est pas Justin Trudeau, François Legault, Philippe Couillard. C'est le Parti québécois. (...) Ce n'est pas Philippe Couillard qu'ils veulent battre, ce sont des députés du Parti québécois indépendantistes et progressistes. Québec solidaire, c'est le marchepied du Parti libéral et de la CAQ», a riposté le chef péquiste.




À découvrir sur LaPresse.ca

publicité

publicité

Les plus populaires : Actualités

Tous les plus populaires de la section Actualités
sur Lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer