Le temps d'attente moyen à l'urgence diminue, selon Gaétan Barrette

Le ministre de la Santé Gaétan Barrette a... (Photo Erick Labbé, Le Soleil)

Agrandir

Le ministre de la Santé Gaétan Barrette a rappelé qu'à l'arrivée au pouvoir du gouvernement Couillard en 2014, la durée moyenne de séjour à l'urgence était de près de 17 heures.

Photo Erick Labbé, Le Soleil

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page
Patrice Bergeron
La Presse Canadienne
Québec

Le gouvernement Couillard se targue d'avoir réussi à diminuer le temps d'attente dans les urgences.

Pour le début de cette année, soit près de quatre mois, la durée moyenne du séjour sur civière atteint 13,6 heures, par rapport à 15,6 heures en 2016-2107.

«Il y a toute une différence», a déclaré le ministre de la Santé, Gaétan Barrette, en point de presse avant d'entrer à la séance du conseil des ministres mercredi matin.

«Depuis le début de l'année, notre moyenne est la plus basse depuis des années dont je ne me rappelle même pas», a-t-il poursuivi.

Il a rappelé qu'à l'arrivée au pouvoir du gouvernement Couillard en 2014, la durée moyenne de séjour à l'urgence était de près de 17 heures.

Le ministre a convenu toutefois qu'il est actuellement difficile de réduire le délai jusqu'à 12 heures, en raison notamment du fait que des médecins ne veulent pas voir les lits qui sont réservés à leurs activités électives accaparés pour les besoins de l'urgence.

Le ministre a par conséquent cette semaine déposé des modifications au projet de loi 130 pour donner des moyens aux administrations d'imposer des décisions, voire de sanctionner les médecins récalcitrants.

>> Lire le texte de La Presse sur ce sujet

Ce «levier» accordé aux gestionnaires servira à envoyer un message aux médecins, a dit M. Barrette: «Non, vous ne pouvez plus vous obstiner sur la base de la protection de votre activité élective.»

Le ministre soutient par ailleurs qu'une durée moyenne de séjour de 12 heures est tout à fait raisonnable. «Douze heures, ce n'est pas long. On parle d'une personne qui a un diagnostic présumé, qui nécessite une investigation et un traitement ou un début de traitement. Ça ne peut se faire en deux heures! Douze heures, c'est tout à fait correct.»




À découvrir sur LaPresse.ca

publicité

publicité

Les plus populaires : Actualités

Tous les plus populaires de la section Actualités
sur Lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer