Un Québec indépendant ferait respecter sa frontière, affirme Lisée

Les migrants continuent d'arriver illégalement à la frontière... (PHOTO MARTIN TREMBLAY, LA PRESSE)

Agrandir

Les migrants continuent d'arriver illégalement à la frontière canadienne près de Saint-Bernard-de-Lacolle.

PHOTO MARTIN TREMBLAY, LA PRESSE

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page
La Presse Canadienne
Montréal

Le chef du Parti québécois, Jean-François Lisée, a affirmé lundi relativement à l'installation par l'armée d'un deuxième camp pour les migrants à Saint-Bernard-de-Lacolle que les «Québécois sont contre qu'on régularise un passage illégal», et qu'un «Québec indépendant ferait respecter sa frontière».

M. Lisée a tenu ces propos sur son compte Twitter, en publiant un lien vers un article portant sur l'afflux massif de demandeurs d'asile, en grande partie d'origine haïtienne, à l'écart des postes frontaliers.

En raison de leur passage irrégulier à la frontière, ceux-ci sont interceptés par la Gendarmerie royale du Canada et amenés au poste frontalier de Saint-Bernard-de-Lacolle.

Le premier ministre Philippe Couillard a soutenu que M. Lisée changeait ses positions «au gré du vent et des tactiques du jour». Selon une déclaration transmise par le bureau du premier ministre, M. Couillard a affirmé que M. Lisée, «il y a 5 jours à peine», voulait offrir des permis de travail à tous les demandeurs d'asile.

«Maintenant, dans son tweet, il soutient qu'un demandeur d'asile est un immigrant qui fait un passage illégal de la frontière. (...) Monsieur Lisée laisse entendre qu'un Québec indépendant, contrôlant ses frontières, refoulerait les demandeurs d'asile. Par conséquent un Québec indépendant, sous un régime péquiste, ne respecterait pas les conventions internationales en ce qui a trait aux demandeurs d'asile qu'il considère, depuis aujourd'hui, comme des immigrants illégaux», a affirmé M. Couillard.

Le chef péquiste avait envoyé une lettre aux premiers ministres du Québec et du Canada, vendredi dernier, pour les encourager à suspendre l'Entente entre le Canada et les États-Unis sur les tiers pays sûrs «pour mettre fin à cette situation irrégulière» à la frontière canadienne.

Selon l'Entente sur les tiers pays sûrs, les réfugiés doivent demander l'asile au premier des deux pays où ils arrivent - dans le cas de plusieurs migrants, il s'agit des États-Unis. S'ils essaient de se rendre ensuite au Canada légalement, ils sont refoulés dans le premier pays où ils ont demandé l'asile. Mais s'ils franchissent illégalement la frontière, il est possible pour eux de demander le statut de réfugié au Canada.

En conférence de presse à la clôture du congrès des jeunes du Parti libéral du Québec, dimanche après-midi, M. Couillard a affirmé qu'une telle décision sur l'entente entre le Canada et les États-Unis aurait des impacts néfastes sur le Canada et le Québec.

Sur Twitter, lundi, M. Lisée a aussi affirmé: «La mauvaise entente de pays tiers sûrs oblige les demandeurs d'asile à commettre un geste illégal en passant par là. C'est indigne.»




À découvrir sur LaPresse.ca

publicité

publicité

Les plus populaires : Actualités

Tous les plus populaires de la section Actualités
sur Lapresse.ca
»

publicité

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer