Exclusif

Ottawa refuse de repousser la légalisation du pot

Le gouvernement Trudeau est bien décidé à légaliser... (PHOTO ARCHIVES LA PRESSE)

Agrandir

Le gouvernement Trudeau est bien décidé à légaliser le cannabis dès juillet 2018.

PHOTO ARCHIVES LA PRESSE

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

Québec a appelé Ottawa pour lui demander de repousser l'entrée en vigueur du projet de loi fédéral sur la légalisation du cannabis, a appris La Presse.

Mais le chef de cabinet du premier ministre Philippe Couillard a essuyé un refus catégorique, le gouvernement Trudeau étant bien décidé à aller de l'avant en juillet 2018, comme prévu.

Dans deux semaines, le gouvernement du Québec tiendra donc un forum d'experts pour savoir comment encadrer la consommation de cannabis à des fins récréatives. Les recommandations des participants seront rendues publiques pour que les citoyens puissent en prendre connaissance avant de faire partager leurs opinions et leurs inquiétudes à leur tour, dans le cadre de consultations publiques régionales, d'une consultation sur le web et d'une consultation réservée aux autochtones, en août et en septembre.

«Le Québec ne s'oppose pas au principe que sous-tend le projet fédéral, mais nous tenons à bien faire les choses en protégeant en priorité la santé et la sécurité de la population québécoise», a déclaré hier matin la ministre déléguée à la Réadaptation, à la Protection de la jeunesse, à la Santé publique et aux Saines habitudes de vie, Lucie Charlebois.

«Nous sommes particulièrement sensibles à la question de la protection des jeunes et des personnes vulnérables.»

«Laisser le débat se faire»

Lors de sa conférence de presse, la ministre a déclaré avoir pris connaissance du point de vue des psychiatres québécois, qui viennent tout juste de lui demander d'interdire toute consommation de cannabis jusqu'à l'âge de 21 ans. «Ils seront participants au forum. À ce stade, je ne veux pas émettre mon opinion avant d'entendre tous les points de vue. Je veux laisser le débat se faire.»

Le gouvernement dit avoir fait des «analyses», mais ne peut encore chiffrer le coût des problèmes de santé liés au cannabis. La facture future dépendra des scénarios retenus, dit Mme Charlebois. «On ne souhaite surtout pas une augmentation de la consommation. Mais le cannabis, c'est déjà vendu, et on ignore ce qui se trouve dans le produit.»

Québec espère déposer sa loi-cadre à l'automne prochain.




publicité

publicité

Les plus populaires : Actualités

Tous les plus populaires de la section Actualités
sur Lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer