Le PQ exhorte QS à se dissocier d'accusations de «racisme»

« Lorsque des accusations de racisme sont proférées et... (Bernard Brault, archives La PResse)

Agrandir

« Lorsque des accusations de racisme sont proférées et tolérées comme ce fut le cas lors de votre congrès, c'est non seulement les militants de notre formation politique qui sont insultés, mais également la population québécoise qui appuie une approche résolue, équilibrée et responsable en matière d'identité », a écrit le président du PQ, Raymond Archambault (photo), à Québec solidaire.

Bernard Brault, archives La PResse

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page
Caroline Plante
La Presse Canadienne
Québec

Le Parti québécois (PQ) exhorte le comité de coordination de Québec solidaire (QS) à se dissocier fermement et publiquement des accusations « mensongères » de racisme à son endroit véhiculées lors du dernier congrès de QS.

Dans une lettre officielle envoyée, lundi, dont La Presse canadienne a obtenu copie, le président du PQ, Raymond Archambault, invite QS à ne pas « tomber dans les accusations grossières qui visent à ternir la réputation d'un interlocuteur ».

Il souligne que l'exécutif national du PQ a adopté une résolution demandant que QS se dissocie des propos « inadmissibles » qui n'ont pas fait l'objet de rappels à l'ordre de la part des modérateurs des instances lors du congrès de QS, les 20-21-22 mai, à l'Université du Québec à Montréal (UQAM).

Plusieurs solidaires avaient pris le micro pour accuser le PQ de racisme et de xénophobie pour les positions du parti sur la laïcité.

Les solidaires ont du même coup rejeté l'idée d'une alliance électorale avec le PQ, qui aurait eu pour but de déloger les libéraux aux élections de 2018.

Dans sa lettre, M. Archambault écrit que les militants du PQ sont outrés de constater que la direction de QS ait toléré ce genre de propos.

« L'engagement du Parti québécois pour la laïcité et pour la défense de notre identité nationale est ouvert et raisonnable », peut-on y lire. « Il est soutenu par une majorité de Québécoises et de Québécois qui croient, comme nous, qu'il est pertinent de définir les balises du vivre-ensemble ».

« Lorsque des accusations de racisme sont proférées et tolérées comme ce fut le cas lors de votre congrès, c'est non seulement les militants de notre formation politique qui sont insultés, mais également la population québécoise qui appuie une approche résolue, équilibrée et responsable en matière d'identité », ajoute-t-il.

Khadir souhaite que le PQ « se ressaisisse »

Loin d'excuser les propos tenus lors du congrès de mai, le député de QS, Amir Khadir, a défendu le droit des militants de s'exprimer quant à la façon dont ils ont vécu l'épisode de la Charte des valeurs, une politique du PQ « destructrice et nocive ».

« Les personnes qui ont parlé et à qui on reproche d'avoir tenu ces propos ont parlé à partir de leurs expériences (...) encore aujourd'hui certaines d'entre elles vivent ce débat toxique, vivent les conséquences de ces plaies ouvertes, vivent les conséquences de politiques de ressentiment qui ont décomplexé les racistes dans notre société », a affirmé M. Khadir en entrevue téléphonique lundi.

Des propos beaucoup plus violents et désobligeants sont tenus ailleurs, sur des blogues, sans que personne ne s'en plaigne, a-t-il ajouté.

La lettre de M. Archambault ne serait pas étrangère, d'après lui, au fait que plusieurs péquistes sont amèrement déçus du rejet par QS des différents scénarios de pactes électoraux.

« Je veux appeler encore la direction du PQ à se ressaisir. Tout le monde, on doit retrouver notre sérénité, on a des tâches politiques, le PQ en vertu de son programme et nous, en vertu de notre programme, qui sont clairement maintenant distincts », a dit M. Khadir.

Joint au téléphone lundi soir, le porte-parole du Parti québécois, Yannick Grégoire, a maintenu qu'il y avait une différence entre blogues et congrès politiques, où les organisateurs doivent faire respecter des règles d'assemblée.

« Il n'est pas encore trop tard pour que QS rectifie le tir et se dissocie de ces paroles-là », a indiqué M. Grégoire, sans toutefois fermer la porte à une gradation des mesures, advenant un refus de QS d'obtempérer.




À découvrir sur LaPresse.ca

publicité

publicité

Les plus populaires : Actualités

Tous les plus populaires de la section Actualités
sur Lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer