Les déclarations de Lisée sur l'immigration plombent l'alliance PQ-QS

Le président et porte-parole sortant de Québec solidaire,... (Photo Martin Chamberland, archives LA PRESSE)

Agrandir

Le président et porte-parole sortant de Québec solidaire, Andrés Fontecilla.

Photo Martin Chamberland, archives LA PRESSE

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

Les positions de Jean-François Lisée sur l'immigration et les questions identitaires demeurent un frein à une possible alliance électorale entre le Parti québécois (PQ) et Québec solidaire (QS), soutient le président et porte-parole sortant de QS Andrés Fontecilla. Les membres de la formation de gauche doivent se prononcer demain sur cette question cruciale pour le PQ, à nouveau troisième dans un sondage publié ce matin.

«Le dernier gouvernement du Parti québécois a été désastreux. [...] Est-ce qu'on peut faire confiance au comportement politique du Parti québécois?», s'est questionné Andrés Fontecilla, samedi matin dans un point de presse en marge du congrès de Québec solidaire à Montréal. 

Pour le président sortant de QS, il n'est pas question de faire de compromis sur la question de l'immigration en faisant des «pactes électoraux limités» avec le Parti québécois. « Il y a d'autres points qui nous séparent, en particulier toutes les déclarations de M. Jean-François Lisée concernant la question de l'immigration et les questions identitaires. Pour nous, c'est un point qui nous éloigne. Nous ne considérons pas que le Parti québécois, en ayant un tel positionnement, peut permettre un rapprochement, un pacte électoral entre nos deux partis», a déclaré M. Fontecilla. 

Pour la deuxième fois cette semaine, un sondage place la Coalition avenir Québec (CAQ) devant le Parti québécois dans les intentions de vote des Québécois, un coup dur pour la troupe de Jean-François Lisée en attente d'une décision cette fin de semaine des congressistes de Québec solidaire sur une possible alliance électorale entre formations souverainistes. 

Le Parti libéral du Québec (PLQ) demeure le grand gagnant du sondage Léger-Le Journal-Le Devoir publié samedi matin grâce à 32 % des intentions de vote. Le parti de François Legault récolte 26% des appuis devant le PQ qui se contente de 23% des intentions de vote. Québec solidaire ferme la marche avec 13% des appuis.

Signe supplémentaire de la montée en force de la CAQ : plus d'un Québécois sur cinq (21%) juge que François Legault serait le meilleur premier ministre, contre 18% pour Philippe Couillard et 16 % pour Jean-François Lisée. Ce sondage a été réalisé sur internet entre le 15 mai et le 18 mai et ne comporte pas de marge d'erreur. Environ 1000 personnes ont été sondées. 

«Le sondage, ce qu'il vient dire, c'est rebrassons donc», a résumé Manon Massé, députée de Sainte-Marie-Saint-Jacques et porte-parole de Québec solidaire. Le sondage avance également qu'une alliance PQ-QS obtiendrait 39% des voix au prochain scrutin. La députée a émis de sérieux bémols à ce sujet.

« C'est comme si Québec solidaire s'alliait avec le Parti québécois, et que dans les 125 comtés il y avait des candidats QS-PQ. Il me semble que c'est clair que ça ne peut pas être ça. Ce que les membres discutent, c'est quelques comtés. Dans quelques comtés, ce sont des candidatures, non pas QS-PQ, mais des candidatures QS, auxquelles le PQ ne présente personne. Très difficile d'interpréter ce 39 %. Pour Option nationale, la présentation sur la table, on parle de fusion», a-t-elle affirmé en point de presse. 

Manon Massé a refusé de dire si elle comptait appuyer une forme d'alliance politique avec le Parti québécois. «Un élément manquant dans mon analyse, c'est de parler avec les membres. Depuis hier, je parle à beaucoup de membres. [...] Il y a de très bons arguments, ce qu'il faut trouver, c'est le chemin, la voie de passage, et actuellement, je ne la vois pas. Je ne dirais pas au monde : voici ce que je pense, je ne le sais pas», a-t-elle répondu. 

Le député de Gouin Amir Khadir a évoqué cette semaine un possible échange de 30 circonscriptions entre la formation de gauche et le Parti québécois.  «C'est une hypothèse qui lui appartient», a tranché Andrés Fontecilla, qualifiant de «substantiel» le chiffre avancé. 

« Amir a fait des calculs. Il est arrivé à des conclusions qui ne sont pas nécessairement les nôtres. [...] Nous sommes encore sur la décision sur les principes. Une fois que le principe va être adopté, si les membres décident d'aller vers des pactes électoraux, et non pas une alliance, des pactes électoraux limités, on va voir toutes les options qui vont être sur la table», a indiqué M. Fontecilla qui entend être candidat dans la circonscription montréalaise de Laurier-Dorion. 

Mercredi, un sondage Mainstreet réalisé pour le journal Montreal Gazette plaçait la CAQ au sommet des intentions de vote (32%), un seul point devant le PLQ de Philippe Couillard (31%). Le PQ fermait le podium loin derrière avec 24% des intentions de vote, avec une avance plus que jamais réduite avec Québec solidaire, en hausse à 14% des appuis. 

La CAQ était également première dans les intentions de vote chez les francophones avec 35%, contre 26% pour le PQ et 25% pour le PLQ. 

Ce récent sondage Mainstreet a été mené à partir de 1501 entrevues téléphoniques le 11 et 12 mai. La marge d'erreur est plus ou moins de 2,53%, 19 fois sur 10.




À découvrir sur LaPresse.ca

publicité

publicité

Les plus populaires : Actualités

Tous les plus populaires de la section Actualités
sur Lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer